Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Médiation dans la crise ivoirienne: "Il faut aller vite", insiste Ouattara
Publié le jeudi 30 dcembre 2010   |  AFP


Fêtes
© Reuters


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Alassane Ouattara, reconnu président ivoirien par la communauté internationale, a appelé jeudi à "aller vite" pour résoudre la grave crise politique dans le pays, alors qu`une médiation ouest-africaine est en cours.

"Il faut aller vite, il faut tirer les leçons de tout ce qui s`est passé, il est temps d`agir et de sortir de cette situation", a-t-il déclaré, interrogé par la presse sur cette médiation à son quartier général à Abidjan.

Après une mission mardi en Côte d`Ivoire, trois émissaires mandatés par la Communauté économique des Etats d`Afrique de l`Ouest (Cédéao) doivent revenir lundi.

L`organisation a menacé de recourir à la force si Laurent Gbagbo ne cédait pas la présidence à son rival.

Comme on lui demandait si la solution était diplomatique, M. Ouattara a indiqué: "c`est ce que nous souhaitons tous pour la Côte d`Ivoire et nous souhaitons que ceci se fasse dans les plus brefs délais".

Il a prononcé auparavant un discours de "voeux à la Nation" depuis son QG, un hôtel où il est retranché avec son gouvernement, a constaté un journaliste de l`AFP. Le Golf hôtel est soumis à un blocus routier des forces pro-Gbagbo et est protégé par la mission onusienne Onuci et l`ex-rébellion des Forces nouvelles (FN).

Debout à un pupitre, en présence de son gouvernement dirigé par le chef des FN Guillaume Soro, il a souligné que "l`année 2010 se termine dans la tristesse et la désolation".

"Des centaines de morts ont déjà été dénombrées. Et il y a hélas fort à craindre que ce décompte macabre ne révèle des découvertes plus terribles encore", a-t-il lancé.

Malgré "les impatiences (qui) montent", M. Ouattara a affirmé que son "serment personnel" et son "engagement" étaient "d`épargner le maximum de vies humaines".

Il s`est voulu confiant, promettant que "l`année 2011 sera celle de la rupture avec les dix années de souffrance, de pauvreté et de mort", en référence au régime Gbagbo.

"L`année qui vient est une lueur d`espoir" et doit être "une année de paix", de "réconciliation" et de "reconstruction", a-t-il dit.

LIENS PROMOTIONNELS