Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Les lieux où Gbagbo cache ses mercenaires
Publié le mardi 21 décembre 2010   |  Le Patriote


Nommé
© Reuters par DR


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Depuis sa défaite au second tour du scrutin présidentiel du 28 novembre dernier, Laurent Gbagbo donne tout ce qu’il a de plus maléfique et malfaisant pour garder le fauteuil que le peuple a décidé d’attribuer à Alassane Ouattara. Il donne dans la mauvaise communication, la délation et le bâillonnement de la presse. Mais le plus triste dans cette affaire, est sa détermination de soumettre le peuple de Côte d’Ivoire par les armes. Et pour réussir ce sale dessein, Gbagbo, qui sait très bien qu’il ne peut pas compter sur la majorité des FDS, a jeté tout son dévolu sur les mercenaires et les miliciens. Une force parallèle recrutée à coup de milliards dans les forêts du Liberia et de l’Angola pour appuyer ceux des militaires encore à ses ordres. Ce sont ces tueurs à gage qui sèment la mort, la désolation et la terreur dans la capitale économique ivoirienne depuis plus d’une semaine. Ces chiens de guerre, sans foi ni loi, profitent de la nuit pour se faufiler entre les hommes de Dogbo Blé pour assassiner des Ivoiriens dans les quartiers abidjanais. Et quand le jour se lève, ces mercenaires vont se cacher dans des endroits aménagés pour les accueillir. Selon plusieurs sources et témoignages concordants, la plupart de ces affreux sont logés dans les communes de Yopougon et Abobo. Ainsi à Yopougon, ces milliers de miliciens et mercenaires seraient logés dans les établissements hôteliers suivants.

Hôtel Fromager à Yopougon

Hôtel blanc à Locodjro

Hôtel Résidence Koweït grand terrain à Yopougon

Hôtel Sehi Zahibo au camp militaire de Yopougon (non loin de la pharmacie Saint Laurent)

Hôtel lagunaire (petit toit rouge de Yopougon.

Nos sources attestent également que l’école primaire Katera 1 à Koweït (Yopougon) abriterait un nombre important de ces personnes qui sèment la mort.

Si Yopougon abrite le grand contingent, Abobo héberge aussi une bonne partie de cette force parallèle de Laurent Gbagbo. Ces individus peu recommandables sont partagés entre le bâtiment de l’OCPV au PK 18 et au dépôt Sotra d’Abobo Avocatier. D’autres sources, et non des moindres, signalent la présence des mercenaires dans un complexe maquis hôtel sur la route de Bassam. Un espace qui serait la propriété d’un proche du président battu dans les urnes le 28 novembre dernier. Il est également signalé certains de ces tueurs dans les environs de Koumassi Akromiambla et vers le terminus O5 du même quartier. Voici les endroits où le camp du président sorti cache ses supplétifs et mercenaires qui veulent transformer la Côte d’Ivoire en un Rwanda bis.

EK

LIENS PROMOTIONNELS