Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Message du Président Gbagbo à la Nation - Les dessous d’une main tendue
Publié le Jeudi 23 Décembre 2010   |  Le Temps




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Edifiant est le premier discours -depuis son investiture le 4 décembre- à la Nation du Président de la République, Sem Laurent Gbagbo, le mardi 21 décembre 2010. En effet, en des termes clairs et pleins de détermination, le chef de l’Etat a laissé percevoir ce qui le caractérise : l’humilité dans le combat. Réaffirmant qu’il est le Président de la Côte d`Ivoire, Laurent Gbagbo s’est dit prêt à discuter avec son adversaire, l’opposant Alassane Ouattara et la communauté internationale qui le soutient. Afin de sortir de la crise post-électorale. Mieux, le Président Gbagbo est allé jusqu’à rejeter l’idée de guerre entre Ivoiriens. Là où les hommes armés de Ouattara, aidés de l’Onuci, menacent de renverser son régime au profit du président du Rdr. «Je ne veux pas que le sang d’un seul Ivoirien soit versé. Je ne veux pas d’une guerre en Côte d’Ivoire qui peut s’étendre aux pays voisins ou les affaiblir», a répondu le Président Gbagbo face aux menaces de la nébuleuse et ses démembrements. Qui «veut nous terroriser». «Mais il ne faut pas croire que les légalistes vont le céder à ceux qui ont pris la voie de l’illégalité. Ceux qui respectent la Constitution et donnent leur vie pour la défendre ne vont pas céder à ceux qui veulent saper les fondements de la République et de la démocratie». Parole courageuse. A la lecture de laquelle, il faut en avoir dans le casque, il faut avoir la cervelle brouillée pour penser à une quelconque désespérance de la part du chef. Il n’en est rien du tout. Au contraire, cette position vient confirmer l’idée du Président de la République, Sem Laurent Gbagbo, selon laquelle, «la guerre n’apporte que tristesse et souffrance». «Mes positions sur la conquête et l’exercice du pouvoir sont connues. Pour moi, il ne faut pas vouloir le pouvoir pour le pouvoir. On veut le pouvoir pour servir le peuple. Le pouvoir ne peut pas servir de moyen pour faire souffrir le peuple». Aussi, c’est de bon augure que le Président de la République ait recommandé le calme et la retenue aux Ivoiriens.

Frimo D. Koukou
koukoudf@yahoo.fr


Achetez l'integralite de Le Temps  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS