Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Lu dans la presse française : La grande solitude d’Alassane Ouattara
Publié le samedi 22 janvier 2011   |  Notre Voie


Alassane
© Reuters par DM
Ivory Coast`s presidential claimant Alassane Ouattara smiles during an intervew at his headquarters in Abidjan January 20, 2011. Economic sanctions directed against Ivory Coast should target Laurent Gbagbo and his allies rather than hurt ordinary people, Ouattara told Reuters on Thursday.


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Les ordures se consument, comme un fumier géant, embrasant l’air. L’odeur piquante relègue au second plan les effluves douceâtres de la lagune d’Abidjan. Les embouteillages vont leur train habituel, entre les barrages de police et les arrêts en triple file de véhicules fatigués. Au palais présidentiel, les photographes parés de gilets orange fluo attendent, le lundi 17 janvier, l’arrivée du médiateur de l’Union africaine, le premier ministre kényan, Raila Odinga. Ses entretiens avec Laurent Gbagbo. Mais plus le temps passe et plus la situation apparaît ubuesque. Comme si le président cloîtré en son hôtel du Golf depuis l’élection du 28 novembre 2010 avec un gouvernement fantôme perdait peu à peu toute réalité. M. Ouattara reste invisible – un sourire qui s’efface, sur des affiches électorales dépassées. Les rumeurs les plus folles circulent, comme souvent en Afrique: est-il bien toujours à l’hôtel du Golf? Les diplomates en sont assurés, puisqu’ils le rencontrent, mais qui s’en soucie? Sa stratégie semble de plus en plus illisible, même pour ses partisans. Ils n’osent guère s’exprimer à découvert, car la situation reste tendue. Lundi, alors que l’ONU doit voter un contingent supplémentaire de 2000 hommes pour l’Onuci, qui portera leur nombre à 11?500, des échauffourées ont éclaté en plein centre-ville, près de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Pour disperser un groupe de jeunes qui avait encerclé des blindés légers de la force d’interposition, celle-ci a tiré en l’air. Deux personnes ont été blessées. Ces heurts sporadiques, dont la nouvelle se répand à toute allure par les téléphones portables, ne sont cependant pas quotidiens. Et de là à réussir une «opération pays mort», comme M.?Ouattara y a appelé, le mardi 18 janvier, il y a un grand pas. Le président favori de la communauté internationale risque d’y user un peu plus son crédit en cas, probable, d’échec. De même que ses appels à déloger M.?Gbagbo par la force, sans lever le petit doigt, finissent par apparaître comme des rodomontades. Cela s’ajoute aux anecdotes qu’on ne manque pas de raconter à toute personne arrivant à Abidjan. Comment, vous ne connaissez pas l’histoire des langoustes? Une cargaison de ces crustacés de luxe destinée aux reclus de l’hôtel du Golf a été interceptée. Sitôt l’histoire livrée, avec forces détails, on vous précise que les Ouattara – que Nicolas Sarkozy a mariés naguère à la mairie de Neuilly – vivent «comme des milliardaires». Sans incarnation, le débat politique devient un jeu de massacre médiatique. En Côte d’Ivoire, les quotidiens fleurissent. De bon matin, ils provoquent des attroupements devant les kiosques, jusqu’à bloquer la voie. Les Ivoiriens se qualifient eux-mêmes de «titrologues», car ils ne lisent souvent que les manchettes. Ou bien ils «louent» le journal pour 0,50 franc CFA, malgré un prix de vente assez bas, 200 francs CFA [presque 40?centimes] en moyenne. Les deux présidents disposent chacun de six ou sept titres, qui ne font pas dans la nuance. Lundi, Le Nouveau Courrier, favorable à M.? Gbagbo, faisait état d’un «assaut sur Abidjan», préparé à Bouaké par les forces de l’Onuci qui «s’apprêtent à transporter […] mercenaires et combattants rebelles» pour soutenir M. Ouattara. Du bord opposé, Le Patriote donnait le même jour «la liste des 85 ennemis de la paix», personnalités sanctionnées par l’Union européenne depuis vendredi, dont les avoirs sont gelés et les déplacements réduits – avec les dates de naissance et les numéros de passeport. S’y ajoutait un bref commentaire pour chacun, tel celui-ci pour Laurent Gbagbo: «Prétendument président de la République. Obstruction au processus de paix et de réconciliation, refus du résultat de l’élection présidentielle.» Pourtant nul ne nie que chaque jour contribue à l’affaiblissement de M.?Ouattara, voire au renforcement de son adversaire. M.?Gbagbo l’a très bien compris, qui joue la montre. Les ultimatums qui font flop – comme celui lancé par le président français à M.?Gbagbo pour quitter le pouvoir et dont la date a expiré depuis belle lurette – sont aussi contre-productifs. Un Français influent, mais qui tient à garder l’anonymat dans cette période tendue, soupire: «Quand Sarkozy dit «Gbagbo partira à telle date», on voit bien qu’il n’est jamais venu en Côte d’Ivoire.» La communauté française, estime-t-il (environ 700 PME-PMI et 15?300 personnes dont 60% de binationaux), considère d’un œil sceptique les décisions prises à Paris. Ainsi, la décision de reconnaître l’ambassadeur de M.?Ouattara apparaît comme un brin décalé dans le contexte ivoirien. «Gbagbo a conquis son pays sur le terrain, dans la rue. Il le connaît parfaitement, il a fait trente ans d’opposition. Pour enlever M.?Gbagbo, il faudra aller sur la route», dit-il, alors que M. Ouattara a été formaté par les Occidentaux. De plus, par tempérament, le président reconnu «n’est pas un chef, pas un combattant, pas un gagneur. Il attend qu’on le mette au pouvoir et c’est bien le problème.» Comme nombre des Français du secteur économique, ce chef d’entreprise qui réside depuis trente ans en Côte d’Ivoire a d’autres craintes: il est évident à ses yeux que, si la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) veut déloger M.?Gbagbo par la force, c’est le Nigeria, le plus gros contributeur, qui viendra. Non seulement ce n’est pas une démocratie exemplaire, mais il est assuré qu’il mettra ainsi la main sur tout le pétrole du golfe de Guinée. «Ils ne partiront plus d’ici, c’en sera terminé de la Côte d’Ivoire», dit-il. Le couvre-feu par intermittence, les troubles, les barrages, la baisse de l’activité économique, autant de raisons qui rendent le temps long… «Une présence prolongée, confinés dans un hôtel, alors que notre adversaire occupe le fauteuil de la République, c’est vrai que cela pose problème», reconnaît Patrick Achi, le porte-parole de M.?Ouattara. Mais il a toute une batterie d’arguments. Le pouvoir n’est pas un lieu physique, affirme-t-il, à l’heure du village global et planétaire. Qu’importe d’être assis dans un palais quand l’ensemble de la communauté internationale, ou à peu près, vous a adoubé… Et puis M.?Gbagbo n’a plus les leviers financiers, assure-t-il: «Il n’est plus reconnu par la Banque centrale. C’est comme si la Banque de France ignorait M. Sarkozy.» Enfin, le spectre d’une guerre civile retient le bras du président élu, du moins aux yeux de la moitié d’un pays toujours coupé en deux. «C’est vrai que cela dure et que la population ne comprend pas bien, admet M.?Achi. Mais nous, on a gagné, pourquoi diantre se précipiter?» A ceux qui suggèrent que M.?Ouattara pourrait aller s’installer à Bouaké, dans le nord qui lui est favorable, son conseiller répond: «Gbagbo est assis au palais. Nous, on est assis à l’hôtel et le pays est paralysé. A Bouaké, cela ne changerait rien.» Tous ces arguments méconnaissent une dimension du conflit qui enfle au détriment de M.?Ouattara: chaque jour, l’insistance de la communauté internationale à vouloir régler les problèmes des Ivoiriens à leur place agace davantagen Béatrice Gurrey envoyée spéciale à Abidjan

Achetez l'integralite de Notre Voie  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS