Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

L’Interview du Président Gbagbo sur Canal+ fait trembler l’Elysée
Publié le lundi 17 janvier 2011   |  Le Temps


Le
© Autre presse


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
L’interview du chef de l’Etat sur Canal+ (…) met tout l’Elysée en émoi. Car là-bas, on a peur
que la vérité sur la crise ivoirienne éclate.

La double interview réalisée par Michel Denisot en Côte d’Ivoire, où le journaliste est allé interroger, tour à tour, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara (en duplex de Paris), n’est pas le moment le plus simple qu’il ait eu à connaître dans sa carrière. On en est même à se demander ce qu’est allé faire le journaliste vedette de Canal+ dans un tel bourbier, où s’entremêlent les intérêts contradictoires, non seulement des deux principaux intéressés, qui s’entre-déchirent depuis des semaines, mais aussi de l’Elysée et de quelques officines parisiennes, où la question de la Côte d’Ivoire est plus que sensible. Annoncée à grands roulements de tambours par la chaîne, l’interview de Laurent Gbagbo, dont Nicolas Sarkozy est décidé à avoir le scalp, jette d’abord comme un coup de froid du côté de l’Elysée, où une telle tribune offerte à celui que la France et une grande partie de la communauté internationale rejettent, apparaît inacceptable. La cellule africaine du chef de l’Etat, qui s’en émeut, est d’autant plus remontée que la forme très présidentielle de l’entretien – «cette
tribune offerte sur un plateau », entend-on – qui voit un Laurent Gbagbo (…) plastronner
dans son costume de chef d’Etat, donne le sentiment qu’une page se tourne en Côte d’Ivoire.
Tout cela heurte la diplomatie française et agace au Château: «On présidentialise
soudainement un homme dont la victoire est pourtant contestée de toutes parts. On donne
le sentiment de crédibiliser sa démarche», commentait, perplexe, ce matin, le conseiller en
communication de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, Frank Louvrier. L’entretien de Laurent Gbagbo
est d’autant plus mal accepté, notamment au Quai d’Orsay, qu’à cet instant Alassane
Ouattara est absent du casting de Canal+. Venu à Abidjan pour Gbagbo, Michel Denisot n’a
pas pour projet immédiat d’aller interroger l’adversaire politique de Gbagbo, même si une
demande va être faite. Explication: le climat d’Abidjan est explosif et la mise en œuvre d’un
tel entretien apparaît difficile, car les hommes de Gbagbo contrôlent tout, verrouillent tout.
A commencer par l’accès à l’hôtel où s’est réfugié Ouattara. Canal+, qui s’est débrouillé seul
pour obtenir Gbagbo, n’est d’ailleurs pas passé par la cellule de communication d’Havas,
pilotée par son Directeur général adjoint, Stéphane Fouks. Laquelle cellule, attachée à
Laurent Gbagbo depuis quelques années – après avoir défendu les intérêts d’Alassane
Ouattara (..). Et c’est là que rentre en lice une spécialiste de la communication, conseillère
depuis 11 ans d’Alassane Ouattara, Patricia Balme. A la tête de PB Com Internationale, cette
figure discrète et efficace du monde de la communication va, en liaison avec la cellule
africaine de l’Elysée et une société de communication ivoirienne, Woodoo, intervenir auprès

du bureau de Michel Denisot et plaider pour que, par souci d’équilibre, l’adversaire de
Laurent Gbagbo fasse également l’objet d’un entretien sur la chaîne cryptée. Ce qui sera le
cas: une fois rentré à Paris, l’animateur du Grand Journal l’organise. Il a été diffusé, hier soir.
Mais pourquoi de Paris et pourquoi en réaction? «Il faut savoir que c’est l’administration de
Laurent Gbagbo sur place qui contrôle tout. Qu’aller à la rencontre de Ouattara sans
autorisation et avec une équipe de dix personnes, dans un pays où Canal+ et moi-même
sommes très connus et reconnus dans la rue, le tout, enfin, dans un tel climat de tension,
comportait de très gros risques. Il fallait être d’une extrême prudence et jamais je n’aurais
mis mes équipes en danger», explique le journaliste. Et d’ajouter, «Rien ne m’obligeait à
faire d’ailleurs ce second entretien. L’Express s’obligerait-il à donner la parole à Ouattara s’il
publiait un entretien de Laurent Gbagbo? Je ne le crois pas » Mais L’Express n’est pas Canal+
et l’impact de cet entretien télévisé sans commune mesure avec une interview dans notre
journal. «Mais que de difficultés», poursuit Michel Denisot. «Dès le départ, dans l’avion qui
nous a amenés à Abidjan, les hommes de Gbagbo étaient là et la tension était palpable: nous
étions sous surveillance et sans grande marge de manœuvre. Quant à Ouattara, n’imaginez
pas que ce fut plus simple: une extrême tension règne là aussi et son entourage, également
sur les dents, s’est fait très menaçant. A L’image des hommes de Gbagbo. Bien sûr que nous
voulions faire Ouattara, mais pas à n’importe quel prix. Pas à n’importe quels risques. Nous
étions en terrain miné», conclut Michel Denisot.

L’Express.fr


Achetez l'integralite de Le Temps  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS