Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Côte d`Ivoire : "Gbagbo dirige un Etat voyou"
Publié le mercredi 9 mars 2011   |  Slate


Abidjan
© Reuters par DR
A tyre set on fire by pro-Ouattara supporters burns in the Koumassi neighborhood in Abidjan on February 19, 2011. Security forces loyal to Ivory Coast strongman Laurent Gbagbo fired tear gas today to disperse several hundred rallying supporters of his rival Alassane Ouattara. The mostly young protesters fled after security forces fired the tear gas as they attempted to march to Inch`Allah square in the Koumassi neighbourhood of the capital.


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Alors que la Côte d`Ivoire s`enfonce dans la crise, il est encore possible d`éviter une guerre civile de grande ampleur. A condition qu`un gouvernement d`union nationale soit constitué sans Gbagbo, estime Rinaldo Depagne, spécialiste de la Côte d`Ivoire à International Crisis Group. Interview.

SlateAfrique - Les combats ont repris dans Abidjan et un certain nombre d`observateurs pensent qu`on se dirige vers la guerre civile. Est-ce qu`on peut dire que c`est inéluctable?

Rinaldo Depagne - Ce n`est pas si inéluctable, mais il y a un problème de définition: à partir de quel moment on parle de guerre? En Côte d`Ivoire, on est face à des scènes qui ressemblent à des scènes de guerre. Les combats qui se déroulent à Abobo [quartier d`Abidjan, considéré comme un fief des partisans d`Alassane Ouattara, ndlr] entre les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les forces de ce fameux commando invisible, ou «Mouvement de libération de la population d`Abobo Agnama», ressemblent à la guerre. On a aussi des affrontements militaires dans l`Ouest du pays sur lesquels on a assez peu d`informations, parce que les conditions de sécurité ne permettent plus aux ONG, aux travailleurs humanitaires et aux journalistes de se rendre sur place.

Le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a dit qu`il mettait fin à ses opérations dans l`Ouest de la Côte d`Ivoire pour des raisons de sécurité, donc à partir de quel moment on parle de guerre civile? Actuellement, le bilan officiel est de plus de 300 morts. Mais je pense qu`il y en a beaucoup plus. Selon l`ONU, 200.000 personnes se sont enfuies de leur domicile à Abobo et plus de 40.000 Ivoiriens se sont réfugiés au Liberia. Est-ce que ça ce n`est pas déjà la guerre?

Il y a une seule sortie possible qui serait un appel de Ouattara [le président reconnu par les Nations unies après la présidentielle du 28 novembre 2010, ndlr] à un gouvernement d`union nationale intégrant des membres modérés de la majorité présidentielle
... suite de l'article sur Slate

LIENS PROMOTIONNELS