Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Art et Culture

Sah Sandra : Ses grandes confidences
Publié le mercredi 19 janvier 2011   |  Star Mag




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Christelle Couaho. C’est la sympathique et ravissante jeune fille au visage angélique, qui incarne avec une Grande Maestria, le rôle de Sah Sandra ou Sassi, dans la série télévisée du même nom, dont la “Saison 1’’ était diffusée tous les dimanches, à 19h, sur la Première Chaîne de la Télévision Ivoirienne. Douce, gentille, avec une innocence frisant la naïveté à l’écran, comment est cette Etoile montante du Cinéma Ivoirien dans sa vie de tous les jours ? Interview-vérité avec Christelle Couaho alias Sah Sandra.

Dis, comment as-tu été retenue pour le film Sah Sandra ? Casting? Coup de piston?...
C’est en 2007, lors d’un Salon des Médias et NTIC auquel j’ai participé avec mon école, que j’ai rencontré M. Togba Modeste, le Chef de Production et M. Oulaï Charles, le Chargé de Communication de la Structure productrice. Ils sont venus à notre stand et, après un court échange, m’ont proposé d’être l’actrice principale de leur film. Au départ, je n’ai pas véritablement cru en leur histoire de film. Mais ils m’ont assurée qu’ils étaient déjà au travail et qu’ils avaient déjà choisi tous les acteurs et même l’actrice principale. Cependant, ils venaient de se rendre compte, en me voyant, que je correspondais beaucoup plus à l’actrice qu’ils recherchent. Nous avons pris quelques photos et des vidéos, mais j’étais toujours sceptique. Le lendemain, ils sont revenus et ont insisté pour me présenter aux autres responsables de la Structure. Ce jour-là, mon fiancé était là et c’est lui qui m’a encouragée à y aller. Sinon, moi, au départ, c’était la musique qui m’intéressait, mais mes parents n’ont pas voulu que je sois chanteuse. Mon fiancé m’a expliqué qu’en dehors de la musique, le cinéma est aussi un bon canal pour me faire découvrir par le public. C’est ce qui m’a donné la force d’aller effectivement au casting. Une fois là bas, à l’unanimité, tout le monde a dit que je correspondais au profil recherché. C’est ainsi que les choses sont parties.

Et donc, du jour au lendemain, te voilà actrice de cinéma. Comment se passait le tournage?
Comme j’avais fini mes examens, j’avais le temps pour les tournages. Surtout que le plus souvent, ils avaient lieu les week-ends. Nous tournons à 80% à Grand-Bassam et le reste à Abidjan.

Te sens-tu bien dans le rôle de Sah Sandra?
Un peu, parce qu’il y a un aspect du personnage qui me “fatigue’’. Dans le film, Sah Sandra est une femme naïve. Totalement l’opposée de ce que je suis en réalité. Du coup, j’avais un peu de mal à incarner entièrement le personnage que je joue. Mais j’ai fait l’effort de m’adapter et je pense qu’au fur et à mesure du tournage, j’y arrive de mieux en mieux.

Et le mariage avec Wagane, comment l’as-tu vécu?
C’était un peu compliqué parce que je ne m’attendais pas du tout à tout ce qui allait avec. Pendant le mariage, il fallait embrasser le marié. Ce n’était pas du tout évident pour moi. Nous avons mis beaucoup de temps sur cette scène, mais finalement tout s‘est bien passé. J’avoue que j’aurais voulu être déjà mariée dans la réalité avant de jouer ce rôle. N’empêche, je me suis bien sentie dans mon rôle de femme mariée...

Comment aurais-tu appréhendé la chose, s’il y avait eu également une nuit de noces, avec tout ce que cela comporte comme scène pour être plus proche de la réalité?
Je n’aurais pas tourné cette scène. Ils me l’ont d’ailleurs proposée, mais j’ai refusé. Je ne savais pas que le cinéma allait si loin! Vu mon implication aux activités de mon Eglise, sincèrement, ce sont des choses que je ne peux pas faire.

Mais c’est juste un film!...
D’accord, mais je ne tourne pas ce genre de scènes.

Tu es visiblement très croyante. De quelle religion es-tu?
Je suis Protestante Evangélique, depuis toute petite. Mon père est un Homme de Dieu et ma mère est très impliquée à l’Eglise. Ils nous ont très vite envoyés à l’Eglise. Aujourd’hui, je suis dans le Groupe Musical de mon Eglise.

Le sens-tu aujourd’hui comme un choix ou une obligation?
Je le sens comme un choix. Je sais qu’il y a un Dieu Suprême qui existe et qui écoute nos prières. Ce n’est donc ni par obligation, ni par suivisme. C’est quelque chose que je veux et que je ressens.

Tu fais aujourd’hui partie du Groupe Musical de ton Eglise, mais avant, tu voulais sortir un album. Penses-tu que tu as les qualités requises pour cela?
Oui, bien sûr. Dans mon entourage, les gens apprécient mon timbre vocal. Quand je suis arrivée de Bouaké, c’est ce que je voulais faire, mais ma grande sœur a dit “Non”. Je lui dis merci, aujourd’hui pour cela, parce que je sens que cela aurait été un véritable fiasco, puisque je n’étais pas vraiment encadrée.

Peut-être que tu aurais eu l’encadrement requis à l’Eglise pour réussir...
Je ne crois pas, parce que la musique que je voulais faire, n’était pas typiquement chrétienne. Il y avait un peu de tout. Je voulais faire de l’Afro-Zouk.

Parlant d’Afro-Zouk, sais-tu que tu as un air de Miss Delon?
Oui, on me le dit souvent. Il paraît que je lui ressemble beaucoup, mais je ne l’ai jamais rencontrée. Cela me ferait plaisir de la rencontrer un jour.

N’as-tu jamais été tentée de participer à un Concours de beauté dans le genre Miss?
Si, mais il y a longtemps de cela! Depuis la classe de Première, j’ai commencé à prendre des rondeurs. Donc, j’ai dis “adieu” à ces concours.

Mais tu peux suivre un régime et avoir la forme requise....
Non, non, je ne peux pas. Peut-être qu’avant. Mais maintenant, ce n’est plus possible.

Awoulaba alors?
Non. Je pense que je ne suis pas encore arrivée à ce stade au niveau du physique.

Quelles sont tes rapports avec les autres acteurs du film, notamment Zaopè, Wagane, Fély, etc?
Dans la vraie vie, Zaopê, Wagane, Fély, et Kré sont les personnes dont je suis très proche. Nous avons même organisé une bouffe-partie, il n’y a pas longtemps. Fély est ma meilleure amie, nous nous appelons et nous nous voyons presque tous les jours. Wagane et moi sommes dans le même quartier, nous nous entendons à merveille.

Ce qui marque les téléspectateurs, dans le film, c’est l’animosité entre toi et Fély qui t’a pris ton mari, alors que vous étiez très amies. Comment vivez-vous cette situation en tant qu’actrices et amies ?
Mes rapports avec Fély sont très clairs. C’est vrai qu’elle est ma rivale et mon ennemie dans le film, mais dans la réalité, c’est tout le contraire. Elle a sa vie et je connais très bien son fiancé. Elle aussi me connaît bien ainsi que mon homme. Nous sommes très amies et il n’y a jamais eu de tentative de ‘’tapé dos’’ comme dans le film. Je connais sa famille et elle connaît la mienne.

Ce que Fély t’a fait dans le film, ne lui porte pas souvent préjudice dans la vraie vie?
Si. Il y a des personnes qui me disent

même qu’elles ne l’aiment pas… Souvent, lorsque qu’elle a des problèmes, il y a des gens qui s’en réjouissent. Mais ne vous méprenez pas, Fély est une fille bien. Elle n’est pas vraiment ce qu’elle est dans le film. C’est juste un rôle. J’avoue qu’elle a eu le courage de jouer ce rôle qu’il n’est pas évident d’assumer, je lui tire mon chapeau.

A t-elle déjà subi des agressions verbales ou physiques à cause de ce rôle-là ?
Pas véritablement, mais il y a des personnes qui la boudent souvent ou qui lui disent qu’elles n’aiment pas le rôle qu’elle joue dans le film. Mais généralement, ça ne va pas plus loin.

Et Zaopê qui a tout fait pour que tu quittes son fils?
(Elle rit). Zaopê est l’amie de ma grand-mère. Elles ont travaillé ensemble et se connaissent très bien. Après les deux premiers épisodes, ma grand-mère l’a appelée pour lui dire que j’étais sa petite fille. Cela a évidemment apporté un plus à notre collaboration. Nous sommes devenues plus proches et je vais souvent lui rendre visite. Lorsque les gens nous voient ensemble, ils sont étonnés parce qu’ils ne comprennent pas qu’une femme qui me “fatigue’’ autant dans le film soit liée à moi dans la vie. Mais comme je le dis, c’est un film.

La “Saison 1’’ de Sah Sandra a pris fin. A quoi doit-on s’attendre pour la ‘’Saison 2’’?
La “Saison 2’’ sera du costaud, donc affaire à suivre avec la jalousie, la haine et Sah Sandra, femme d’affaires révoltée.

Te vois-tu comme une femme d’affaires dans la vie?
Oui, bien sûr. Mon ambition, c’est d’arriver à gérer l’image des Entreprises et à faire la production, la réalisation et la distribution de certains films africains.

Tu veux donc être plus riche que ton mari alors?
C’est ce que je souhaite. Comme cela, il sera un peu plus docile (rires).

Comment entrevois-tu la suite de ta carrière d’actrice?
Je ne veux vraiment pas faire du Cinéma une activité régulière. Je veux le faire en “gombo’’, si on me propose un rôle qui me sied, parce que je suis consciente du fait que je ne peux pas jouer tous les rôles maintenant. Je n’ai pas de formation véritable en Cinéma, je ne veux donc pas brusquer les choses. Je poursuis mes études en Infographie afin de mieux me perfectionner.

Et si un producteur te propose 500 millions de FCFA pour jouer nue?
Non, je ne peux pas. Pour ce rôle, je préfère refuser cet argent, parce que je ne crois pas pouvoir jouer nue. Non, ce n’est pas possible.

Et si ton fiancé est d’accord?
Mais là, ce sera grave et je le quitterai, parce que j’estimerais qu’il me pousse à la prostitution.

Que penses-tu des prostituées qui disent faire ce métier pour nourrir leurs familles?
Je pense que c’est un alibi qui ne tient pas. C’est n’importe quoi. Il y a des femmes qui se battent au quotidien pour nourrir leurs enfants et leurs familles sans pour autant se prostituer. Ces filles-là peuvent entreprendre des activités plus dignes car à force de dire que c’est un besoin, cela devient un vice et elles s’y plaisent. Moi, je n’aime pas ce genre de conception, parce que j’estime que c’est une fuite en avant.

Justement, le fait que tu sois une Célébrité aujourd’hui, ne te cause-t-il pas de soucis avec ton fiancé?
Au départ, il n’y avait pas de problèmes, mais ces temps-ci, vu que je deviens de plus en plus célèbre, ce n’est plus facile. Il est devenu bizarre et méfiant. Mais je le comprends. Au départ, je lui faisais à manger et je prenais bien soin de lui. Mais de plus en plus, je n’ai plus assez de temps et ce n’est pas facile pour lui, j’avoue. Il n’est plus trop content, mais on gère quand même.

Il pique donc souvent des crises de jalousie?
Oui, c’est clair, parce qu’il m’aime. Mais ce n’est pas tout le temps qu’il est comme ça. C’est lorsque nous sommes en tournage et qu’il ne me voit pas. Hormis cela, je suis tout le temps à la maison. J’évite d’aller dans des endroits publics pour éviter les rumeurs et autres ragots du Milieu.

Il va pourtant falloir que tu gères le “Star System’’ et ta vie privée. Penses-tu pouvoir gérer correctement les deux?
Oui, je peux, je gère bien tout cela. Comme je le dis, après les heures de tournage, je ne sors pratiquement pas. A moins que ce ne soit pour faire des choses vraiment urgentes et importantes.

Comment entrevois-tu tes relations avec ton fiancé? Vous parlez de mariage ?
Oui, bien sûr. Et nous prions pour que ce soit cette année. Nous l’avons déjà reporté deux fois et nous comptons bien le faire effectivement cette année, grâce à Dieu.

Dans le milieu, nous savons qu’il y a des filles qui viennent se faire voir à la télé pour se faire draguer par de gros bonnets, avec tout ce que cela comporte comme avantages. Es-tu souvent draguée, ou même harcelée?
Bien sûr, cela ne manque pas! Même avant de faire le film, c’était le cas. Aujourd’hui, les choses se sont accentuées, mais je me dis que c’est l’effet de la télévision. Je garde la tête froide et je reste sereine face à tout cela.

Comment gères-tu cela, parce qu’il te faut être forte dans la tête pour résister aux tentations...
Je gère la situation. Je fais l’effort de ne pas répondre aux invitations qui peuvent me porter préjudice. Je fais très vite la part des choses en évitant cependant de frustrer les gens.

Quels sont tes rapports avec l’argent?
L’argent est important parce qu’il met à l’abri du besoin. La preuve, aujourd’hui, nous courons tous après l’argent. (Elle rit).

Penses-tu que pour qu’une femme soit heureuse, il lui faut forcément être mariée?
Non, pas forcément, mais le mariage met la femme à l’abri des “prédateurs’’ (elle rit aux éclats).

Combien d’enfants souhaites-tu avoir?
Deux. Des jumeaux ou alors une fille et un garçon pour mieux les encadrer et les voir grandir.

Quelles sont tes distractions?
Je regarde beaucoup la télé. Je joue aussi aux jeux vidéos et je fais beaucoup de shopping.

Pour faire du shopping, il faut avoir beaucoup d’argent.....
Oui, mais moi, j’achète tout juste ce dont j’ai besoin. Je regarde les tendances, même si je ne suis pas très portée sur la Mode.

Quel est ton style vestimentaire?
Je porte très souvent des pantalons et des jeans normaux. Je n’aime pas la vulgarité vestimentaire encore moins l’indécence.

C’est clair qu’aujourd’hui, vu le fait que tu es l’actrice principale de “Sah Sandra”, tu as des admirateurs et admiratrices. Que peux-tu leur dire en ce début d’année 2011?
Bonne et Heureuse année à tous, Paix à la Nation. Je dirai à mes admirateurs de croire en ce qu’ils sont. Il ne faut pas vivre au dessus de ses moyens et vouloir forcément ressembler aux autres.


Par SOUM Junior Moriba


Achetez l'integralite de Star Mag  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS