Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Économie

Après une réunion de crise avec les opérateurs du secteur portuaire : Les derniers espoirs de Gbagbo brisés
Publié le vendredi 11 fvrier 2011   |  Le Nouveau Réveil


Le
© Reuters


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Rencontre de vérité hier au 20ème étage de l`immeuble Sciam au Plateau entre plusieurs membres du gouvernement illégitime de M. Laurent Gbagbo et les armateurs, les agents maritimes et les exportateurs de café-cacao. C`est que Désiré Dallo qui avait à ses côtés ses collègues Issa Malick Coulibaly (Agriculture), Koné Katinan Justin (Budget), le directeur de l`Economie Kouassi Oussou, les responsables du Fgcc et du Cfcc, voulait comprendre pourquoi le cacao ivoirien ne sortait pas ? Pourquoi le Dus ne rentrait plus dans les caisses de l`Etat ?

Au cours de cette séance de travail qui a duré 2 heures hier en fin d`après-midi et qui a réuni la plupart des opérateurs du secteur portuaire ivoirien, Désiré Dallo a essayé de présenter à ses interlocuteurs du jour “une situation économique pas du tout reluisante pour le pays, la Côte d`Ivoire”, a-t-il déclaré, flirte actuellement avec la banqueroute économique et financière, elle n`a plus les moyens de faire face à ses charges. Bref, pour le ministre de l`Economie et des finances du gouvernement illégitime, il y a urgence, et cette rencontre avec les opérateurs du secteur maritime est destinée à clarifier la situation d`ensemble et prendre des mesures en vue d`un redressement rapide de la barre.

Mais le moins que l`on puisse dire, c`est que les ministres de Gbagbo sont sortis de cette réunion encore plus déçus, car ils ne s`imaginaient pas que la situation était plus grave qu`ils ne le croyaient.

A la question de savoir pourquoi le cacao et le café ne sortaient plus, les exportateurs ont répondu qu`ils étaient confrontés à deux types de difficultés. Les banques ne veulent plus les financer d`une part et leurs partenaires commerciaux à l`étranger ne veulent plus acheter le cacao et le café labélisés Côte d`Ivoire d`autre part.

Même les contrats passés et formalisés avant le 24 janvier, date à laquelle le Président Ouattara a interdit les exportations de cacao, ne peuvent être exécutés parce qu`il se pose des problèmes techniques ou financiers depuis que la Bceao a décidé de fermer ses agences en Côte d`Ivoire.

Visiblement désarçonnés par ces informations qu`ils n`avaient pas, les ministres de Gbagbo ont voulu savoir s`il y avait une alternative ? Si l`on pouvait contourner les pays de l`Union européenne et s`adresser à des acheteurs d`autres cieux. Là encore, la réponse fut accueillie comme un choc.

"A l`heure actuelle, nous n`avons pas d`autres alternatives, tous nos acheteurs sont en Europe" ont fait savoir les exportateurs. Impulsif et menaçant comme à son habitude, Koné Katinan s`emporte et accuse ouvertement les exportateurs de faire le jeu des politiciens. Pour lui, l`Etat a urgemment besoin d`argent pour assurer ses charges et cela tout le monde doit le savoir à commencer par les opérateurs économiques.

L`autre information qui a fait voler en éclat les dernières illusions de Désiré Dallo et de ses camarades, c`est que tous les armateurs qui font des lignes régulières sur le port d`Abidjan ravitaillant nos marchés en vivres de première nécessité ont, eux aussi, décidé de ne plus arraisonner au Port d`Abidjan. Plus aucun navire de ligne régulière ne viendra à Abidjan. Ce qui pourrait gravement perturber le système portuaire et même entraîner la paralysie de l`activité du Port. Car à la vérité, ce ne sont pas uniquement les bateaux de l`Ue qui boudent nos ports. Un armateur arabe comme UASC a déclaré qu`il ne viendrait plus à Abidjan parce qu`il a un problème avec l`assurance (?) de navire.

D`ailleurs, une source proche des opérateurs du secteur nous confie que d`ici la semaine prochaine, beaucoup d`entreprises au Port devraient commencer à mettre la clé sous le paillasson ou se débarrasser d`une partie de leur personnel. Les opérateurs n`auront alors pas d`autre alternative que d`aller récupérer leurs marchandises au port de Tema (Ghana). Ce qui va alourdir les frais de transport et provoquer une inflation. Mais Gbagbo aime tellement les Ivoiriens qu`il va résister.

AKWABA Saint-Clair


Achetez l'integralite de Le Nouveau Réveil  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS