Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Youssouf Bakayoko relance la polémique sur les résultats - Le président de la Cei, le grand absent de la médiation
Publié le mardi 4 janvier 2011   |  L'Inter




Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Le président de la Commission électorale indépendante (Cei) a donné un coup de pied dans la fourmilière en revenant sur les résultats du second tour de la présidentielle. En rompant le silence dans lequel il s’était muré depuis qu’il a proclamé les résultats du second tour, Youssouf Bakayoko relance en effet la polémique sur la crédibilité de ces résultats. A la faveur d’une conférence de presse qu’il a animée le week-end dernier à Paris, le président de la Cei a éclairé l’opinion nationale et internationale sur les circonstances dans lesquelles lui et ses collaborateurs ont travaillé durant les trois jours ayant suivi la fin du scrutin. Pourquoi Bakayoko parle-t-il maintenant ? Et pourquoi depuis Paris, alors que les médiateurs qui défilent à Abidjan auraient bien voulu entendre ici sa version des faits ? Le président de la Cei est en effet le grand absent des consultations des négociateurs africains qui tentent de démêler l’écheveau de la crise post-électorale qui plombe le fonctionnement de l’Etat. Ses explications, données depuis les bords de la Seine, quoique tardives, ont le chic de relancer le débat sur les résultats proclamés par l’institution qu’il dirige. Youssouf Bakayoko répond notamment aux commentaires auxquels se sont adonnés certains commissaires de la Cei proches du camp présidentiel. Il revient, entre autres, sur trois points ayant nourri la polémique. D’un : le fait que les résultats proclamés n’ont pas été validés par tous les commissaires. Selon Bakayoko, les résultats donnant Alassane Ouattara gagnant ont été « consolidés » en présence de tous. Décrivant l’atmosphère dans laquelle se sont déroulés les travaux, voici ce qu’il déclare : « Nous revenons dans la salle, nous demandons aux uns et aux autres de savoir raison garder et nous poursuivons l’examen des différents résultats. Tout le monde a siégé jusqu’à la fin(…) C’était mercredi soir ( 1er décembre 2010) ». Des propos qui contredisent d’autres témoignages que l’on a pu entendre jusque-là. De deux : à propos de la validité des résultats proclamés en dehors des locaux de la Cei, des analystes et autres commentateurs qui se sont prononcés sur la question ont soutenu que Bakayoko n’était pas fondé à donner les résultats dans un lieu autre que la Cei. « J’ai proclamé des résultats, personne ne me dit que nous n’avons pas le droit de proclamer les résultats à tel ou tel endroit », répond-il, avant de revenir sur les conditions d’insécurité qui l’ont poussé à se réfugier à l’hôtel du Golf. « A un moment donné, notre institution, notre maison a été envahie par des personnes en tenue (…) Evidemment, cela a créé une grande panique. Compte tenu de ce que nous avons vu la veille avec notre porte-parole ( ndlr : allusion aux feuilles arrachées des mains de Bamba Yacouba par Damana Pickas) et compte tenu de ce que tous les journalistes qui étaient là avaient été mis hors de la Cei sans que l’on m’ait consulté(…) Je voulais bien venir à la Cei pour procéder à cette proclamation. Quand j’ai vu qu’autour de la Cei ces gardes, ces corps habillés dont je viens de vous parler étaient là, je me suis dis que la sécurité n’était pas tout à fait au point », a-t-il longuement expliqué. De trois : le rôle de la certification. Là où le camp présidentiel estime que le dernier mot revient au Conseil constitutionnel, le président de la Cei, lui, soutient que « pour cette présidentielle sans cesse repoussée depuis 2005, il était d’ailleurs convenu- et c’est exceptionnel- que le certificateur de l’Onu aurait le dernier mot et que sa parole serait au-dessus de celle du Conseil constitutionnel ». Voilà qui relance les débats.
Assane NIADA
Photo : Youssouf Bakayoko
Légende : Les explications du président de la Cei vont certainement nourrir les conversations ces jours-ci


Achetez l'integralite de L'Inter  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS