Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Ingérence dans la crise ivoirienne : Raïla Odinga invite les Occidentaux à s’abstenir
Publié le samedi 22 janvier 2011   |  Notre Voie


Odinga
© Reuters par DM
Kenyan Prime Minister, Raila Odinga (2L) is welcomeb by supporters after his trip to Abidjan, on January 21, 2011 at The Jomo Kenyatta Airport, in Nairobi after his trip to Abidjan. The latest African Union bid to mediate the crisis in Ivory Coast by Odinga failed this week, with Ivory Coast strongman Laurent Gbagbo refusing to yield power despite global calls for him to step down.


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Raïla Odinga, Premier ministre du Kenya (favorable à Ouattara) et médiateur récusé (pour sa partialité) de l’Union africaine dans la crise ivoirienne, a invité jeudi à Luanda en Angola les occidentaux à s’abstenir de s’immiscer dans la crise ivoirienne, a rapporté une source présente sur place. M. Odinga a été reçu par le président angolais José Eduardo Dos Santos dans le cadre de la recherche d’une solution dans la crise post-électorale qui oppose le président Laurent Gbagbo déclaré vainqueur par le Conseil constitutionnel ivoirien à M. Alassane Ouattara qui conteste cette victoire. Il est soutenu en cela par Nicolas Sarkozy et Ban Ki moon.
Pour M. Odinga qui refuse d’admettre sa récusation par le président Laurent Gbagbo, la CEDEAO et l’Union africaine peuvent gérer le problème. Selon lui, ces deux organisations sont capables de trouver une solution pacifique à la crise ivoirienne. Car, il estime qu’il y a toujours une possibilité de trouver une solution pacifique si les deux parties s’engagent à créer une ambiance de dialogue. Raïla Odinga dit avoir aimé la détermination avec laquelle le Président Dos Santos s’est investi dans la crise ivoirienne. «C’est sûrement l’expérience angolaise dans la résolution des conflits parce qu’ayant vécu une longue guerre civile qui explique la position affichée par l’Angola», a-t-il dit. Le Premier ministre Kenyan se dit d’accord avec le Président Dos Santos quand il affirme que la solution réside dans la négociation. Pour M. Odinga, la solution de partage de pouvoir au Kenya et au Zimbabwe n’est pas un exemple à imiter dans le cas de la Côte d’ Ivoire.
C’est aussi l’avis du président Laurent Gbagbo qui a estimé à l’occasion d’une interview qu’il a accordée à des journaux français qu’après avoir passé 8 ans à faire un gouvernement de partage de pouvoir avec tous les problèmes de manque de cohésion que cela pose, il n’est plus favorable à ce type de gouvernement. Pour lui, il faut laisser celui qui a gagné l’élection présider la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, il propose à ceux à l’extérieur qui doutent de sa victoire à mettre en place un comité international de recomptage des voix pour faire la lumière de façon définitive sur cette crise post-électorale. Sur cette proposition le médiateur récusé n’a pas dit mot. Par contre, à la question des journalistes, R. Odinga a affirmé n’avoir pas abordé avec le Chef de l’Etat angolais, la question d’un 3ème tour de l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire. Toutefois, il a été question entre autres de tout faire pour amener les deux parties à la table de négociationg
Coulibaly Zié Oumar


Achetez l'integralite de Notre Voie  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS