Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Congo: le président Denis Sassou Nguesso a reçu Guillaume Soro
Publié le mercredi 26 janvier 2011   |  AFP


Sortie
© Abidjan.net par DR


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
BRAZZAVILLE- Le président congolais Denis Sassou Nguesso a reçu dans la nuit de mardi à mercredi à Brazzaville Guillaume Soro, Premier ministre d`un des deux présidents proclamés de Côte d`Ivoire, en prélude au prochain sommet de l`Union africaine (UA), selon des sources
concordantes.

M. Soro, chef du gouvernement d`Alassane Ouattara, était arrivé mardi dans la capitale congolaise et n`y a pas passé la nuit, selon une source à la présidence et des informations de presse. Il a quitté le Congo pour une destination qui n`a pas été précisée.

D`après les mêmes sources, il a transmis à M. Sassou un message de M. Ouattara en prélude au sommet de l`UA prévu le week-end prochain à Addis Abeba et lui a également fait "le point de la situation post-électorale en Côte d`Ivoire".

M. Ouattara est reconnu comme président ivoirien par la quasi-totalité de la communauté internationale, qui demande à Laurent Gbagbo, l`autre président proclamé, de lui céder pacifiquement le pouvoir. Plusieurs médiations ont été menées, sans succès pour l`heure. L`Afrique de l`Ouest a brandi la menace d`une intervention militaire pour déloger M. Gbagbo.

"Nous pensons qu`une opération militaire qui n`est pas la guerre, une opération militaire commando ciblée sur la personne de Gbagbo, règlerait le problème en Côte d`Ivoire", a déclaré M. Soro à des journalistes à l`issue de son entretien, selon des propos rapportés mercredi par le quotidien
pro-gouvernemental Les Dépêches de Brazzaville.

"Rien d`autre ne peut le convaincre de céder le pouvoir pacifiquement", a-t-il ajouté.

Le 6 janvier, lors de sa présentation de voeux au corps diplomatique, le président Sassou Nguesso s`était déclaré "préoccupé" par la crise en Côte d`Ivoire, estimant qu`il ne serait pas responsable, de la part de la classe politique de ce pays et de la communauté internationale, de le laisser devenir "une autre Somalie".

LIENS PROMOTIONNELS