Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Appels à la haine, charniers,affrontements interethniques : Attention, Gbagbo prépare un génocide !
Publié le samedi 15 janvier 2011   |  Le Patriote




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
C’est un avertissement. Et il est à prendre très au sérieux d’autant plus qu’il émane d’une structure – en l’occurrence l’ONUCI – qui sait de quoi elle parle. Avant-hier, en effet Simon Munzu, le Directeur de la Division des Droits de l’Homme de l’ONUCI a été, on ne peut plus clair. Il a tiré sur la sonnette d’alarme sur la préparation d’un génocide en Côte d’Ivoire.

D’aucuns ont avancé l’idée d’un génocide imminent en Côte d’Ivoire : la Côte d’Ivoire serait au bord d’un génocide. Nous tenons à préciser que nous n’en sommes pas encore là. Je répète que, sur la base des faits à notre disposition, on ne peut pas dire que la Côte d’Ivoire soit au bord d’un génocide. Au moins si on s’en tient à la définition légale du génocide. Mais, il se peut qu’on avance vers le génocide. Et, nous devons donc être vigilants en Côte d’Ivoire (…)», a-t-il prévenu lors d’un point de presse avant-hier.

RTI comme « Radio mille collines »

Simon Munzu a cependant fait savoir que les mêmes causes qui ont entraîné le génocide, notamment au Rwanda, sont en passe d’être réunies en Côte d’Ivoire: « (…) Nous observons en Côte d’Ivoire ces derniers temps, les phénomènes qui, ailleurs, ont effectivement abouti au génocide», a-t-il dit. Et de poursuivre : « (…) les positions intransigeantes adoptées par les uns et les autres sur l’échiquier politique où chacun veut tout gagner en s’attendant à ce que l’autre perde tout. On était dans une telle situation de bipolarisation au Rwanda dans les années 90», a-t-il rappelé. Avant de dénoncer le rôle des médias d’Etat, notamment la RTI dont le caractère très partisan a poussé à la création d’une Radio par l’opposition: « (…) Nous voyons le rôle que jouent les médias. Aussi bien les médias d’Etat que les médias privés. Depuis pratiquement deux mois, la RTI est consacrée à faire l’apologie d’un seul camp dans le différend politique actuel. Tout le monde peut le constater. Alors que s’agissant d’un média d’Etat, pour mieux éclairer les Ivoiriens, l’opinion publique nationale, internationale, il aurait été non seulement souhaitable mais impératif que la RTI soit plus équilibrée d’abord dans son analyse propre mais aussi et surtout, dans l’espace offert aux différents protagonistes d’éclairer l’opinion et faire avancer la compréhension de la situation. Et cela nous rappelle justement le rôle que certains médias ont joué au Rwanda.

Comme si pour y répondre, ces derniers temps, nous observons la création, la diffusion d’une nouvelle radio: Radio Côte d’ivoire, la Voix du Rassemblement.»

Les ‘’jeunes patriotes’’ comme les ‘’interhamwés’’ au Rwanda

Dans sa volonté de prévenir les uns et les autres sur les risques éventuels d’un génocide, le patron de la Division des Droits de l’Homme de l’ONUCI, ne s’est pas arrêté là. Il a fait de graves révélations qui donnent froid dans le dos : « (…) Aujourd’hui, on nous dit qu’il y a des jeunes de la galaxie patriotique qu’on est en train de former, à qui on distribue des cartes d’identité ou il est marqué ‘la Côte d’Ivoire ou la mort’. Nous disons que cette chose doit être prise au sérieux, enquêtée et que cela pourrait être précurseur de drames que nous avons vécus au Rwanda. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, nous n’en arriverons pas là en Côte d’Ivoire. Je répète donc, aujourd’hui, il serait exagéré de dire que la Côte d’Ivoire est au bord d’un génocide.

Mais si vous regardez froidement les faits, on peut aussi dire qu’il y a lieu de nous inquiéter parce que qu’il y a des signes qui ne sont pas bons (…)» A cela s’ajoute le fait que des personnes qui n’ont pas le droit de posséder des armes en possèdent.

« (…) Parce que si cela se confirmait qu’un camp ou un autre commence à armer, distribuer les armes aux civils, là encore, il y a lieu de craindre qu’on se trouve dans la situation du Rwanda.

Nous savons ce qui s’est passé là-bas. Et au Rwanda, n’oubliez pas que les forces armées rwandaises (FAR) avaient travaillé de connivence avec les interhamwés, les milices. Donc, si vous voulez, les milices gouvernementales qui ont travaillé main dans la main avec l’armée régulière pour commettre des actes de génocide».

Les assurances de l’ONUCI

Pour sûr, l’ONUCI se dit déterminée à éviter un génocide en Côte d’Ivoire. Cette assurance a été donnée par le conférencier en des termes très clairs et précis: « (…) Beaucoup ont reproché aux Nations Unies d’être présentes au Rwanda quand le génocide a été déclenché et s’est opéré.

Aujourd’hui, les Nations Unies ont une mission en Côte d’Ivoire. Il ne faudrait pas que pendant qu’une mission des Nations Unies est en Côte d’Ivoire, un génocide se prépare sous nos yeux et qu’un, trois, cinq ans plus tard, on dise encore que les Nations Unies étaient quelque part et ont laissé se produire un génocide. C’est pour cela que tant que la mission est encore ici, elle va veiller à ce qu’on n’arrive pas là à travers notre travail d’investigation».

En tout état de cause, si d’aventure un génocide se produisait en Côte d’Ivoire, il doit être mis sur le compte du chef de l’Etat sortant. Depuis la marche pacifique du RHDP matée dans le sang par les Forces de défense et de sécurité fidèles à Gbagbo, le nombre de morts s’agrandit. L’ONUCI a fait état de 247 victimes tombées sous les balles assassines des hommes de Gbagbo. Le nombre de déplacés est tout aussi inquiétant: 17 160 personnes déplacées, dont 14 853 à Duekoué, 2009 à Man et à Danané. Et des charniers existeraient tant à Abidjan qu’à l’intérieur du pays.

Yves-M. ABIET


Achetez l'integralite de Le Patriote  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS