Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

La crise ivoirienne ne doit pas "menacer la paix" au Liberia (Sirleaf)
Publié le mardi 25 janvier 2011   |  AFP


Ellen
© Autre presse


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
MONROVIA - La présidente libérienne, Ellen Johnson Sirleaf, a promis qu'elle ne laissera pas "la situation en Côte d'Ivoire menacer la paix" dans son pays, qui accueille quelque 29.000 refugiés
ivoiriens fuyant leur pays ébranlé par les violences post-électorales.

"Nous n'allons pas laisser la triste situation en Côte d'Ivoire menacer notre paix. Nous allons travailler avec nos partenaires régionaux et internationaux (...) qui sont en train de fournir une assistance humanitaire à nos frères et soeurs Ivoiriens dans la détresse", a-t-elle déclaré lundi dans un discours à l'occasion du nouvel an.

Parmi ces partenaires, elle a cité "les Etats-Unis et la Libye, le Programme alimentaire mondial (PAM), le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et le Conseil des réfugiés norvégien".

Mme Johnson Sirleaf a estimé que le Liberia reste le pays le plus vulnérable dans la région, comme en témoigne la présence de près de 29.000 personnes venues se réfugier de la Côte d'Ivoire voisine, selon les derniers chiffres du HCR en date du 20 janvier.

Ces Ivoiriens sont établis dans 23 villages le long de la frontière entre les deux pays, a précisé la présidente.

"Ces villages sont submergés aujourd'hui. Nos citoyens ont jusqu'ici partagé leur riz et autres produits récemment récoltés, mais ils sont maintenant submergés, et des camps sont en train d'être construits" pour accueillir les réfugiés ivoiriens, a-t-elle affirmé.

Elle a tenu à remercier les Libériens de ces villages pour l'hospitalité dont ils ont preuve en accueillant à bras ouverts ces réfugiés "venus se mettre à l'abri d'une éventuelle reprise de la guerre" dans leur pays.

Une série de guerres civiles ont ravagé le Liberia de 1989 à 2003, faisant quelque 250.000 morts et 500.000 déplacés et réfugiés.

C'est désormais la Côte d'Ivoire qui est menacée d'une guerre civile à la suite de la crise née de l'élection présidentielle du 28 novembre: Alassane Ouattara a été reconnu vainqueur par la Commission électorale et à l'étranger, mais le président sortant Laurent Gbagbo, proclamé vainqueur par le Conseil constitutionnel, refuse de lui céder le pouvoir.

Les violences y ont fait 260 morts depuis la mi-décembre selon l'ONU qui a mis en avant la responsabilité du camp Gbagbo dans la plupart de ces décès.

LIENS PROMOTIONNELS