Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Après la Bceao et la Brvm : Gbagbo va braquer les banques commerciales
Publié le vendredi 11 février 2011   |  Le Nouveau Réveil


Cérémonie
© Reuters
Ivory Coast strongman Laurent Gbagbo (R) and his wife Simone (L), attend a ceremony, on February 4, 2011 in Abidjan, to pay tribute to thirty-two members of the National Armed Forces of Ivory Coast (FANCI) that lost their lives during the post-electoral violence, spawned by the November 28, 2010 presidential elections. International sanctions against Ivory Coast strongman Laurent Gbagbo are beginning to bite with ordinary Ivorians feeling the pinch as the country`s once-vibrant economy suffers


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Laurent Gbagbo, président sortant qui refuse de quitter le fauteuil présidentiel, reste toujours fidèle à sa logique de braquer les établissements financiers pour pouvoir payer les salaires des Ivoiriens. Après donc le braquage de la Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Bceao), de la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm), ce sont les banques commerciales qui se trouvent être dans le viseur du président sortant. Asphyxié financièrement et donc à cours de liquidités pour faire face aux charges nationales tel le paiement des salaires, il a donc décidé de s'attaquer aux banques commerciales. Les banques menacées par ce braquage sont la Sgbci, la Bicici, la Baci, la Citibank, Ecobank et la Sib. Pour commettre sa forfaiture, il identifie en ce moment des partisans Lmp travaillant dans lesdites banques et tentent de corrompre certains agents en leur promettant monts et merveilles pour qu'ils ferment les yeux sur ce que son camp et lui comptent faire. Si ce braquage se produit, c'est tout le système bancaire qui va être totalement désorganisé, car depuis la prise des sanctions financières contre le régime Gbagbo par l'Union Européenne et de nombreuses institutions financières internationales, les banques ont imposé à leur clientèle un quota à ne pas dépasser pour le retrait des espèces. Une situation qui montre bien que les finances en Côte d'Ivoire vont très mal, contrairement à ce que veulent le faire croire les ministres Lmp. Ce braquage sonnera, il faut le dire, le glas des comptes des épargnants dans les différentes banques citées. Car, ces dernières citées ne pourront plus faire face à la demande de retrait de leurs clients puisque ne disposant plus d'un seul kopeck dans leur caisse.

Paul Koudou


Achetez l'integralite de Le Nouveau Réveil  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS