Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Économie

Bceao - Dacoury-Tabley : le combat aveugle contre Ouattara
Publié le mardi 18 janvier 2011   |  Nord-Sud


Coopération
© Autre presse par Hubert Molaire/Mediamosaique.com
Vendredi 14 mai 2010. Montréal (Canada). Photo: le gouverneur de la BCEAO s`adressant à l`assistance


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Contre toute logique, le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) a choisi de se mettre en porte-à-faux avec ses mandants de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). Mais s’il ne prend garde, Philippe-Henry Dacoury-Tabley risque d’être parachuté en raison de son entêtement à composer avec le régime «déchu» de Laurent Gbagbo. C’est du moins, ce qui transpire du Conseil de gouvernement tenu vendredi dernier à Abidjan. Selon le ministre des Infrastructures économiques, Patrick Achi, porte-parole du gouvernement, «du fait des obstructions diverses de la part de Philippe Dacoury-Tabley ainsi que du Directeur national (Dn) de la Bceao, Denis N’Gbé, des lenteurs excessives» ont été relevées dans la mise en œuvre des instructions découlant de la session extraordinaire du Conseil des Ministres de l’Uemoa du 23 décembre 2010 à Bissau. La réunion des instances de l’union à Bamako n’a pas permis non plus de les ramener à la raison. M. Achi indique que cette attitude «rebelle» de ces deux dirigeants cause un préjudice inacceptable à l’Etat de Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, l’équipe du président élu, Alassane Ouattara a décidé de sévir. «En effet, depuis les décisions du Conseil des Ministres extraordinaire de Bissau le 23 décembre 2010, des représentants non habilités ont opéré des décaissements pour plus de 70 milliards de Fcfa sur les comptes du trésor à la Bceao. Après avoir entendu cette communication, le conseil a instruit le ministre de prendre toutes les dispositions pour engager la responsabilité personnelle de M. Philippe Dacoury-Tabley, et de M. Denis N’Gbé», prévient le ministre des Infrastructures économiques, Patrick Achi. C’est clair, le gouverneur et le Dn, déjà sur la «liste noire», se mettent dangereusement en situation inconfortable qui pourrait les mettre en délicatesse avec l’institut d’émission. Le nouveau président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, s’offusque que la banque centrale ne joue pas le jeu. «Ce qui explique la présence du directeur général et de son adjoint sur la liste des personnalités à sanctionner. Or, tous m’ont écrit une lettre dans laquelle ils expliquent avoir agi sous contrainte». Avant de poursuivre : «je comprends que cette période transitoire s’avère délicate pour les patrons ivoiriens ou étrangers, soumis à d’énormes pressions par un régime illégal en mal de cash». De tout ce qui précède, il n’y a plus l’ombre d’un doute, le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays-membres de l’Uemoa, prévu le 22 janvier à Bamako, sera déterminant et décisif!

Cissé Cheick Ely



Achetez l'integralite de Nord-Sud  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS