Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Etat major des Armées / Mangou s’en va, Dogbo Blé arrive ?
Publié le vendredi 11 mars 2011   |  Le Jour


Cecos
© Abidjan.net par Nathan Koné
Jeudi 16 septembre 2010. Abidjan. Siège du Centre de commandement des opérations de sécurité (CeCOS). Photo: de dr. à g. le maire de Jacqueville, et les généraux Dogbo Blé Brunot, Guai Bi Poin et Bredou M`Bia


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
La bavure d’Abobo met à mal la cohésion au sein de la haute hiérarchie militaire « pro-Gbagbo ».Ce qui se murmurait au sein de la grande muette en Côte-d’Ivoire vient de se confirmer. Depuis le vendredi 4 mars 2011, le Général Brunot Blé Dogbo, chef de corps et Commandant de la Garde Républicaine, serait pressenti pour être le nouveau Cema (Chef d’Etat major) de l’armée ivoirienne. Si de façon officielle cette décision n’a pas encore été rendue publique de peur de fragiliser les soldats encore à la solde de Gbagbo, nos sources sont catégoriques. Le général de corps d’Armée, Philippe Mangou, le précédent chef d’état major ne se fait plus entendre. Selon une source proche de Philippe Mangou, anciennement dans sa garde rapprochée, le chef d`état major de l`armée ne ferait plus l’affaire des refondateurs. Une chose est sure, on ne voit plus Mangou. Pourtant l’homme avait habitué les Ivoiriens par ses sorties et ses déclarations sur le petit écran. L`information est toute fraîche et c`est Brunot Dogbo Blé qui serait le nouveau Cema. Il ne resterait qu’à rendre publique sa nomination. Ce dernier a, depuis le déclenchement de la crise post électorale de démontrer son attachement au président sortant Laurent Gbagbo. Ce n`est donc pas une surprise pour tous les acteurs de la scène politique ivoirienne qu’il ait cette promotion au moment où la crise se fait plus aigüe. Malgré l`hommage à lui rendu par les jeunes patriotes, malgré ses pas de danse lors de cette cérémonie, Mangou n`aurait pas résisté à la furia de la dictature de Laurent Gbagbo. Il apprendra cela à ses dépends avec les bruits de son départ.

D. Djakis
Correspondance particulière

LIENS PROMOTIONNELS