Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Ultime sursaut d`orgueil: Appel à la Gendarmerie nationale
Publié le lundi 28 mars 2011   |  Ivoire-Presse


Toroguhé
© Ministères par Gendarmerie nationale (Photo d`archive)
Jeudi 11 Novembre dernier. Toroguhé, place d’arme de l’Ecole de Gendarmerie. Les élèves sous-offficiers de première année, promotion 2010-2012 ont été présentés au drapeau de l’état de Côte d’Ivoire


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Frères d’armes,

La devise de la Gendarmerie Nationale « PRO PATRIA-PRO LEGE » signifie « Pour la Patrie, Pour la Loi ». Elle nous rappelle à chaque instant les vertus de notre métier de gendarme.
Une telle devise illustre bien la noblesse des missions de la Gendarmerie Nationale, force républicaine pour le peuple et au service du peuple.

A titre de rappel, dans ses missions traditionnelles, la Gendarmerie Nationale a toujours réservé une place de choix à la protection des personnes et leurs biens.

La crise post-électorale qui embrase actuellement la Côte d’Ivoire notre chère patrie est consécutive au silence coupable du Général Kassaraté Tiapé Edouard commandant Supérieur de la Gendarmerie et certains de ses Officiers Supérieurs, agissant aux ordres. Ils détiennent les preuves : non seulement du bon déroulement du scrutin, mais aussi de l’élection effective du candidat Alassane Dramane Ouattara. Pour être à ce niveau d’information, ils avaient pris le soin de constituer depuis le premier tour de la présidentielle, un poste de supervision spécial des élections installé au commandement Supérieur de la gendarmerie et doté de tous les moyens modernes de communications pour renseigner en temps réel et juste, vous le savez La gendarmerie agit toujours sur renseignements.
Leurs attitudes complices et délibérées ont rassuré le Conseil Constitutionnel à ne pas dire le droit en confortant Monsieur Laurent Gbagbo dans sa logique de confiscation programmée du Pouvoir, et pourtant, un président de la République n’est pas taillé sur mesure : il est élu par son peuple libre et souverain, acte que notre arme a le devoir de protéger et soutenir. Vous vous trompez dans l’interprétation du texte mon Général, La gendarmerie Nationale protège les institutions crédibles de l’état et non celles agissant aux ordres.

Pourtant souvenons-nous comme si c’était hier, du 24 Octobre 2000, ces engins blindés de cette même gendarmerie nationale, force républicaine, conduisant le peuple ivoirien au palais présidentiel, à l’appel du candidat Laurent Gbagbo contre la mascarade du Général Robert Guei. En 2010 malheureusement c’est cette même force, sensée être républicaine qui endeuille les familles ivoiriennes, qui sème la terreur et la désolation dans les quartiers, qui utilise les chars et les mortiers du peuple, contre le peuple de la côte d’Ivoire. De votre supposée brillante carrière de militaire mon Général, la Côte d’Ivoire ne retiendra que amertume et désolation, quel gâchis ?

Officiers, Sous-officiers de la Gendarmerie Nationale, ressaisissons-nous.

Face à cette vérité détenue sous scellé par la Gendarmerie Nationale, notre arme d’élite, pouvons- nous continuer à rester indifférents et sourds aux cris de détresse de nos populations bâillonnées, assassinées, violées, volées et dont les biens sont détruits par des mercenaires et des miliciens renforcées malheureusement par une minorité des Forces de défense et de sécurité acquis à la cause d’un individu : Laurent Gbagbo ?

Pour respecter l’éthique et la déontologie de la Gendarmerie Nationale, ensemble levons nous et rétablissons l’ordre comme nous avions juré en ce jour mémorable de notre prestation de serment de servir la patrie avec fidélité et loyauté. Mettons fin à la tragédie des populations ivoiriennes dont le seul tord est d’avoir exprimé leur volonté du changement en votant massivement le Président Alassane Dramane Ouattara et en exigeant que ce choix soit respecté. Ralliez-vous comme un seul homme aux Forces Républicaines de Côte d’Ivoire elles ne vous combattront jamais comme on vous le fait croire, le devoir nous appelle, le pays nous attend.

Chers frères d’arme, le monde entier nous regarde et l’histoire retiendra toute action que chacun de nous posera dans cette crise post-électorale.

Un groupe de gendarmes officiers et sous-officiers républicains

LIENS PROMOTIONNELS