Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Bras de fer autour du fauteuil présidentiel - Gbagbo et Ouattara comme dans un jeu d’échec
Publié le samedi 11 dcembre 2010   |  L'Inter




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
La lutte pour le fauteuil présidentiel se poursuit entre les deux candidats au second tour de l’élection présidentielle du 28 novembre dernier, depuis la crise ouverte suite à la proclamation des résultats dudit scrutin. Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara ne se donnent plus de répit, chacun pour marquer des points et conforter sa position de président légitimement élu de Côte d’Ivoire. Les deux protagonistes se sont engagés dans une course à la légitimité, qui se joue sur le terrain comme dans un jeu d’échec où l’on pousse un pion, attend le prochain pas de son adversaire pour en pousser un autre, ainsi de suite jusqu’à la victoire finale. Il ne se passe de jour sans qu’il n’y ait un pallier nouveau de franchi du côté du Palais d’Abidjan, qu’occupe Laurent Gbagbo, et un autre du côté de l’hôtel du Golf d’Abidjan Cocody où Alassane Ouattara a installé ses quartiers en attendant un éclairci de la situation en sa faveur. Tout commence par la nomination dans chaque camp d’un Premier ministre. Début du jeu de marquage entre les deux adversaires déterminés, chacun à aller sans réserve jusqu’au bout de la lutte engagée. Au moment où Laurent Gbagbo se fait investir au pas de course au Palais d’Abidjan, Alassane Ouattara, comme si rien ne se passait chez l’adversaire, nommait son Premier ministre, en la personne de Guillaume Soro reconduit à son poste. A la guerre comme à la guerre, le même soir, le locataire du Palais n’attend pas minuit pour donner le nom, à son tour, de son chef de gouvernement. Le Pr. Aké N’gbo est désigné à ce poste. Premier acte de part et d’autre, deux Premiers ministres nommés pour le même pays. Le lendemain dimanche, la partie recommence avec le tenant du ‘’Palais’’ du Golf, qui rend très vite publique la liste partielle des membres de son gouvernement. Lundi, les consultations commencent au Palais présidentiel où la liste du gouvernement Gbagbo – Aké N’gbo est connue le lendemain mardi dans l’après-midi. De son côté, Alassane Ouattara prend encore de l’avance en prenant ses premiers décrets. Au cours de son premier conseil des ministres, d’importantes mesures sont prises. De nouveaux responsables de l’administration sont promus, des anciens débarqués ainsi que des ambassadeurs touchés par ces mesures ''théoriques''. Parce que ne dépassant pas le seuil de l’hôtel du Golf où elles sont prises. Pendant ce temps, les ministres de Laurent Gbagbo occupent les bureaux et prennent officiellement fonction comme à une période normale. Le tenant du Palais reçoit des populations et vaque à ses occupations, nonobstant les pressions qui lui sont faites de quitter le pouvoir. Ouattara et Gbagbo continuent, ainsi, de poser des actes, autant que possible pour marquer chacun sa légitimité, sa détermination à ne point reculer et céder une parcelle à l’adversaire. Cette défiance réciproque révèle également une montée des enchères dans chaque camp. La lutte pouvant se terminer par un dialogue au cours duquel chacun cherchera, évidemment, à gagner le gros morceau.
F.D.BONY

Photo : Gbagbo et Ouattara
Légende : Chaque jour qui passe, Gbagbo et Ouattara poussent le pion plus loin, chacun espérant l’emporter sur son adversaire


Achetez l'integralite de L'Inter  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS