Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Interview / Mme Touré Aya Virginie, Présidente du RFR - “Les Evêques doivent avoir le courage de dire la vérité”
Publié le mardi 11 janvier 2011   |  Le Patriote




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Présidente du Rassemblement des Femmes Républicaines (RFR), Mme Touré Aya Virginie en a gros sur le cœur. Elle crache ici ses quatre vérités aux Evêques qui ont décidé de s’ériger en défenseurs du régime sortant de Laurent Gbagbo. Avant d’exprimer son espoir pour une Côte d’Ivoire de paix et de développement, avec à sa tête le président Alassane Ouattara.
Le Patriote : En tant que chrétienne, quelle lecture faites-vous de la récente déclaration des Evêques sur la situation sociopolitique actuelle ?
Touré Aya Virginie : Pour moi, il s’agit d’une déclaration honteuse pour l’Eglise catholique. Comme vous l’avez dit, je suis chrétienne pratiquante. Il faut dire que ces Evêques ont jeté la honte et le déshonneur sur la communauté chrétienne de Côte d’Ivoire. Leur travail était d’appeler à la paix, de prier pour que le Seigneur donne à la Côte d’Ivoire le dirigeant qu’il faut. Un dirigeant responsable, qui aime la paix. C’était cela leur rôle. Mais ils n’avaient pas à prendre parti. Le faisant, ils ont souillé leur soutane. C’est honteux ! Heureusement que c’est seulement une poignée de prêtes qui ont agi ainsi. Il y en a qu’on voyait venir depuis longtemps. Mais on a beau nagé dans les eaux troubles, on finit un jour par se dévoiler. Heureusement que la majorité des prêtes ne se reconnaissent pas dans cette déclaration. Ce n’est pas parce qu’on est Evêque qu’on doit fermer les yeux dans une situation claire qui n’est pas du tout ambigüe. Il y a eu une élection. Il y a eu un gagnant, qui n’est autre que le Dr Alassane Ouattara. Les Evêques devaient avoir le courage de dire cela. Et qu’il faut que le président sortant parte. C’est aussi cela la religion Chrétienne, le respect de la Justice.

LP : Votre colère est certainement légitime, mais ne pensez-vous pas être allée un peu trop fort ?
TAV : Pas du tout. Mais vous savez, il s’agit des Evêques, donc des leaders d’opinion. Des fidèles se reconnaissent en ces leaders. Un leader d’opinion a beaucoup d’emprises sur le fidèle. Parce que dans la religion Catholique, après le Pape c’est bien l’Evêque. Mais quand des Evêques pataugent dans du flou et qu’ils parlent de souveraineté, alors qu’il y a eu des morts, des miliciens qui ont tiré à bout portant sur de pauvres manifestants aux mains nues qui ne demandaient qu’un rétablissement de la vérité. Ils n’ont rien dit. Et aujourd’hui, parce qu’on veut faire partir Laurent Gbagbo, le mauvais perdant de l’élection, ils parlent de souveraineté. Le problème de souveraineté, c’est un problème que le président Félix Houphouët-Boigny a réglé depuis les années 60. Gbagbo n’a donc aucun problème de souveraineté à régler. Nous sommes un pays souverain. Alors, que les Evêques se contentent de prier pour que la paix revienne définitivement en Côte d’Ivoire.

LP : Avec cette sortie des Evêques, n’avez-vous pas le sentiment que le conflit dépasse le seul aspect politique, pour glisser sur un terrain religieux ?
TAV : Heureusement que les fidèles et même des prêtes n’ont pas suivi. Et ils ne suivront pas. Il y a une poignée d’Evêques seulement qui savent pourquoi est-ce qu’ils ont fait cela. Mais qu’ils sachent que leur objectif ne sera pas atteint. Parce que les fidèles catholiques, dont je fais partie, ne suivront pas cette déclaration. Le problème qu’il y a en Côte d’Ivoire n’est pas un problème religieux. Les Ivoiriens, toutes religions confondues, se fréquentent. Ils s’aiment entre eux. C’est purement un problème politique. Il y a une élection qui a été organisée. Mais le perdant a décidé de s’accrocher au pouvoir. Il doit partir et c’est réglé. Les Ivoiriens ont peur, parce que tout simplement il s’arcboute derrière l’armée pour se maintenir, quel que soit le prix à payer. C’est de cela que les Ivoiriens ont peur. Sinon, tout le monde sait que Gbagbo doit partir parce qu’il a perdu les élections. Il doit partir pour laisser les Ivoiriens qui s’aiment entre eux depuis toujours. Voyez dans les villes. Les Ivoiriens, chrétiens et musulmans, se fréquentent tous les jours. Le conflit en Côte d’Ivoire n’atteindra jamais la religion. Il est politique et restera politique.

LP : En parlant de la résolution de cette crise ivoirienne, il est de plus en plus question d’une intervention militaire comme recommandée par le président Alassane Ouattara. Mais d’aucuns, notamment dans le camp de Laurent Gbagbo, soutiennent qu’il s’agit là d’une « attaque » contre la Côte d’Ivoire. Quel commentaire?
TAV : Le président de la République, SE M. Alassane Ouattara, n’a pas demandé à une armée de venir attaquer la Côte d’Ivoire. Comme vous le connaissez, c’est un homme de paix, c’est un enfant du président Félix Houphouët-Boigny. S’il n’aimait pas la paix, je pense qu’on n’aurait même pas eu besoin de faire venir quelqu’un. On aurait réglé les choses ici, entre nous. Comme le veulent les gens du LMP, on aurait glissé vers une guerre civile. Mais Alassane Ouattara est un homme de paix. Or avec Gbagbo, il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre. Il y a eu plusieurs médiations. Le président Alassane Ouattara ne cesse de lui tendre la main. Mais Gbagbo ne veut rien savoir. Nous ne pouvons donc pas rester dans ce bicéphalisme. Les Ivoiriens souffrent. Ils ne savent pas à quel saint se vouer. Rien ne marche, tout est bloqué. C’est pour cela que, comme l’a dit le président de la République, l’armée de la CEDEAO viendra chercher Laurent Gbagbo. Il ne s’agira pas pour les soldats de la CEDEAO de s’attaquer à la population ivoirienne. Je ne suis pas militaire, mais je suis persuadée qu’ils ont leur manière. Parce que l’histoire démontre qu’il y a eu des cas similaires ailleurs. Ils viendront donc prendre Laurent Gbagbo pour partir. Il s’agira donc de libérer la Côte d’Ivoire et les Ivoiriens. Je rassure, une fois de plus, les femmes ivoiriennes pour dire que les soldats de l’ECOMOG ne viendront pas pour faire la guerre à la Côte d’Ivoire. Ça jamais ! Ce n’est pas leur idée. Ils viennent, au contraire, nous délivrer de cet usurpateur, qui se dit enfant des élections mais qui est, en réalité, un dictateur en puissance. Ils viennent nous libérer, pour que la vie reprenne et que les Ivoiriens réapprennent à vivre ensemble, parce que la Côte d’Ivoire a été conçue sur le Vivre Ensemble. Et pour cela, rappelez-vous du même Laurent Gbagbo qui disait que quand il était petit, il allait manger chez les gens du Nord. C’est à cause du Vivre Ensemble qu’il mangeait chez les autres. Aujourd’hui, il faut qu’il parte pour que la Côte d’Ivoire reprenne son développement et sa place dans le concert des nations. Le président Alassane Ouattara ne veut pas prendre son pouvoir dans le sang. Il ne veut pas avoir les mains tachées de sang. C’est pour cela qu’il est en train de faire prévaloir le dialogue.

LP : Quel appel pouvez-vous lancer aux populations, notamment aux femmes dont vous êtes une des leaders ?
TAV : D’abord, je voudrais m’adresser aux journalistes et hommes de médias. Que tous comprennent une fois pour toute que le Dr Alassane Ouattara n’est pas un président imposé par la Communauté internationale. Il est le président élu par les Ivoiriens. Il est donc, avant tout, le président des Ivoiriens. Il faudrait que cela soit dit comme tel. Aux femmes, comme nous l’avons dit au cours de notre dernière rencontre d’hommage au président Ouattara, je demande de rester sereines et mobilisées. Car le bout du tunnel n’est pas loin.
Réalisée par Yves M-Abiet,


Sentant la fin de son imposture
Le clan Gbagbo prépare le chaos financier
Un vrai braquage des caisses du pays. Alors qu’il agite l’épouvantail de la guerre civile, pour espérer échapper à une opération militaire visant à le chasser du fauteuil présidentiel qu’il usurpe et surtout appelle les jeunes patriotes à la résistance en sachant bien qu’ils vont au devant de la mort, Laurent Gbagbo fait tranquillement convoyer d’énormes sommes d’argent hors du pays.
Comme lui et son clan savent que leurs avoirs sont gelés ou le seront sous peu en Europe et aux Etats-Unis, ils ont trouvé un point de chute tranquille pour leurs valises pleines d’argent : le golfe, précisément le Liban.
Selon une source très introduite, le président sortant, qui sait pertinemment que ses jours, comme l’a signifié le chef de l’Etat sierra-léonais, sont comptés au Palais du Plateau, fait transférer, à son profit, de nombreux fonds au Moyen et au Proche Orient. Naturellement, l’exemple a été suivi par certains membres de son cercle restreint. Notamment, le président du comité de gestion de la filière café-cacao, Anoh Gilbert qui a récemment envoyé au Liban, Kabran Appia avec dans ses bagages, la rondelette somme de 3 milliards de FCFA. Vous l’aurez sans doute deviné, sa mission est, bien entendu, de « planquer » en «lieu sûr » ce « magot », extirpé dans les fonds de l’Etat. Kabran Appia a été accompagné par les gendarmes. Avant qu’il ne prenne les airs, le sieur Kabran, connu plus pour ses incartades politiques que son talent de juriste, avait reçu un cadeau de son envoyeur Anoh Gibert : un véhicule Range Rover Sport, acheté à 70 millions de nos francs.
Depuis quelques semaines, ces vols s’intensifient. Chaque jour, les refondateurs convoient hors de nos frontières, par voie terrestre ou aérienne, des sacs bourrés d’argent, l’argent du contribuable ivoirien. Sentant la fin de leur imposture, ils cherchent à assurer, dans l’illégalité, leurs vieux jours. Et le drame dans tout ça, c’est le jeu trouble des frontistes. Pendant qu’ils cherchent à mettre à l’abri du besoin leur famille, donc leur progéniture, ils manipulent à souhait les enfants des pauvres qu’ils veulent pousser à la mort en appelant à « défendre » la prétendue souveraineté de la patrie, en cas d’opération militaire pour chasser Laurent Gbagbo du pouvoir.
Cela devrait faire réfléchir ces milliers de jeunes désœuvrés, qui ont plus besoin de travail et de formation, que de discours creux, foncièrement faux.
Y. Sangaré



Achetez l'integralite de Le Patriote  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS