Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Equipe de AKé N’Gbo - Un « Gouvernement » de récompense pour des farceurs
Publié le mercredi 8 décembre 2010   |  Le Patriote




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Le putschiste Gbagbo Laurent a procédé à la formation de son gouvernement, ce mardi. Une équipe de 34 membres dont 2 ministres délégués et 4 secrétaires d’Etat. Les ministres de Gbagbo font partie de ceux qui ont déstabilisé le pays durant les dix ans du régime FPI. En somme, un gouvernement de récompense, vu sa composition. A commencer par le tristement célèbre Blé Goudé Charles. Ministre de la Jeunesse, de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, Blé a, dans l’entendement de celui qui l’a nommé, la politique d’orientation de la vie de la jeunesse ivoirienne. Une insulte au peuple ivoirien. Car Blé Goudé n’est rien d’autre que le voleur de licence d’Anglais à l’université d’Abidjan, en 2001. Une licence obtenue frauduleusement avec le concours d’un baron du FPI, Sery Toro et du Professeur de l’Université en son temps, Téa Gokou. C’est à ce tricheur et voleur de haut rang que Gbagbo a cru bon de confier le destin de la jeunesse ivoirienne. Encore sous le coup des sanctions de l’ONU pour avoir orchestré et incité à la violence et attaques des ressortissants français et de leurs biens, Blé Goudé est le prototype de la médiocrité humaine. Initiateur des fraudes aux différents concours administratifs (ENA, Ecoles de Police et de Gendarmerie, Fonction Publique,…), Blé Goudé est récompensé par Gbagbo pour son pouvoir de destruction. Sinon dans une République digne de ce nom, la place de cet individu est derrière les barreaux. Mais il faut comprendre Gbagbo. Conscient de son brigandage électoral, il ne croit même à sa Présidence. Il sait très bien que son coup d’Etat électoral ne passera pas. Alors, il ruse avec le peuple. Dans ce cas, il ne peut pas prendre au sérieux ses compatriotes. Donc comprenez l’ancien président de la République et chef de file de la rébellion ivoirienne depuis la présidentielle du 28 novembre 2010, Gbagbo Laurent. A côté de Blé, il faut nommer Angèle Gnonsoa. Une dame qui a perdu le sens du discernement et qui a voulu, sur l’autel de ses ambitions, livrer le PIT à Gbagbo Laurent. Elle est remerciée pour sa tentative de fragilisation du parti du Pr Francis Wodié. Pour leur activisme dans l’ouest du pays avec le recrutement et l’entretien de miliciens à la solde de Gbagbo, Emilie Guiriéoulou hérite du portefeuille de l’Intérieur et Voho Sahi Alphonse celui de la Culture. Franck Gueï fait partie de ce lot. Fils de l’ancien chef d’Etat ivoirien, le Général Robert Gueï tué aux premières heures de la crise de septembre 2002 par les escadrons de la mort de Gbagbo, Franck Gueï a enjambé le corps de son géniteur pour rejoindre le camp des assassins. Dans ses errements, il a vilipendé ses parents et présenté l’assassin de son père comme une victime. Normal qu’il soit remercié pour tous ses efforts avec le ministère des Sports. Le bouffon du SYNESCI, Nyamien Messou, toujours opposé aux revendications des travailleurs, pour préserver la quiétude de Gbagbo, est payé avec le département du Travail. Touré Amara, le nouveau ministre du Commerce, est l’illustration de la mauvaise foi de Gbagbo. De retour d’Odienné, cet individu s’est bourré la panse à Duékoué avant de se verser du mercurochrome pour simuler une agression des partisans du RHDP. Cet acte majeur ne mérite-il pas récompense ? Akissi Danielle Boni Claverie, ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Jacqueline Lohouès Oble, ministre de l’Education nationale, Coulibaly Issa Malick, ministre de l’Agriculture, Ahoua Don Mello, ministre de l’Equipement et de l’Assainissement, Yanon Yapo, ministre de la Justice et des Libertés, pour son militantisme, Kouamé Sécré Richard, ministre du Tourisme et de l’Artisanat. Tous nommés pour leurs grandes capacités de nuisance. Et aujourd’hui, plus que jamais, en les officialisant dans son gouvernement illégitime et illégal, l’ancien président est engagé dans une logique de guerre. Mais le peuple ivoirien, qui a légitimé Alassane Ouattara dans les urnes avec 54,1% des suffrages, ne le suivra par dans ses errements. OUATTARA Gaoussou



LIENS PROMOTIONNELS