Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Rassemblées samedi à la Maison du RHDP - Les femmes de Côte d’Ivoire à Gbagbo -“Quitte le pouvoir sans condition”
Publié le lundi 13 décembre 2010   |  Le Patriote




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
«(…) Nous femmes de Côte d’Ivoire, réunies ce jour, exigeons de M. Laurent Gbagbo son départ immédiat du pouvoir sans délai et sans condition, afin de mettre fin aux souffrances et au calvaire du peuple ivoirien.» Le message est clair comme de l’eau de roche. Réunies samedi dernier à la Maison du RHDP à Cocody, les femmes de Côte d’Ivoire, venues des quatre coins de la capitale ont adressé ‘’un blâme’’ à Laurent Gbagbo qui fait des mains et des pies pour se maintenir au pouvoir. Et ce, en dépit des résultats proclamés par la Commission électorale indépendante (CEI), qui donnent le candidat du RHDP, Alassane Ouattara, vainqueur de la présidentielle. Avec lui, les femmes ont également adressé un blâme au président du Conseil constitutionnel, Paul Yao-N’Dré. Mais les femmes ivoiriennes avaient plus à cœur de célébrer la victoire du candidat Ouattara. C’est pourquoi, elles lui ont adressé une motion de soutien et de félicitation, tout en l’assurant de leur soutien dans sa tâche. En outre, celles-ci ont demandé «avec insistance devant le risque réel d’implosion de notre pays de tout mettre en œuvre pour contraindre Laurent Gbagbo à s’incliner devant le verdict des urnes et ceci le plus tôt possible», lui ont-elles demandé avec insistance. Le Premier ministre Guillaume Soro n’a pas été omis. Les femmes lui ont apporté leur «soutien pour la gestion de la crise post électorale» et lui demandent de «préserver dans cette voie pour une paix définitive et durable en Côte d’Ivoire.» Des motions de remerciement ont aussi été adressées au président du PDCI, Henri Konan Bédié, au Facilitateur Blaise Compaoré, au Représentant spécial des Nations Unies en Cote d’Ivoire, Y. J. Choi et à la communauté internationale. Le premier pour «la pertinence et la justesse des mots d’ordre invitant les militants du RHDP et toute la population ivoirienne au report des voix en faveur du candidat du RHDP, majoritairement suivi.» Le second pour «sa détermination et son abnégation à trouver une issue favorable à la crise.» Pour leur part, les femmes du RHDP, ont été tout aussi claires. Pour elles, Gbagbo doit partir du pouvoir. « (…) La seule chose quel es femmes de Côte d’Ivoire veulent, c’est que Laurent Gbagbo parte. Il faut qu’il laisse ADO travailler pour le bonheur des enfants de la Côte d’Ivoire. Nous allons ensemble lui dire qu’il faut qu’il parte. Lui, sa femme, ses enfants, ses religieux, son Conseil constitutionnel», a lancé Mme Touré Aya Virginie, présidente du RFR dans un tonnerre d’applaudissements. «Nous devons libérer la Côte d’Ivoire, l’heure est grave. Comme nos mères hier à Bassam qui ont libéré nos hommes, je vous invite à libérer la Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo. L’heure est arrivée. C’est le moment, nous les femmes, devons aller installer ADO au palais présidentiel. Soyez éveillées», a renchéri Mme Céline Dié Bonaho. «Gbagbo tue nos enfants pendant que nous dormons. Gbagbo, tu as perdu, donne le pouvoir à ADO qui a gagné », a conclu Mme Traoré Pauline présidente des femmes du MFA.
Yves-M. ABIET

LIENS PROMOTIONNELS