Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Économie

Filière Café-cacao / La double facette d’une "nationalisation"
Publié le lundi 14 mars 2011   |  La Tribune de l'Economie


Économie
© Getty Images
Photo: récolte de cabosses de cacao mûres dans une plantation


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
En décidant de contrôler la commercialisation du cacao et du café à travers l'ordonnance N°2011-75 du 06 mars 2011 prise par le président Laurent Gbagbo, le gouvernement Aké N’Gbo vient ainsi de rompre les amarres avec la libéralisation de ce binôme, en ressuscitant le model " Caistab", très critiqué sous le régime du parti unique. Le président Gbagbo veut donc reprendre les choses en main en se substituant aux multinationales et aux nombreuses structures nées de l'éclatement de la filière café-cacao. En effet, cette décision qui est une manière de contourner les mesures de suspension d’exportations du café et du cacao prises par le gouvernement Soro, est un couteau à double tranchant comme le laissent entendre certains acteurs clés du secteur. Et cela est dû en partie aux travers occasionnés par le mode opératoire de la "Caistab" qui est aujourd’hui remis en scelle. Pour mieux cerner les enjeux de cette mesure et des risques éventuels à encourir, nous faisons un bref rappel des années Caistab en Côte d’Ivoire.

Retour à la case départ

La Caisse de stabilisation et de soutien des prix des productions agricoles était un organisme étatique crée en 1960 et démantelé en août 1999. Son principal rôle était de constituer un intermédiaire de poids entre les producteurs et les négociants en vue de stabiliser les cours. Elle avait le monopole de la gestion de la filière et contrôlait l’achat de la production de cacao des producteurs à un cours fixé à l'avance. Elle était ensuite chargée de la vendre. Pour les paysans, le fait de savoir à quel prix ils allaient pouvoir vendre leur production leur a permis de s'enrichir et de faire croître leur exploitation. La Côte d'Ivoire est ainsi devenue le premier producteur mondial de cacao avec 40% de la production mondiale pour près d’un million de producteurs et environ 20% du Produit Intérieur Brut (PIB), dont les seuls droits uniques de sortie (Dus) qui s'appliquent à l'exportation du cacao représentent en moyenne plus de 20% des recettes fiscales. Malheureusement…

Lire suite dans la tribune de l’Economie n°45 du lundi 14 mars 2011


Achetez l'integralite de La Tribune de l'Economie  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS






Autres articles

  • Filière Café-cacao / La double facette d’une "nationalisation" - La Tribune de l'Economie - 14/3/2011
  • Crise bancaire : Les banques nationales profitent de la fermeture des autres - La Tribune de l'Economie - 28/2/2011
  • Exclusif : Marcelin Zahui, administrateur par intérim de la SGBCI «On va faire au mieux pour rouvrir de façon optimale » - La Tribune de l'Economie - 28/2/2011
  • Les dangers de la nationalisation bancaire - La Tribune de l'Economie - 21/2/2011
  • Les conséquences inévitables de la crise bancaire - La Tribune de l'Economie - 21/2/2011
  • Les conséquences inévitables de la crise bancaire - La Tribune de l'Economie - 19/2/2011
  • Les dangers de la nationalisation bancaire - La Tribune de l'Economie - 19/2/2011