Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Depuis M’Batto et Arrah, Henri Konan Bédié révèle : “Les refondateurs font arracher par de faux policiers les cartes d’identité et d’électeurs”
Publié le vendredi 22 octobre 2010   |  Le Patriote


Tournée
© Le Nouveau Réveil par Dr
Mardi 12 octobre 2010. Man


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ

Partagez Partagez Partagez Partagez
Le candidat du PDCI-RDA à la présidentielle du 31 octobre prochain poursuit son périple dans le N’Zi Comoé. Après Prikro et Ouellé, mercredi, c’était hier autour des villes de M’Batto et Arrah de l’accueillir. Dans l’allégresse et la joie, en avec en prime les chants et danses du terroir. Dans ces deux localités, Henri Konan Bédié a livré sensiblement le même message, axé principalement sur la sensibilisation et l’appel au vote.

A M’Batto, le matin, tout comme à Arrah dans l’après-midi, l’ancien chef d’Etat, qui était en compagnie de son épouse Henriette, a confié être venu déposer entre les mains de ses hôtes sa candidature au poste de président de la République de Côte d’Ivoire. Il a ajouté qu’il ne saurait rester insensible face à l’état de dégradation avancée du pays. C’est pourquoi, il brigue cette année la magistrature suprême du pays, afin de mettre son expérience dans tous les domaines au service de la Côte d’Ivoire. Un sacrifice qu’il consent, selon lui, pour ses enfants et petits-enfants dont l’horizon est aujourd’hui bouché.Mais, pour atteindre son objectif, le président Bédié compte sur la volonté des populations de M’Batto, qui doit se traduire, à l’en croire, par un vote massif en sa faveur le 31 octobre. Et pour éviter une propension de bulletins nuls, il a enjoint les responsables politiques de son parti, à tous les niveaux, d’utiliser les jours de campagne qui restent pour apprendre aux électeurs à bien voter.« Nous ne devons absolument pas perdre cette élection du fait de bulletins nuls. Tout doit être mis en œuvre pour que chaque militant sache tracer la croix, ou mettre l’empreinte du doigt, dans la case prévue au titre du candidat du PDCI-RDA, représenté par l’éléphant et par ma photo » a-t-il martelé, en exhortant les populations à aller retirer leurs cartes d’identité et d’électeur.

Pour lui, ces « précieux » documents devront être bien conservés jusqu’au jour de l’élection, c’est-à-dire le 31 octobre 2010. «Je dis cela parce que dans leur recherche de moyens de conserver le pouvoir à tout prix, les refondateurs font arracher ces documents par des faux policiers, de sorte que le jour du vote, les citoyens auxquels on a arraché ces pièces, ne puissent pas voter », a-t-il révélé. Aux populations de M’Batto et Arrah, le président du PDCI-RDA a fait savoir qu’avec son élection, la Côte d’Ivoire renouera avec le train du développement. Mieux, elle s’affranchira du joug du règne désastreux des frontistes. « En votant pour moi, vous aidez à libérer la Côte d’Ivoire de la main des assassins et autres gestionnaires malhonnêtes et corrompus »,a-t-il conclu.
Peu avant, aussi bien à M’Batto qu’à Arrah, le ministre Amah Marie Tehoua, directeur département de campagne du candidat Bédié dans le Moronou (qui regroupe les départements de M’Batto, d’Arrah et Bongouanou) avait rassuré l’illustre visiteur qu’une « équipe soudée et volontaire est à pied d’œuvre pour faire en sorte qu’aucune voix ne manque (lors du scrutin présidentiel)». De même, elle a fait remarquer que la présence du président Bédié constitue un rayon de soleil dans cette région meurtrie par dix années de souffrance. «Vous êtes l’homme qui leur apportera la paix et le bonheur dont ils sont privés depuis plus de dix ans », a-t-elle poursuivi.
De son côté, le Dr Koua Brou Pascal, directeur local de campagne(DLC) à M’Batto, a réaffirmé l’attachement du peuple de Moronou aux idéaux du PDCI-RDA. « Le redressement de la Côte d’Ivoire, gravement mutilée, ne peut être assurée que par Henri Konan Bédié », a-t-il clamé, quand son alter égo, à Arrah, Bouadou Jean résumait la gestion du pouvoir FPI, en «dix années de destruction, de guerre, d’anarchie où les indélicats arrivent à se frayer un chemin».
Aujourd’hui, dernière étape de sa tournée dans le N’Zi Comoé, le président Bédié s’adressera aux populations de Daoukro, après un détour dans la matinée à Bongouanou.

Y. Sangaré, envoyé spécial

LIENS PROMOTIONNELS