Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Abengourou: Paralysie et confusion dans la ville
Publié le vendredi 31 décembre 2010   |  Le Patriote




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
« Nous avons voté ADO et il a gagné. Je ne peux pas comprendre qu’un ami de Gbagbo annule les élections dans tout le Nord et le Centre du pays. C’est irresponsable. Et je ne peux pas accepter que Blé Goudé, un tricheur, insulte le Président de la République alors que son candidat a été un piètre orateur face à lui et qu’il continue de tuer des innocentes personnes ». Ces mots de Sangaré Amy, une dame tenant un des barrages de la commune d’Abengourou traduisent la colère et la révolte qui étreignent les populations d’Abengourou et du Moyen-Comoé qui se reconnaissent en Alassane Ouattara. Comme elle, Diarrassouba Amy ou encore Traoré Nafanta sont autant de jeunes dames qui ont sacrifié leurs occupations économiques pour rejoindre les hommes sur le terrain de la contestation pour répondre ainsi au mot d’ordre du RHDP. « Nous avons reçu la consigne de veiller à ce qu’aucune activité ne se tienne jusqu’à ce que notre victoire nous soit reconnue », continue-t-elle. En fait de cessation des activités, la vie dans la capitale de l’Indénié est restée totalement inexistante pendant toute la matinée de ce jeudi comme ce fut le cas, la veille. Devant les stations-service fermées, des jeunes proches du RHDP ont préféré suspendre leur travail. Ils dévissent tranquillement en commentant les journaux ou en suivant l’actualité sur ONUCI-FM ou RFI en bande courte. Les commentaires vont bon train. Le récent revirement de Blé Goudé qui compte marcher sur l’hôtel du Golf ce samedi et la médiation de la CEDEAO tiennent une bonne place dans les causeries. « Blé Goudé veut préserver sa récente nomination en sacrifiant les jeunes innocents. Il va les envoyer à l’abattoir et se cacher derrière pour récolter les dividendes » analyse un jeune homme. Pour lui, la CEDEAO fait gagner du temps à Laurent Gbagbo. Un autre est encore plus agressif : « Gbagbo a fait envoyer des miliciens armés dans la région. Mais s’il pense pouvoir installer une guerre civile, il se trompe. Il partira et la Côte d’Ivoire sera mieux gérée par ADO et le RHDP» déclare-t-il, sûr de lui. Aux différents barrages de la ville, le contrôle est strict. Tous les véhicules particuliers sont soumis à une fouille sommaire avant de se voir autorisés à continuer leur chemin. Vers midi, sur instruction de certaines autorités municipales et du Roi, les barrages ont été levés et la vie a repris son cours normal. Toutefois, à Niablé, la ville est restée paralysée tout comme à Agnibilékrou ou les activités sont restées bloquées. Une situation qui n’a pas été du goût des manifestants. Déjà à 10h, au cours d’une réunion avec les forces vives et les « corps constitués » de la ville, le Préfet de Région, Anon Léopold Florent, a demandé que les uns et les autres suivent la légalité selon laquelle le Conseil constitutionnel a déclaré le vainqueur de l’élection présidentielle. Par conséquent, il a déploré les troubles qui ont cours depuis l’annonce des résultats et a demandé que la capitale de l’Indénié respecte sa réputation de cité de la paix. Prenant la parole, le DRC du RHDP, Boa Edjampan Tiémélé, a demandé que l’autorité administrative situe les choses dans leur contexte en précisant qui a réellement remporté l’élection, à savoir Alassane Ouattara. Plus intransigeant, le DDCA Cissé Daouda Salif a dit qu’il rendra compte à la hiérarchie car selon lui, le Préfet a choisi le mauvais camp en ne respectant pas une décision prise par le Président élu.

Armand Déa, correspondant


Achetez l'integralite de Le Patriote  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS