Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Le Ministre Adjoumani tance encore LMP : “Peuple souverain de Côte d’Ivoire, il reste à bouter les démons de la refondation hors du Palais”
Publié le lundi 24 janvier 2011   |  Le Mandat


PDCI-RDA:
© Abidjan.net par Prisca
Samedi 31 juillet 2010. Abidjan, Maison du PDCI-RDA à Cocody. Le Président Henri Konan Bédié rencontre la jeunesse du parti, conduite par son président Kouadio Konan Bertin (KKB). Photo: le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Depuis que le Président de la République, Son Excellence Alassane D. Ouattara, le président Bédié, tous les membres du Gouvernement, ainsi que des responsables, partisans et sympathisants du RHDP sont confinés au Golf Hôtel sous la menace des canons du criminel Dogbo Blé, nous recevons beaucoup d’appels et de sms. Nos interlocuteurs s’étonnent et exigent à la fois, que nous fassions quelque chose; que nous suivions l’exemple du pays de Habib Bourguiba. En d’autres termes, nos militants s’impatientent face à la non évolution apparente de la situation dans laquelle le peuple est obligé de vivre depuis le 28 novembre 2010.

Avant tout, il faut que nos militants et sympathisants se rassurent. Le Président Alassane Ouattara n’est pas en villégiature au Golf Hôtel où la méchanceté des hommes a voulu qu’il réside temporairement, parce que dans la Côte d’Ivoire de l’ère Gbagbo qui se prolonge par la force, c’est le vice qui poursuit et martyrise la vertu. Ce sont les mutins qui, au lieu d’être mis aux arrêts, encerclent le chef que le peuple souverain s’est donné démocratiquement. Je veux comprendre la lassitude de ces militants, sympathisants ou simples citoyens qui s’offusquent du pourrissement de cette situation qui empoisonne le quotidien de leur vie. Mais, je n’arrive pas à m’expliquer leur impatience.

Il convient de retenir que le Président Alassane Ouattara passe l’essentiel de son temps au travail, au contraire de l’autre qui affectionne les mises en scènes spectaculaires. Nous avons pour preuve les résultats qu’il a obtenus avec son Gouvernement dans les domaines de la diplomatie et des finances.

En effet, au plan diplomatique, il a remporté toutes les batailles en rappelant les ambassadeurs de Gbagbo et en nommant de nouveaux représentants aux postes les plus importants. Désormais, toute la communauté internationale, notamment l’UEMOA, la CEDEAO, les Etats-Unis, l’Union Africaine, l’Union Européenne, la Conférence Islamique et l’ONU, ne reconnait que son autorité sur la base d’un travail mené avec précision par le chef de l’Etat et son équipe. Avant-hier, l’ONU a fini par adopter une autre résolution autorisant le renforcement de ses troupes en Côte d’Ivoire. Hier encore, les Chefs d’Etat-major de la CEDEAO ont reconnu tacitement la légitimité du Président Alassane Ouattara en se disant prêts à passer à l’action, bien sûr, sur instruction expresse du pouvoir politique.

Ces victoires diplomatiques renforcées par l’offensive du chef de l’Etat qui a souhaité et obtenu des partenaires internationaux des sanctions ciblées contre les membres de la nébuleuse LMP, à travers les mesures de rapatriement des enfants des barons du FPI des Etats-Unis. A cela, s’ajoute le gel des avoirs bancaires, le refus de visas à plus de 100 personnalités proches du pouvoir illégal et illégitime de Gbagbo, dont les deux épouses Simone Gbagbo et Nadiana Bamba, et l’inscription d’un nombre considérable de refondateurs et de leurs affidés de LMP sur les listes de la Cour Pénale Internationale.

Au plan financier, le Président élu a sous son contrôle toutes les signatures sur les comptes de l’Etat. Toutes les régies financières ainsi que toutes les structures qui génèrent de l’argent pour le Trésor Public sont arrachées à la refondation ; si bien que Laurent Gbagbo asphyxié, est contraint de se livrer à des actes ignobles et répréhensibles de braquage de la BCEAO et de pillage des autres banques pour y soutirer l’argent du contribuable ivoirien pour faire fonctionner son régime abject et moribond. Du reste, l’Union Européenne, répondant au vœu du Président Alassane, a décidé de mettre un embargo sur les ports d’Abidjan et de San Pedro.

Concernant la communication, outre la création d’une radio FM, le Président a mis en place une cellule de communication afin de faire connaître ses décisions et répondre, avec promptitude, à toutes les attaques de Gbagbo et de son gouvernement fantoche. Comme on peut le constater, la nouvelle Côte d’Ivoire qui augure des lendemains d’espérance pour le peuple qui a souffert et continue de souffrir des ravages du gbagboïsme prédateur, est en train de naître. Comme tous les citoyens épris de paix et désireux de sortir le pays de la misère dans laquelle les refondateurs l’ont plongé, ces dix dernières années, le Président élu, ses Ministres et le sage, le Président Aimé Henri Konan Bédié, attendent le départ, de gré ou de force, de Laurent Gbagbo pour mettre leurs expériences incomparables et leurs compétences au service de la Mère-Patrie. Malgré les privations dont ils sont l’objet, ces serviteurs de l’Etat travaillent dans l’enthousiasme et le sérieux qui sied afin d’être prêts pour affronter les nombreux défis qui les attendent le jour où le tyran s’enfuira, à jambes déployées, comme Ben Ali, cet autre dictateur que le peuple tunisien a mis en déroute malgré la caporalisation de la télévision nationale et l’instrumentalisation des hommes en armes. En d’autres termes, le Président Alassane Ouattara joue pleinement sa partition malgré l’adversité. Il en va de même pour tous les responsables, militants et sympathisants vivant par la force des choses au Golf Hôtel. Aujourd’hui, plus que jamais, pour utiliser le langage des sportifs, la balle est dans le camp de vous autres, militants et ivoiriens ordinaires, qui rêvez de lendemains meilleurs pour vous et vos enfants.

L’exemple tunisien ne peut s’imposer à partir du Golf Hôtel, où sont embrigadés vos leaders. Se peut-il que cette situation de blocus perdure dans votre totale indifférence ? Est-ce vrai que vous acceptez de voir Gbagbo et ses partisans narguer le Président Alassane Ouattara et son Gouvernement légitimes ? Comment pouvez-vous continuer de rester passifs face aux provocations de Blé Goudé et sa clique qui empêchent le ravitaillement en vivre du Golf Hôtel, et qui agressent également les forces onusiennes en charge du maintien de la Paix en Côte d’Ivoire ?

Peut-on avoir souffert pour l’avènement d’un ordre démocratique dans notre pays et ignorer l’exploit du peuple tunisien qui, bravant les balles assassines du régime dictatorial de Ben Ali, est descendu en masse dans la rue pour réclamer bruyamment le départ de ceux qui leur ont tourné le dos au profit de leurs intérêts égoïstes. Dites-vous qu’on ne fait pas d’omelette sans casser les œufs, et que chaque révolution a son prix et un sacrifice à payer. Nous sommes tous, les premières et principales victimes des sanctions prises par la communauté internationale contre le régime machiavélique de Laurent Gbagbo. L’ignorez-vous?

Tous les citoyens qui nous interpellent, à raison, à longueur de journée, ne doivent pas se barricader dans leurs maisons. Ils doivent comprendre que sans leur mobilisation massive, Gbagbo et sa clique d’usurpateurs s’accrocheront au pouvoir que le peuple souverain leur a retiré le 28 novembre dernier. L’exemple des martyrs héroïques d’Abobo doit inspirer tous nos compatriotes fatigués du régime sanguinaire du prétendu « enfant des élections », le fils de l’ancien combattant Paul Koudou Zêpê. C’est à votre tour de jouer votre partition.

Dans toutes les révolutions populaires, c’est le peuple souverain qui renverse toujours la vapeur.

S’il se mobilise, l’armée n’aura pas assez de munitions pour tuer tout le monde et devra, à son corps défendant adhérer à la cause populaire. Ainsi finissent toujours les régimes dictatoriaux ; et Laurent Gbagbo qui se vante d’être un chercheur en histoire, le sait très bien. Alors, pendant combien de temps resterez-vous cloîtrés dans vos maisons et sous vos meubles vermoulus en attendant votre tour d’être enlevés et assassinés? Pendant combien de temps encore paraîtrez-vous indolents et dociles en laissant des miliciens et mercenaires, des assassins déguisés en FDS, venir extirper de vos demeures d’innocents citoyens pour les abattre comme des chiens enragés ? Dans ces conditions, le peuple a-t-il d’autres choix que de se battre pour sa liberté, sachant que sa résignation le perdra de façon inéluctable.

Peuple de Côte d’Ivoire, c’est toi qui dois lutter pour te soigner, te nourrir, envoyer tes enfants à l’école, à l’université. Il t’appartient donc de prouver à Gbagbo Laurent que tu es le détenteur exclusif de la souveraineté. Impose ta décision, car au cours du vote, c’est le candidat qui arrive en tête qui est élu. Et tu as démontré ta détermination en portant ton choix sur le Docteur Alassane Ouattara pour te conduire vers des cieux meilleurs. Fais donc entendre ta voix, comme cela se fait ailleurs. Mieux vaut souffrir aujourd’hui pour avoir la paix demain. Certes, des miliciens et des éléments encagoulés de FDS sont prêts à se sacrifier pour Laurent Gbagbo. Mais toi le peuple, tu dois être convaincu que tu demeures le plus fort, même quand tu manifestes les mains nues et subis la barbarie des tueurs du régime sanguinaire des refondateurs.

Le gouvernement illégal et illégitime de Laurent Gbagbo ne peut rien faire contre les fonctionnaires s’ils refusent de rejoindre leurs postes. Et vous, travailleurs du privé (commerçants, chauffeurs de woro-woro, gbakas, taxis, etc.), qu’attendez-vous pour vous libérer de vos peurs et des chaînes sataniques de Laurent Gbagbo ? Ne sommes-nous pas la majorité du peuple ? Faut-il assister indifférents, quelques jours de plus, aux spectacles indécents du couple « Ceauzescu des lagunes» dansant sur le corps de nos suppliciés ?

Chers compatriotes, la solution de votre souffrance est entre vos mains. Vous avez parcouru la première partie, la plus difficile du long chemin initié depuis 2000. Il reste maintenant à bouter hors du Palais de la Présidence de la République les démons de la refondation dont l’unique projet est de détruire ce que leur intelligence n’a ni conçu ni bâti.

Peuple de Côte d’Ivoire, « aides-toi et le ciel t’aidera ». Peuple souverain, toi qui as donné une leçon de démocratie le 31 octobre et le 28 novembre 2010 au monde entier, ton destin est entre tes mains. Montre ta puissance et les assassins voleurs de LMP abandonneront le navire ivoire en des mains sûres et expertes. Le changement tant attendu est au bout de ton effort. Comme le Président Alassane Ouattara, joue ta partition…

Le ministre
Kobenan Kouassi Adjoumani
Député à l’assemblée nationale
Délégué départemental PODCI-RDA, Tanda I


Achetez l'integralite de Le Mandat  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS