Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

L’ONUCI attaque la cité universitaire de la riviera 2 : Un véhicule calciné
Publié le vendredi 14 janvier 2011   |  Notre Voie


Crise
© Reuters


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Une fumée noire au carrefour de la Riviera 2 signale l’incident survenu entre les étudiants de la cité universitaire de la Riviera 2 et la force onusienne. Des jeunes gens autour du véhicule calciné célèbrent leur victoire par des chants. Approché, l’un des responsables de la cité estudiantine donne les raisons de leur action, au cours de la journée d’hier : “L’ONU-CI n’est plus impartiale dans le conflit ivoirien et ne l’a même jamais été. Nous constatons que chaque fois que les véhicules vont vers Abobo, il y a des problèmes. Et ce sont toujours des Ivoiriens qui meurent. Nous disons non à cela”. Il poursuit : “Dans la nuit du mardi 11 janvier, 10 colonnes de chars onusiens quittent le lycée américain pour se diriger dans le sens d’Abobo à minuit. Le lendemain, nous constatons que les combats qui ont eu lieu dans ce quartier de la commune d’Abidjan sont plus graves et plus meurtriers entre les rebelles et les forces de défense et de sécurité. Et cela nous a montré que l’Onuci est réellement impliquée dans ce conflit. Pire, elle approvisionne les unités des rebelles d’Abobo en munition et en nourriture. Aujourd’hui encore, pendant que 6 chars et 5 véhicules de type 4x4 se rendaient dans la même direction, nous avons été informés aussitôt. Le matin, nous avons érigé des barricades au niveau du feu de la Riviera 2. Les éléments de l’Onuci n’ont pas négocié leur passage mais ont répondu par la violence. Deux étudiants ont été blessés. Nous avons porté secours à nos camarades. Les agents de l’Onuci ont pris la fuite et abandonné un véhicule. Le propriétaire de ce véhicule avait, avant sa fuite, pointé son arme sur un étudiant. C’est ainsi que nous avons brulé ledit véhicule et brisé les vitres d’un autre par jets de pierre”. Il termine son propos en ces termes : “Nous avons découvert des vivres (pains) qu’ils apportaient aux rebelles ainsi que des vêtements”.

Les agents de police du 18eme arrondissement et du District de Cocody se sont rendus sur les lieux pour maintenir l’ordre et s’assurer que les étudiants ne se sont pas approprié des armes onusiennes. Tout est entré dans l’ordre par la suite.

SKB


Achetez l'integralite de Notre Voie  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS