Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Un million de Fcfa pour libérer leurs otages
Publié le samedi 15 janvier 2011   |  Le Temps




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Dans les villages environnants du département de Duékoué, de nombreuses personnes sont détenues par les assaillants. Ceux-ci réclament aux parents de leurs détenus, une rançon d’un million de Fcfa avant de les libérer. La plupart des personnes prises en otage par les rebelles ont leurs parents soit à Duékoué, soit à Abidjan. Les rebelles qui les détiennent ont plus ou moins une idée sur chacun des membres de leurs prisonniers. C’est le Cas de Mme Gnanhé Yvonne, une dame d’un âge avancé qui pleure sa fille ainée bloquée par les rebelles dans leur village. Elle pleure parce qu’elle n’aura jamais cette somme exigée par les rebelles pour sa libération. A Zia, c’est le même calvaire pour les villageois qui ont pu s’échapper sans leurs proches parents. Dans ce village, plusieurs personnes sont retenues par des assaillants qui refusent de les laisser partir sans avoir préalablement encaissé leur prime. De nombreux refugiés ne savent plus à quel saint se vouer. Ils en appellent à la sagesse des assaillants et leur demande de libérer leurs frères sans aucune condition. D’autre part, malgré les tentatives de réconciliations prônées, la situation demeure toujours précaire et peu à tout moment, s’embraser si l’on n y prend garde. Les populations autochtones qui commencent à se regrouper dans les encablures de la commune peuvent être animées d’un esprit de revanche. C’est pourquoi, il est important de multiplier les rencontres intercommunautaires afin d’apaiser les suspicions.

J.B.Essis


Achetez l'integralite de Le Temps  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS