Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Tentative de confiscation du pouvoir d’Etat/ Laurent Gbagbo, qui es-tu ?
Publié le samedi 29 janvier 2011   |  Le Nouveau Réveil




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Mon cher Laurent. Je m'adresse directement à toi pour que tu déclines ta vraie identité aux Ivoiriens surtout à ceux qui croient encore que tu es un homme cohérent et compétent. Je voudrais rappeler que dans cette dictature que tu as instaurée en Côte d'Ivoire, nous étions quatre à nous exprimer et à donner notre point de vue sur la marche du pays sincèrement sans que cela n'altère l'amitié qui nous lie : Mamadou Koulibaly, Tiburce Koffi et Venance Konan. Tu as réduit Koulibaly au silence par l'accord de Ouagadougou et le gouvernement qui en découle. Tu as accepté cet accord contre son gré et il s'est incliné au nom de la discipline du parti. Dans l'affaire de moralité qui l'a opposé à Tagro, tu as soutenu l'iniquité. Il s'est encore incliné. Lors de la préparation du deuxième tour des élections, il a été raillé car il pensait que Bédié pouvait être entendu et que le tribalisme de l'ivoirité proposé par Blé Goudé et Simone pouvait te perdre. Il n'a pas été entendu. Tu as préféré les élucubrations de tes experts et charlatans politiques à un raisonnement scientifique. Le résultat fut imparable. Tu es tombé au soir du 28 novembre. La chose était si évidente et claire pour tout ton staff. C'est au point que ce même 28, pendant que les Ivoiriens attendaient le résultat, la bande à Tagro, Yao-N'dré et Appia (tous des juristes) cherchait les voies et moyens à tordre le cou au droit et violenter les membres de la CEI. Leur trouvaille est ce qui endeuille la Côte d'Ivoire aujourd'hui. Ce même 28, Soro Guillaume prenait langue avec Nady Bamba pour t'amener à accepter une porte de sortie honorable Non seulement ce fut un fiasco, mais le palais est interdit à quiconque qui ose parler de ton départ. Le commandement est si strict que tu as refusé de répondre à Obama et à Blaise Compaoré donnant ainsi de toi l'image de quelqu'un qui n'est pas un homme d'Etat et aussi d'individu très peu éduqué. Depuis lors, Koulibaly est muet comme une carpe car exclu violemment et insidieusement du débat national. Mes amis Tiburce Koffi et Venance Konan viennent d'être contraints, par tes tueurs, à l'exil. Des quatre, je suis particulier, car, en plus d'être intellectuel, je suis un homme spirituel attaché à la justice et à la vérité plus qu'à la vie. Je te le dis tout de suite : Je ne quitterai jamais ce pays mien, ni ce poste où je jouerai mon rôle de sentinelle. Si tu veux voler ma vie et qu'Adonaï veut te laisser faire, je ne m'en plaindrai pas. Paul a dit : " C'est donc avec assurance que nous pouvons dire: Le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien. Que peut me faire un homme?" Heb13/6. Ailleurs, il dit " Mashiah est ma vie et la mort m'est un gain ". Philippiens1/21. Je mourrai au combat mais pas en fuite car Adonaï me l'a ordonné. Cette précision étant faite, je veux aborder mon sujet à savoir te demander de nous dire qui tu es et ce que tu veux pour la Côte d'Ivoire. Je vais construire mon propos au tour d'un thème actuel, la monnaie.

LA POSITION DE LAURENT GBAGBO EN 1987
Nous avons une flopée d'individus qui viennent nous parler de la monnaie que le génie et libérateur que tu es veut donner à la Côte d'Ivoire. Ces politologues et économistes pointus semblent ne pas tenir compte de l'histoire afin de saisir l'évolution de ta pensée. Toi l'historien, tu ne peux pas épouser leur attitude car notre discipline commune ne saurait se détacher de la perspective temporelle qui lui confère son essence. La perspective historique m'intéresse afin de saisir et de projeter une partie de ta personnalité et ouvrir un débat pouvant conclure à une maturation de ton intelligence ou à un trouble de la personnalité. Mon but est de comprendre si cet homme qui nous guide vers des jours de terreur est un homme en bonne santé qui a une maitrise de son environnement et de ses actes. En 1982, tu as mis en avant la lutte pour la démocratie. Avant cette date, plus précisément depuis 1970, tu es un homme qui lutte contre l'impérialisme dans le monde et plus précisément la domination de la Côte d'Ivoire par la France. Comme la plupart des enseignants d'histoire, tu n'as jamais accepté ni la traite négrière, ni la colonisation, ni le néocolonialisme. Quand ce Laurent Gbagbo s'opposait à Houphouët-Boigny pour, dit-on, la démocratie et le multipartisme, il y avait toujours la notion de liberté et de souveraineté de la Côte d'Ivoire. L'un des signes de la souveraineté reste incontestablement la monnaie. Mais à côté de ce problème de monnaie, il y a la théorie des grands ensembles poussant les Etats africains d'une zone géographique donnée à fédérer pour accroître leur puissance. Ainsi, face à l'atomisation, il faut la fédération, et face à l'asservissement monétaire, il faut la création d'une monnaie pour ces pays fédérés. Dans cette logique et de façon cohérence, voici ce que tu proposais aux Ivoiriens en mars 1987 à la page 56 de " La proposition pour gouverner la Côte d'Ivoire ": " …Il faut créer dans au niveau de nos quatorze pays une monnaie commune. La gestion d'une monnaie par plusieurs Etats est déjà expérimentée dans le cadre de l'UMOA (Union monétaire ouest-africaine). Mais il faut l'en sortir et y faire entrer les autres Etats non membres de la région : Cap vert, Gambie, Guinée -Bissau, Guinée-Conakry, Sierra Leone, Liberia Ghana. Soyons net : Je veux dire que les pays de cette région, membres de la zone franc doivent quitter cette zone monétaire. L'utilisation d'une monnaie commune favorisera, je l'espère, la fin de la spéculation aux frontières contre les petites monnaies nationales, une politique commune du crédit, la création d'un véritable marché commun sans lequel aucun de nos Etats ne pourra développer son agriculture, son industrie, son commerce. " C'est autour de ce thème que tu fis campagne contre Houphouët-Boigny.

LE RETOURNEMENT
DE GBAGBO
Tu arrives au pouvoir dans des conditions qualifiées par toi-même de " calamiteuses ". Le mode d'accession au pouvoir n'empêche pas d'appliquer son programme. C'est pour cela qu'un coup d'Etat peut jeter les bases d'une démocratisation. Mamadou Koulibaly, qui est l`un des économistes les plus brillants de Côte d`Ivoire et qui a pour spécialité: la fiscalité et la monnaie voulut traduire en fait la promesse. L'occident t'a demandé sa tête. Tu l'as sorti du gouvernement pour le séquestrer à l'Assemblée nationale. Nous avons un exemple parfait de gaspillage de ressource humaine et de trahison de promesse électorale. Apeuré par l'Occident, le courageux et brave Laurent Gbagbo a, non seulement rompu avec l'idée d'une monnaie africaine, mais il trouve des vertus à la zone franc. Tu es devenu un Apôtre de la zone Franc. Dans ton programme de gouvernement " Côte d'Ivoire : Bâtir la paix sur la démocratie et la prospérité " écrit pour ces dernières consultations électorales, tu exprimes ta nouvelle position qui a dû renverser le professeur Mamadou Koulibaly : " Naturellement, notre participation à l'intégration économique comporte des avantages dont notre économie et notre société profitent. Cependant, dans un contexte international marqué par la volatilité des marchés, il apparait nécessaire d'engager une réflexion sérieuse pour adapter les règles de fonctionnement de notre système. J'entends contribuer à cette réflexion au sein de l'UEMOA, pour la rendre plus attrayante et favoriser son élargissement à la CEDEAO. " PAGE 126. Nous avons compris : Gbagbo veut mettre toute la zone CEDEAO dans la zone franc qui, à ses yeux a toutes les vertus.

LE SEGOND RETOURNEMENT DE LAURENT GBAGBO
Le 28 décembre, toi Laurent Gbagbo, tu es, sans surprise, battu aux élections présidentielles. Tu crées une rébellion et tu t'accroches au pouvoir comme un " Akpani " (chauve-souris). La communauté internationale, qui a pris acte de ta défaite, reste cohérente et met fin à ton autorité financière. Laurent Gbagbo aussitôt décide de battre sa propre monnaie et trouve à la zone franc tous les péchés d'Israël. Amis lecteurs, vous comprenez aisément qu'aucun homme sérieux ne peut venir défendre la nouvelle position de Laurent Gbagbo. En effet, si sa monnaie est mise en circulation, le samedi à 15h, et que Gbagbo est reconnu président à 15 heures trente, il changera de position à quinze heures trente une minute. Après ces volte-face devant les monnaies, on comprend que Laurent Gbagbo est un homme inconstant, irrésolu, balloté à tous les vents. Quelqu'un d'aussi instable ne peut pas s'accrocher à une idée pour la traduire en réalité. Cette faiblesse fait de lui un homme transformé par son environnement et non qui transforme son environnement. Cette espèce de bateau à voile ne peut être ni un leader, ni un pionner. Gbagbo est rigoureusement incompétent pour sortir la Côte d'Ivoire de son état actuel. C'est pour cela que lorsqu'on parle de lui comme un homme providentiel, je me demande : de quel Gbagbo parle-t-on ? Si ceux qui vivent avec lui ne voient pas ce trouble de sa personnalité alors, il faut être inquiet pour le devenir du FPI. Nous avons ici une explication du triomphe des hommes comme Tagro, Alcide Djédjé et Blé Goudé qui ne sont bons que dans le rôle d'exécutants, car incapables de réflexion. Après ce constat il reste des questions importantes :
Gbagbo, quels sentiments t'inspire ton apologie de la zone franc au vu de la situation aujourd'hui ? Quelles questions te poses-tu après un examen de tes différentes prises de position ? Quelle est la responsabilité d'un politique face à ses propres choix et à leurs conséquences ? Tes prises de positions sont-elles excusables? Et comment? Lequel des Gbagbo Laurent est le vrai et où se trouve-t-il ? Quel est donc ton combat pour la Côte d'Ivoire et l'Afrique ? Tes errances viennent-elles de tes peurs, de ton caractère, de ton environnement ou bien simplement d'un trouble profond de ta personnalité ? Chez toi, les projets politiques doivent-ils être sacrifiés sur l'autel des intérêts égoïstes ou doivent-ils être ancrés dans des convictions solides ? Quelles garanties, Gbagbo, appelé aussi Boulanger, nous donnes-tu quant à la valeur pérenne des tes pensées, propos et prises de position? On a l'habitude d'entendre dire légèrement et facilement que tu as été " contraint ", " poussé à ", ou que tu as signé avec le fusil sur la tempe. Là se trouve la question de fond : Un homme, incapable de dire oui au bien et non au mal, est-il un être responsable ? Doit-on lui confier la conduite du destin d'une communauté ?
Un Homme doit avoir des convictions quand il descend dans l'arène politique. S'il vogue au gré des courants d'intérêts alors, il ne peut être qu'un mercenaire et un démon.
Shalom!
Professeur Koné Abou Bakary Sidick
Porte-parole de la Kéhila des Limmoudim de Rabbi Ieshoua ha Mashiah
07/80/48/76
konesidick@yahoo.fr


Achetez l'integralite de Le Nouveau Réveil  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS