Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Affrontements sur le front ouest : Des tirs à l`arme lourde entendus à Duékoué hier
Publié le jeudi 17 mars 2011   |  Le Mandat


Tournée
© Primature par DR
Tournée du premier ministre à Zouhan-Hounien, Bin-Houyé, Toulepleu et à la frontière du Libéria, en mars 2011. Guillaume Soro visite les troupes des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci). Photo: des caisses de munitions du BM-21 (camion soviétique lance-roquettes multiples de 122 mm) saisi


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Des tirs à l`arme lourde et à la kalachnikov ont retenti hier, peu avant l`aube, à Duékoué, dans l`Ouest de la Côte d`Ivoire, ville située à une quarantaine de km au Sud de l`ex-ligne de front divisant le pays. Depuis un moment, celui que l’on a surnommé dans cette localité ‘’le mystérieux déshabilleur des Fds’’ s’est signalé. Nous l’avons souligné dans nos parutions passées que ces genres d’actes étaient des signes qui annoncent l’arrivée des Forces Républicaines dans les zones sous le contrôle des forces pro-Gbagbo. Cet état de fait a contraint les Forces Défense et de Sécurité loyales à Gbagbo à déserter les corridors nord et sud de la ville de Duékoué. Une situation qui naturellement a instauré des rumeurs d`attaque dans cette cité. A en croire des sources militaires, les forces pro-Gbagbo en faction dans cette ville comptaient sur les renforts envoyés à Touleupleu pour parer à toutes les éventualités dans leur zone. Selon toujours ces même sources, cet espoir s’est évanoui après les combats de Blolequin, localité situé à environ 60 km de Toulepleu et de Guiglo, qui ont vu le revers des forces Gbagbo. Depuis hier nuit, ce qui ressemblait à des prémices est en train de se concrétiser. Des tires nourris à l’arme lourde ont été entendus dans cette ville. Et notre correspondant de confirmer que Duékoué est train de se vider de ses habitants. Ceux qui ont décidé d’y rester sont terrés chez eux en attendant que les Forces Républicaines viennent libérer la ville. Les éléments des Forces de Défense et Sécurité fidèles à Laurent Gbagbo seraient dans l’hésitation de se rallier ou de fuir la ville. Après ces moments de combats, un calme précaire régnait dans la ville. Mais, il est difficile de dire qui contrôle la ville du fait que la situation était confuse pendant que nous mettions sous presse. Et ce ne sont pas les fausses assurances du camp Gbagbo qui pourraient convaincre les habitants de cette localité de l’Ouest.

Jean Michel


Achetez l'integralite de Le Mandat  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS