Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Débâcle militaire à l’Ouest - L’armée de Gbagbo en fuite
Publié le mardi 8 mars 2011   |  Le Mandat


Armement
© Autre presse
Ll`armement pris à Toulepleu, par les hommes du Commandant Loss; armement abandonné par les combattants fidèles à Gbagbo dans leur retraite à l`issue des affrontements


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Après la chute de Zouan-Hounien, Bin-Houyé et Toulepleu... Duékoué tremble
Les jours du dictateur Laurent Gbagbo sont véritablement comptés. Alors qu’il a maille à partir avec la Révolution à Abidjan, le Woody de Mama essuie des défaites cuisantes dans l’Ouest ivoirien, précisément dans le Moyen-Cavally considéré naguère comme un bastion imprenable de son clan. Aidé dans sa dérive génocidaire par des fils de la région dont le tristement célèbre Pol Dokui, il a recruté, armé et engraissé des miliciens et des mercenaires libériens au détriment des forces régulières(FDS) qui lui ont pourtant permis de conserver la partie sud du parys après le déclenchement de la rébellion en septembre 2002. Le 18 février dernier, croyant aveuglement à la puissance de feu de ses tueurs à gage, Gbagbo a engagé ce que son entourage appelait pompeusement la guerre de la libération de l’Ouest, contre les Forces Nouvelles. Mal lui en prît. La confrontation a tourné court pour ses combattants qui ont plié l’échine et sont repliés sur Toulepleu, leur base. Usant de leurs armes, ils se livraient à des pillages et exactions jusqu’avant-hier dimanche 06 mars où, ils en ont été délogés, après environ 09 heures de combat, par les soldats républicains. Ce dimanche donc, comme l’indique le communiqué du porte-parole du Ministère de la Défense, le Capitaine Alla Kouakou Léon, Toulepleu est tombé et l’ennemi composé de miliciens et de mercenaires s’est enfui en direction du Libéria après avoir pillé et saccagé la localité. Cette fuite s’est faite par l’axe menant à Péka-Ouébly ou Pékan-Barrage, village de Pol Dokui, frontalier avec le Libéria, avec des armes dont un BM21 ou Lance Roquette Multiple. Avant leur fuite, les mercenaires ont saboté toutes les armes lourdes dont ils ont été dotés par le régime Gbagbo. En revanche, ils ont abandonné dix(10) caisses de munitions AK 47 aux mains des Forces républicaines qui, il faut le souligner, n’ont enregistré aucune perte. Jusqu’à hier, les ratissages continuaient pour mettre La zone totalement sous contrôle des hommes de Soumaila Bakayoko.
La chute de Toulepleu, véritable poche de ravitaillement de Gbagbo en mercenaires est un coup dur pour le clan bleu déjà malmené politiquement, diplomatiquement et financièrement. Si cette ville est aux mains des Forces républicaines, cela signifie implicitement que la cité carrefour de Duékoué, n’est pas loin d’être délivrée du joug du dictateur Laurent Gbagbo. Depuis hier donc, la fièvre de l’arrivée des hommes forts s’est emparée de toute la localité. D’où viendra cette descente salvatrice ? De Bangolo, en provenance de Man, ou de Guiglo, en venant de Toulepleu ? Là se trouve la grande incertitude.


Achetez l'integralite de Le Mandat  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS