Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Économie

Cacao ivoirien: l`Etat prend le contrôle de l`achat et de l`exportation (Gbagbo)
Publié le lundi 7 mars 2011   |  AFP


Le
© Reuters


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a
décrété lundi la prise de contrôle par l`Etat de l`achat et de l`exportation
de cacao, dont le pays est premier producteur mondial, alors que ces activités
étaient jusque-là dominées par des multinationales.
Engagé dans un bras de fer avec Alassane Ouattara, reconnu président élu
par la communauté internationale après le scrutin de novembre, Laurent Gbagbo
tente ainsi de contrer la paralysie de la filière cacao, entraînée en
particulier par les sanctions économiques de l`Union européenne, notamment
l`embargo de fait sur les ports d`Abidjan et San Pedro (ouest), premier port
d`exportation de cacao au monde.
Selon une ordonnance lue sur la télévision publique RTI, "l`achat du café
et du cacao aux producteurs et aux groupements de producteurs s`effectue"
désormais "exclusivement par l`Etat sur l`étendue du territoire national". Cet
achat s`opère "suivant un prix déterminé par l`Etat en début de chaque période
de vente", indique le texte.
"L`exportation des produits de la filière café-cacao est effectuée par
l`Etat, par toute personne morale mandatée par l`Etat ou titulaire d`un
agrément en qualité d`exportateur", stipule encore l`ordonnance. "Les
exportateurs agréés s`approvisionnent en fèves de cacao et en café vert auprès
de l`Etat ou de toute personne morale mandatée par l`Etat", précise-t-on.
Pour couper les vivres à son rival et le forcer au départ, M. Ouattara a
ordonné fin janvier l`arrêt des exportations de cacao, un appel respecté par
les grands négociants et chocolatiers, privant du coup le régime Gbagbo
d`importantes ressources.
Le café et le cacao représentent 40% des recettes d`exportations de la
Côte d`Ivoire et environ 20% de son PIB.
Alors que la crise post-électorale a été marquée depuis mi-février par une
flambée de violences, à Abidjan et dans l`ouest en particulier, la bataille se
poursuit parallèlement sur le terrain économique.
La prise de contrôle de la filière cacao par le gouvernement Gbagbo
intervient après la réquisition en février, ou "nationalisation", de deux
filiales ivoiriennes des banques françaises BNP Paribas et Société générale.
Le pouvoir en place avait pris cette décision après le quasi-effondrement
du secteur bancaire, les banques commerciales ayant toutes fermé après la
rupture entre la banque centrale ouest-africaine (BCEAO), qui reconnaît M.
Ouattara, et le régime Gbagbo. Seules les banques publiques restent en
activité.
La crise politique a déjà entraîné une profonde crise économique et
sociale, avec une hausse des prix des denrées et des craintes de pénurie de
carburant notamment, tandis que nombre d`entreprises sombrent, multipliant
licenciements ou mesures de "chômage technique".

LIENS PROMOTIONNELS