Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Crise post-électorale : Les problèmes sociaux dénoncés par les femmes des Ong accréditées auprès de la Commission électorale indépendante (CEI)
Publié le lundi 31 janvier 2011   |  Autre presse


Crise
© Autre presse par DR
Photo: Mme Monique Traoré, Vice-présidente de la plateforme de la société civile de Côte d`Ivoire


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Eburnews - Préambule
- Mesdames les Présidentes,
- Chères sœurs et braves femmes de la Société Civile,

Je voudrais, au nom de toutes les femmes de Côte d’Ivoire, soucieuses de la situation difficile que connait notre pays depuis les résultats du deuxième tour des présidentielles du 28 Novembre 2010, vous saluer chaleureusement et vous remercier de votre présence à cette rencontre d’échanges sur les difficultés qui sont les nôtres, depuis que notre pays malheureusement se retrouve avec deux présidents et deux gouvernements.

Cette situation qui n’honore guère notre pays nous plonge chaque jour dans le désarroi, effaçant du coup tous les efforts que les organisations de la société civile ont fait pour le retour de la paix de la Côte d’Ivoire et plus particulièrement la part prise de chacune d’entre nous dans l’organisation de cette élection de sortie de crise (sensibilisation, audience foraine, identification, observation électorale...).

Chères sœurs, vous décrire la misère des populations depuis la publication des résultats du ce deuxième tour qui donne Alassane OUATTARA, vainqueur par la CEI, résultats certifiés par le représentant spécial de l’ONU, Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies et Monsieur GBAGBO Laurent déclaré vainqueur par le Conseil Constitutionnel.

Ce bicéphalisme au sommet de l’Etat a des conséquences incalculables et regrettables : insécurité par des tueries, des enlèvements, des violences, l’insalubrité, la chèreté de la vie, le disfonctionnement de l’école…

Le monde entier se mobilise encore au chevet de notre mère patrie, malade à travers le ballet diplomatique qui nous ai donné de voir chaque jour. Et nous, que faisons-nous ? Que disons-nous pour le règlement de cette crise post-électorale?

A travers cette rencontre, nous allons écouter certaines de nos sœurs nous exposer leur réflexion sur chacun des thèmes que j’ai évoqué plus haut afin qu’ensemble, après partage, nous puissions tirer des conclusions qui serviront pour la déclaration finale et qui nous indiquerons également les pistes pour les actions à mener.

Je voudrais pour terminer remercier nos sœurs, Présidentes d’ONG, de leur présence malgré la peur, les intimidations, les exactions pour donner de la voix afin de faire éclater la vérité.

Merci encore chères sœurs !



Le contexte nous conduit vers un vécu quotidien insupportable pour l’ensemble de la population ; nous pouvons retenir :
 La cherté de la vie : le panier de la ménagère est vide ; il est impossible de faire manger une famille de quatre membres avec 1000 F ; nous rappelons que le SMIG qui est de l’ordre de 36 000 FCfa n’a pas varié depuis des lustres.
 L’Ecole est entièrement en panne, elle est fermée partiellement et quelque fois totalement depuis le début des problèmes post électoraux
 Il y a une réelle menace ambiante partout,
 Les évènements post électoraux ont donné naissance à des actes violents ciblant les jeunes et les femmes, c’est-à-dire le cœur même du système social. Ainsi les mamans et les grand mamans ont été violentées ; les jeunes femmes ainsi que toutes les composantes de la société assistent impuissantes à ces situations tendant à être banalisées si on n’y prend garde.
 Le sommet de l’horreur, ce sont ces assassinats des jeunes hommes. En somme, une sorte d’extermination des jeunes qui représentent à nos yeux, la relève pour une catégorie de la population.
En effet, si l’on faisait une étude en termes de statistiques, les enfants et jeunes tués froidement appartiennent à un groupe bien identifié dans la population. S’agit-il d’une stratégie bien pensée ? Nous nous interrogeons.
 Ceux des jeunes ciblés, qui n’ont pas été tués, se sont vu briser les jambes de manière expresse, faisant de cette frange vigoureuse et bien portante, des personnes handicapées à vie, donc à la charge des parents déjà appauvris par la guerre et par toutes sortes de malheur.
En outre, il s’agit des futurs époux de nos filles, notre société est ainsi privée pour une génération de sa possibilité de régénération.
En prenant en compte tous ces arguments parmi tant d’autres, on ne peut espérer la naissance d’une quelconque cohésion sociale qui ne saurait exister dans un environnement où :

 On évolue dans le mensonge
 On agit selon les méthodes empreintes d’hypocrisie
 Lorsque vous sortez de chez vous, la première personne que vous croisez est capable de vous exprimer toute la haine qu’elle éprouve, alors même qu’elle ne vous connaît pas ; selon que vous êtes stigmatisé par l’habit que vous portez, le nom que vous portez, ou par tout autre signe distinctif ;…….. Ces choses-là n’étaient pas présentes dans notre société, il y a très peu de temps.


IL Y A EU DES ELECTIONS, MOTIF CAPITAL QUI DEVAIT NOUS CONDUIRE VERS DE NOUVEAUX HORIZONS FAITS D’ESPOIR, DE BONHEUR… DES ELECTIONS POUR TOMBER DANS CES TRAVERS, CE N’EST PAS NORMAL, NOUS VOULONS QUE LA VERITE ECLATE AFIN QUE LA POPULATION SOIT LIBEREE.

NOUS VOUS REMERCIONS.


Déclaration finale

- Considérant que l’apport des femmes de Côte d’Ivoire a été déterminant aussi bien en amont qu’en aval durant tout le processus électoral,
- Considérant que les Femmes des ONG ont réussi à faire participer au vote la majorité des Ivoiriens avec un taux de participation de plus de 80 %,
- Considérant que les Femmes de la Société Civile ont attesté de la véracité du résultat des Urnes tels que proclamés par la CEI et certifiés par le représentant spécial des Nations unies,
- Considérant les exactions, incriminations, enlèvements et tueries perpétrés par des individus non identifiés à l’encontre d’innocentes populations,
- Considérant les conditions difficiles pour les travailleurs, les transporteurs, les commerçants et autres acteurs de la société, entraînant inéluctablement la cherté de la vie,
- Considérant le disfonctionnement de l’école.
- Considérant la baisse de rendement et la fermeture de plusieurs entreprises donnant lieu aux chômages techniques et quelque fois au non paiement des salaires,

- Vu le Bicéphalisme constaté au sommet de l’Etat,

- Vu le rapport des Préfets de régions et de départements des zones invalidées certifiant qu’il n’existait aucun incident majeur de nature à entacher la crédibilité du scrutin,

- Vu la déflagration et la dégradation du tissu social et de l’environnement,

- vu les efforts consentis par les acteurs sociaux tant Ivoiriens qu’internationaux pour l’unification de notre pays,

- Vu la caporalisation des Médias d’Etat ?

Nous Femmes des Organisations non Gouvernementales (ONG) accréditées par la CEI, faisons les recommandations suivantes :

1. L’Arrêt immédiat des exactions commises sur les populations par la protection renforcée des
Personnes et des biens
2. L’arrêt de la diabolisation de la Communauté internationale qui s’investit tant bien que mal dans le dénouement de la crise
3. Le changement de la ligne directrice de la RTI qui tend à semer dans les cœurs la haine et la division
4. La reconnaissance des résultats tels que proclamés par la CEI et certifiés par le représentant de l’ONU qui donnent vainqueur le Président Allassane Dramane Ouattara.

Pour se faire, Nous, Femmes de la Société Civile :

- Demandons aux Ivoiriens de rompre ce silence coupable en évitant de se rendre complices de la destruction de notre patrie.
- Interpellons les éminents juristes, les Chefs traditionnels et religieux de Côte d’Ivoire, et toutes les personnes désireuses de sauver la Nation afin qu’ils travaillent à la manifestation de la vérité pour enfin libérer notre Pays. Car, la vérité est Une et Indivisible, qu’elle vienne de la Bible ou du Coran. La vérité est l’autre Nom de Dieu.


Nous, Femmes des ONG de Côte d’Ivoire accréditées auprès de la CEI, avons assez souffert de la misère, de la pauvreté de la perte de nos emplois, de la décadence des mœurs, de la décrépitude de la Société depuis deux décennies, de la mort du fait du SIDA et maintenant de la mort à l’arrachée cruelle de nos enfants, de nos frères, de nos époux et de nos pères.
Nous demandons que tout cela s’arrête.


Sœurs Ivoiriennes, retenez que nos enfants nous observent sous le regard bienveillant de nos Ancêtres. L’Histoire nous interpellera sur nos actes. Faisons en sorte qu’ils soient des actes de bravoure et non de lâcheté.
Demeurons toutes unies autour de notre mère patrie : « LA CÔTE D’IVOIRE ».

Nous vous remercions !
Fait à Abidjan le 28 Janvier 2011

Mme MONIQUE TRAORE
VICE PRESIDENT DE LA PLATE FORME DE LA SOCIETE CIVILE DE CÔTE D’IVOIRE
E-mail : fofdgnord@yahoo.fr

LIENS PROMOTIONNELS