Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Interdiction d’achat de Cacao aux exportateurs : Ado et Soro veulent voler 300 milliards de Fcfa des planteurs
Publié le mardi 25 janvier 2011   |  Le Temps


Travaille
© Reuters par DM
An Ivorian worker fills a bag with cocoa beans on January 18, 2011 at the Port of Abidjan where 80% of Ivory Coast`s exports transit. EU-registered ships have been barred from dealing with Ivory Coast`s main cocoa ports in line with sanctions over the nation`s controversial November presidential poll, an EU diplomat said today. The European Union last weekend slapped sanctions on outcast incumbent leader Laurent Gbagbo and 84 of his associates, as well as 11 economic entities in the world`s top cocoa producer.


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Le gouvernement a décidé de mettre fin à la délinquance de Soro et de Ouattara dans le domaine de la commercialisation du cacao.

Dans sa funeste manœuvre d’asphyxier financièrement et économiquement la Côte d’Ivoire, Guillaume Soro , le suiveur et serveur de thé de Alassane Dramane Ouattara a adressé, dimanche, des courriers, l’un aux exportateurs ivoiriens et l’autre à la fédération internationale du cacao et café, basée à Londres. Dans ces courriers, Guillaume Soro demande à ceux-ci de ne plus exporter le cacao et le café de Côte d’Ivoire pour un mois, à compter du lundi (hier) 24 janvier au 23 février prochain. Argument évoqué : Le gouvernement du Professeur Gilbert Aké N’Gbo et les responsables du Comité de gestion de la filière café-cacao, seraient sur le coup d’une sanction de l’Union européenne. La réponse de la fédération internationale du cacao et du café ne s’est pas fait attendre. «La cessation brutale des exportations aura des conséquences désastreuses sur la vie de la Côte d’Ivoire», a répondu cette structure internationale. Qui, plus loin fait savoir à Guillaume Soro son maître que les exportateurs ont des engagements vis-à-vis de leurs industriels et de leurs banques commerciales. Hier, au cours d’une réunion tenue d’urgence avec les exportateurs, l’Etat de Côte d’Ivoire, représenté par les ministres Koné Katina Justin, Secrétaire d’Etat chargé du budget et de l’économie et des finances, Dr Issa Malick Coulibaly, de l’Agriculture, le Directeur général de la douane et le Président du Conseil de gestion de la Filière café-cacao (Cgcc), Gilbert Anoh N’Guessan a été clair. «Toutes décisions n’émanant pas du Comité de gestion de la Filière café-cacao sont nuls et de nul effet», a indiqué en substance Gilbert Anoh N’Guessan, qui affirme que jusqu’à preuve du contraire, la structure qu’il dirige est l’unique organe de gestion de la Filière café-cacao. Ce, conformément à l’ordonnance n°2008-259 du 19 septembre 2008, modifiant et complétant celui de 2000-583 du 17 août 2000 fixant les objectifs de l’action économique de l’Etat en matière de commercialisation du café et du cacao telle que modifiée par les ordonnances n°2001-46 du 31 janvier 2001 et n°2001-666 du 24 octobre 2001.

C’est pourquoi, il a demandé à tous les exportateurs, notamment le Gepex, l’Unoc et les Pmex-Coopex à poursuivre leurs activités conformément aux dispositions régissant leur agrément, la commercialisation intérieure et extérieure du café et du cacao. Plus loin, le Président du comité de gestion de la filière explique que, cette mesure de Guillaume Soro et de son parrain Alassane Dramane Ouattara est de permettre à la société Armajaro, structure de commercialisation appartenant à Loïc Folleroux, le fils de Dominique Ouattara, à l’acquisition comme il l’a fait l’année dernière en achetant 240000 tonnes de cacao, en vue de les revendre quand le marché aura atteint un niveau maximum. Ces spéculations n’ayant pas abouti comme ces auteurs le souhaitent, c’est pourquoi, indique Gilbert Anoh, ils ont trouvé cette autre mesure. «Ces prétendues mesures sus visées ne sont pas politiques, mais couvrent une opération purement commerciale : elle consiste à assécher, provisoirement le cacao d’origine Côte d’Ivoire afin de permettre à cet opérateur d’écouler son stock avec le maximum de profits», a-t-il dit. Le Secrétaire d’Etat chargé du budget et de l’économie et des finances qualifie l’acte de Guillaume Soro de délinquance politique. Aux exportateurs, il leur a demandé d’avoir une pleine mesure du danger qui guette la Côte d’Ivoire du fait de ces bandits de grands chemins. «La politique n’est pas la délinquance. Ils veulent que vous vendiez votre cacao au Burkina Faso. On n’est pas prêts à céder sur ces questions vitales. On ne veut pas qu’on affame les pauvres planteurs», a-t-il dit. Avant d’ajouter que la raison des agissements de ces personnes cloîtrées au Golf Hôtel est de mettre la main sur les 200 milliards de Fcfa représentant le Droit unique de sortie (Dus), et les 100 milliards de Fcfa représentant les droits d’enregistrements sur le cacao et le café. Et d’ajouter que cela ne se passera pas ainsi. Car, toutes les dispositions sont prises pour que ces achats puissent s’effectuer. Pour sa part, le Président du comité des sages de la Filière café-cacao, Georges Bléhoué Aka a demandé à ces bandits politiques de laisser les pauvres paysans tranquilles.

«Nous ne comprenons pas. On fait la politique pour tuer les planteurs. Nous ne pouvons pas accepter cela. Vous avez le droit de faire votre politique, mais pas dans notre filière», a-t-il dit.

Pour sa part, le ministre de l’Agriculture a rassuré tous les exportateurs des dispositions prises par l’Etat pour leur permettre de travailler convenablement. Ces derniers, se disent rassurés par les envoyés de Laurent Gbagbo.

Joseph Atoumgbré
attjoseph@yahoo.fr


Achetez l'integralite de Le Temps  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS