Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Oui, c’est très vrai, Gbagbo est un apôtre du Lumumbisme
Publié le lundi 7 fvrier 2011   |  Le Mandat


Politique
© Reuters par DR
Ivory Coast incumbent President Laurent Gbagbo is seen at the presidential palace in Abidjan January 25, 2011. Major cocoa exporting companies said they had stopped registering beans for export in compliance with a call by presidential claimant Alassane Ouattara for a one-month ban on deliveries, the latest attempt to force Gbagbo from office by blocking his access to funds.


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Il y a deux semaines, exactement le 17 janvier dernier, date anniversaire de la disparition tragique de Patrice Emery Lumumba, leader charismatique congolais déclaré farouche militant anticolonialiste, l’on a écrit et chanté dans les journaux et sur les antennes de la RTI que Koudou Gbagbo Laurent notre ex-Président est un résistant apôtre du Lumumbisme. Ceux qui ne souhaitent pas voir Gbagbo dans un quelconque manteau historique voudrait lui denier cette reconnaissance. Après des rencontres et des échanges avec plusieurs amis, j’ai résolu de partager avec vous, sympathiques et lucides lecteurs de ‘‘Le Mandat’’, la réalité de la comparaison entre les deux individus. Cela aidera à élucider ceux qui déclarent péremptoirement et sans honte Gbagbo, tantôt Houphouëtiste, tantôt Lumumbiste, N’Krumaïste ou Sékou Touréïste… Rappelons brièvement qui est Patrice Emery Lumumba et comment il devint une légende africaine. Patrice Emery Lumumba était un leader congolais du combat anticolonialiste mené par l’Afrique à partir de 1945 et qui favorisera pour la plus- part des Etats, leur indépendance dans les années 1960.

Elégant sur ses 1, 85m, toujours bien mis, costume et nœud papillon, il dégageait un charisme incontestable qui lui a conféré une popularité au-delà des frontières du Congo Kinshassa qui sera le Zaïre avant de devenir aujourd’hui, RDC. Au cours des cérémonies commémoratives de la proclamation de l’indépendance le 30 juin 1960, le Premier ministre Lumumba, qui n’était pas programmé dans les allocutions, sort de sa veste un discours qu’il s’impose à lire après le Président Kassavubu. Il y a incidence protocolaire et le discours a une teneur controversée.

Extrait : « … » Dans le combat de leadership qui va s’en suivre, comme sous d’autres cieux où l’indépendance a bouffé certains de ses nombreux porteurs, Patrice Lumumba va disparaître , dans des conditions aujourd’hui encore non élucidées, en compagnie de deux autres fils illustres du pays dont Joseph Okito (50 ans), Vice-président du Sénat et Maurice Mpolo (32 ans), ancien ministre de la Jeunesse et des Sports et grand animateur du parti de Patrice Lumumba. Sur la disparition de Lumumba, il y aura de nombreuses enquêtes dont celles d’une commission de l’ONU, de la Belgique… En parcourant l’héritage, on retrouve les traces d’une suspicion sur sa responsabilité dans les massacres des populations du Kassaï, la défiance à l’autorité coloniale, mais aussi à ses supérieurs hiérarchiques qu’il accusait de suppot du néo-colonialisme. En parcourant aujourd’hui les chapelles africaines qui se sont réclamées du Lumumbisme, on relève que les plus célèbres pasteurs dont Kwamé N’Krumah et Sékou Touré, n’ont eu plus de réussite que ceux des leaders modérés dont les Houphouët, Bourguiba n’ont laissé à leurs compatriotes.

Le Lumumbisme serait-il donc une célèbre marque d’un produit fiction ? C’est en tout cas, la meilleure image. Car après le discours de Sékou Touré face au Général De Gaulle avec le fameux : « La Guinée préfère la pauvreté dans la dignité plutôt que l’opulence dans l’esclavage on sait ce qu’a été son bilan en quarante ans, tandis que son ami N’Krumah a été vite chassé par son armée quelques mois seulement après avoir divorcé de sa femme ashanti pour épouser une égyptienne.

Qui veut donc contester à Laurent Gbagbo de se réclamer de la théorie des défiances et des promesses sans lendemain ? Que n’a pas dit Gbagbo ? « Donnez-moi le pouvoir et je vous le rends ». Tout le monde connaît le résultat. Aucun Président d’Afrique noire francophone n’a organisé une dictature aussi grossière que Gbagbo ne l’a fait en dix ans. Aucun régime n’a détruit l’héritage de ses prédécesseurs que Laurent Gbagbo ne l’a fait, sans rien construire. Puis, après dix ans de bilan chaotique, Laurent Gbagbo qui s’est précipité à l’Elysée en France après sa calamiteuse élection en 2000, se braque contre celle-ci pour revendiquer un titre de combattant anticolonialiste, 50 ans après l’indépendance de la Côte d’ Ivoire. Il a voulu être Houphouëtiste, c’est-à-dire adepte d’une politique de développement de l’homme et des moyens pour une vie sociale confortable, mais n’y a pas réussi. Il se tourne vers une autre idéologie, celle où l’on exerce l’indiscipline, célèbre la jouissance et développe à longueur de journées, des promesses sans lendemain, où on choisit parfois une fin de martyr pour entrer dans l’histoire. Quand bien même la Cour Pénale Internationale (CPI) condamne souvent par contumace ? Dommage pour cet historien qui depuis dix ans ne sait pas quelle place l’histoire lui réserve !

G.A


Achetez l'integralite de Le Mandat  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS