Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Activités des forces impartiales en Côte d`Ivoire: le Communiqué N° 18122010 des Forces nouvelles
Publié le samedi 18 dcembre 2010   |  Ivoire-Presse


2ème
© Abidjan.net par Prisca
Mardi 23 novembre 2010. Abidjan. Hôtel du Golf, à Cocody Riviera. Les délégués FN se concertent par rapport à la situation qui prévaut à la veille du 2ème tour de l`élection présidentielle. Photo: de g. à dr. Me Affoussy Bamba et le ministre de la Justice, Mamadou Koné


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Les Forces Nouvelles ont noté attentivement la déclaration du Colonel-major Hilaire Babri Gohourou, Porte-parole des Forces de Défense et de Sécurité le vendredi 17 décembre 2010 sur les antennes de la RTI, dans laquelle il a indiqué que « la force étrangère de l’ONU venue en Côte d’Ivoire comme une force impartiale et d’interposition entre belligérants a abandonné cette posture. Les responsables de la force onusienne transportent dans leurs véhicules les unités des FAFN depuis leurs différentes positions jusqu`à Abidjan, leur facilitant le passage aux différents corridors. Et les ravitaillent en armement de guerre lourd et léger.».

Cet officier supérieur par ces propos accuse également la radio de l’ONUCI, ONUCI-FM de jouer un « rôle de média de propagande » en faveur de SEM Alassane OUATTARA.

En réalité, les propos du Colonel-major sont annonciateurs du génocide que se prépare à commettre Laurent GBAGBO sur les populations ivoiriennes qui lui ont fait l’affront de lui préférer SEM Alassane OUATTARA, ainsi que l’attaque du Golf Hôtel.

En effet, Laurent GBAGBO, dans un communiqué lu par Mme Jacqueline LOHOUES OBLE ce samedi 18 décembre 2010, vient de demander le départ des Forces de l’ONUCI et de la LICORNE, quand dans le même temps, Charles Blé Goudé, demande à leurs partisans de se préparer au combat.

En adoptant cette posture, Laurent GBAGBO et son camp veulent faire oublier que c’est lui qui se maintient au pouvoir par la force des armes et qu’il a fait recruté des miliciens angolais et libériens, par certains responsables, notamment Emile GUIRIEOULOU, Hubert OULAYE, VOHO Sahi, Blé GOUDE, Paul DOKOUI, le lieutenant OULAI Delafosse pour assassiner le peuple de Côte d’Ivoire.

Quoi de mieux que d’utiliser la vieille recette déjà servie aux ivoiriens et aux Africains, à savoir, brandir l’épouvantail de la défense de la souveraineté nationale contre le colonialisme et demander le départ des Forces de l’ONUCI et de la LICORNE, qui représente selon Laurent GBAGBO, l’ingérence de la communauté internationale tant décriée ?

Les Forces Nouvelles ne sont pas dupes de ces manœuvres, encore moins les ivoiriens, qui savent que leur choix à la présidentielle du 28 novembre 2010, s’est porté sur SEM Alassane OUATTARA.

Les Forces Nouvelles indiquent que ni les ivoiriens, ni la communauté internationale, ne sont amnésiques au point d’avoir oublié que le rôle des Nations Unies dans la certification des élections en Côte d’Ivoire était voulu par Laurent GBAGBO qui a librement signé l’Accord Politique de Ouagadougou, et ses accords complémentaires, mieux, qui en est l’initiateur.

Les Forces Nouvelles observent en outre que par ses déclarations, et cette posture, Laurent GBAGBO, certains officiers des Forces de défense et de Sécurité du même acabit que les Généraux Dogbo Blé Bruno, GUEI BI poin, Vagba Faussignaux, le Colonel-major Hilaire Babri Gohourou ainsi que ceux sus cités et leurs supplétifs, miliciens libériens et angolais veulent justifier un génocide qu’ils veulent à tout prix mener contre les autorités légitimes de ce pays et le peuple de Côte d’Ivoire.

En protégeant l’hôtel qui abrite les institutions et autorités légitimes de ce pays, les Forces Impartiales de l’ONUCI ne font rien d’autre, qu’accomplir une de leurs missions de protection.

En permettant aux autorités légitimes de s’exprimer sur les ondes de la radio ONUCI-FM, seule voie d’expression, les medias d’Etat et la presse écrite étant sous coupe réglée, les Forces Impartiales font œuvre utile.

Les Forces Nouvelles rappellent que chaque jour qui passe est un enfer pour les populations de Côte d’Ivoire, puisque de jour comme de nuit, sans répit, ces miliciens avec la complicité et la bénédiction de certains éléments des Forces de Défense et de sécurité, s’introduisent dans les domiciles d’honnêtes citoyens pour les exécuter froidement.

Les Forces Nouvelles s’inclinent devant la mémoire de ces innocentes victimes, martyrs de cette folie meurtrière de Laurent GBAGBO.

Plutôt que de discourir sur les questions politiques qui ne les concernent pas et les dépassent, ses militaires ne doivent pas défendre une cause perdue, mais s’engager dans la République au côté du peuple souverain de Côte d’Ivoire, dont la volonté est sans équivoque.

Les Forces Nouvelles indiquent que les seules voies légitimes, qui peuvent parler au nom de l’Etat de Côte d’Ivoire sont SEM Alassane OUATTARA et le Gouvernement conduit par le Premier Ministre SORO Guillaume.

Par Conséquent, la demande de départ de Laurent GBAGBO n’engage que lui puisque la Communauté Internationale ne le reconnait pas, mais doit être pris en réalité comme ce qu’il est, l’attaque préméditée du Golf Hôtel et la préparation du génocide du peuple ivoirien.

Les Forces Nouvelles invitent les populations à ne pas se laisser distraire, à rester mobilisées et vigilantes jusqu`à la victoire finale, à savoir l’installation effective au Palais Présidentiel de SEM Alassane OUATTARA.

Fait à Bouaké, le 18 décembre 2010

Pour les Forces Nouvelles

La Porte parole

Me Affoussy BAMBA

LIENS PROMOTIONNELS