Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Dimbokro : Education nationale / Timide reprise des cours
Publié le mercredi 12 janvier 2011   |  Le Quotidien




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
L’école reprend timidement à Dimbokro, depuis l’appel lancé par Mme le ministre de l’éducation
nationale, Jacqueline Oble aux acteurs du système éducatif ivoirien de reprendre les cours le lundi 3 janvier dernier. Depuis ce temps, les choses avancent timidement. C’est le constat fait, le jeudi 06 janvier dernier, par notre équipe de reportage qui a sillonné plusieurs établissements de la ville. Au lycée moderne où nous nous rendus en premier, les classes visitées n’affichent pas l’ambiance comme à l’accoutumée. Azié Wakoubo Maurice, proviseur dudit établissement, que nous avons surpris en pleine réunion avec ses administrés nous dit ceci « par apport aux autre 3 jours écoulés, ce jeudi 6 janvier, je suis vraiment content et fier de mes collaborateurs et de
mes élèves. L’administration et les enseignants sont présent à 80 % et élèves à 75%, se qui démontre déjà une volonté de travailler. Je suis confiant et j’ai espoir que nous allons faire une bonne année scolaire ici au lycée de Dimbokro et pourquoi pas dans le N’zi Comoé.

Depuis ce matin j’ai entrepris une visite dans les salles de classe et surtout les classes d’examen pour dire aux élèves présent de véhiculer la nouvelle à leurs camarades pour qu’ils viennent à l’école, car le temps qui nous est imparti pour les examens de fin d’année avance. Donc il est nécessaire pour ceux qui se sont pas encore acquittés de leur droit d’examen de le faire dans un bref délai » a-t-il conclu avant d’exhorter les parents d’élèves à laisser l’école en dehors de la politique tout en leur demandant d’encourager les enfants à venir à l’école. Au collège moderne, plus de la moitié de l’effectif des enseignants et élèves manquait à l’appel. Selon les explications d’un professeur, ces absences ne s’expliquent pas par un boycott, mais plutôt par les ‘’effets collatéraux’’ des rumeurs de chasse à l’homme dans la ville et des fêtes de fin d’année. Le constat était aussi le même aux collèges N’zi-Comoé, Challenge, Bénédiction, Christ Roi, Laffissou et bien d’autres établissements de la ville<

Joséphine Dienou
Correspondant régionale


Achetez l'integralite de Le Quotidien  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS