Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Avec "Le Grand Journal", Gbagbo cherche un "écho favorable" dans l`opinion publique
Publié le jeudi 13 janvier 2011   |  20minutes.fr


Crise
© AFP par SIA KAMBOU
Photo: Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo (D), lors de son entretien avec Michel Denisot à Abidjan, le 11 janvier 2011


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
DECRYPTAGE - Pour son premier entretien à une chaîne de télévision française, le président sortant de Côte d`Ivoire a choisi de répondre aux questions de Michel Denisot...

Alors que son rival, Alassane Ouattara, est reconnu comme président de la Côte d`Ivoire par la communauté internationale, c’est Laurent Gbagbo, le président sortant qui refuse de laisser sa place, qui s’exprimera ce mercredi, dès 19h05, dans Le Grand Journal de Canal+.

Pour son premier entretien accordé à une chaîne de télévision française, Laurent Gbagbo a en effet choisi de répondre aux questions de Michel Denisot. Un choix qui peut paraître original, mais qui s’explique par un «opportunisme éditorial», indique à 20minutes.fr Antoine Glaser, spécialiste de l’Afrique, ancien directeur de La Lettre du Continent et auteur avec Stephen Smith de Sarko en Afrique (Plon).
Offensive médiatique

«Le fait de passer dans Le Grand Journal est assez habile. Laurent Gbagbo considère que les grands médias français sont trop proches, trop à l’écoute du Quai d’Orsay. En choisissant Canal+ et Le Grand Journal, qui a la réputation d’être plus critique vis-à-vis du pouvoir, il pense prendre le contre-pied», analyse Antoine Glaser. Car les soutiens et réseaux du président sortant ivoirien sont passés à l’offensive médiatique à Paris depuis plusieurs semaines.

En réponse, les consultants d’Alassane Ouattara ont repris en main sa visibilité en France. «Comme il ne peut pas communiquer au niveau local car les médias sont tenus par les partisans de Gbagbo, ils estimaient qu’il était trop “bunkerisé” dans l’Hôtel du Golf, et qu’il devait être plus entendu à Paris», indique Antoine Glaser. Le président ivoirien reconnu par la communauté internationale s’est donc exprimé la semaine dernière sur France 24, sur Europe 1, ou encore dans Le Figaro.
... suite de l'article sur 20minutes.fr

LIENS PROMOTIONNELS