Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Des colonnes croisées des FN foncent sur Abidjan : Plusieurs villes stratégiques tombées dans leur escarcelle - Wattao au deuxième bataillon de Daloa
Publié le mercredi 30 mars 2011   |  L'Inter


Règlement
© Getty Images par DR (Photo d`archive)
Bloléquin


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Le Forces républicaines de Côte d`Ivoire (FRCI), nouvelle dénomination des Forces armées des Forces nouvelles (FN) qui regroupent désormais les éléments de l`ex-rébellion et ceux des Forces de défense et de sécurité (FDS) ralliés à Alassane Ouattara foncent sur Abidjan, siège du pouvoir ivoirien. Elles se sont emparées de plusieurs villes de la Côte d`Ivoire en 48h, après avoir ouvert simultanément plusieurs fronts de combat. Le lundi 28 mars 2011, ces Forces pro-Ouattara attaquent en même temps Duékoué, Daloa et Bondoukou. Après plusieurs heures de combat, Duékoué est en partie maîtrisée et aux environs de 20h, les FRCI pénètrent dans Bondoukou. A Daloa, deuxième région militaire de la Côte d`Ivoire, deux fronts sont ouverts, selon des habitants que nous avons joints le lundi dans la soirée. Le premier se situe sur l`axe Man-Daloa et le second sur l`axe Vavoua-Daloa. Très vite, débordées, les Forces de sécurité loyales à Laurent Gbagbo capitulent, laissant ainsi le champ libre aux hommes du chef d`état-major adjoint des FN, Issiaka Ouattara alias Wattao. Ceux-ci s`installent dans le camp deuxième bataillon de la ville, avant de neutraliser tous les autres camps. Selon des indiscrétions, les soldats fidèles à Laurent Gbagbo n`ont pas opposé une grande résistance, plusieurs parmi eux ayant replié sur Gagnoa. Une thèse battue en brèche par un soldat des FDS qui a confié à l`AFP que les combats ont été violents. « Les combats ont été très violents toute la nuit à Daloa, mais on n`a pas pu tenir nos positions. Elle est tombée aux mains de rebelles », a-t-il déclaré, confirmant également la prise de Duékoué. « Nous avons pris les deux villes. Elles sont entre nos mains, mais il y a encore des échanges de tirs », a, pour sa part, annoncé Seydou Ouattara, Commissaire principal des FN, joint par téléphone par l`AFP. Le porte-parole du ministre de la Défense de Ouattara, Alla Léon parle, lui, de ralliement. Après avoir maîtrisé Daloa, le commandant Wattao a tenu une réunion avec les militaires et gendarmes restés sur place dans le camp du deuxième bataillon. Selon l`un de ses proches que nous avons joints par téléphone, il s`est agi pour lui de sensibiliser ses frères d`armes en leur faisant comprendre que le combat des FRCI n`est pas dirigé contre eux. Des habitants que nous avons joints hier ont confirmé la présence des FRCI dans la ville. « Je les vois au moment où je vous parle. Ils nous ont demandé d`aller au marché », nous a indiqué une habitante de Daloa. Dans la ville, les FRCI ont libéré tous les prisonniers. « Un jeune a été pris en flagrant délit de vol. Il cassait un magasin quand il a été pris par des éléments des FN qui l`ont bastonné avant de le relâcher. En ma connaissance, il n`y a pas de pillage pour l`instant », a ajouté un autre habitant, quand un autre nous a indiqué que les commerces ont fermé. « Ils ont pris Daloa et ils circulent partout. Personne ne sort. Tous les commerces sont fermés. La ville est comme un cimetière », a rapporté à l`AFP Jean-Marie Gado, un hôtelier local. De la ville de Daloa, les FRCI ont mis le cap sur la localité d`Issia, qu`ils ont maîtrisée. « Actuellement, ils évoluent vers Gagnoa », nous a soufflé, apeuré, un habitant de la ville. « La ville de Duékoué est totalement sécurisée. Nos troupes font mouvement vers Agnibilékro. Daloa est définitivement neutralisée. Les combats se poursuivaient au niveau de Gohitafla pour la prise de Bouaflé. Nous progressons désormais vers le Sud », a confirmé le Commissaire Ouattara Seydou. « Les FDS indécis peuvent encore se rallier avant qu’il ne soit trop tard, car c’est le dernier virage qui vient d’être abordé et tant pis pour ceux qui n’ont pas encore compris que Laurent Gbagbo est fini », a-t-il ajouté. A l`Est, c`est le même décor. Après avoir pris Bondoukou, les FRCI y ont laissé des éléments avant de foncer sur Tanda, Agnibilékro, Abengourou et Akoupé qu`ils ont fait tomber dans leur escarcelle. Tout porte à croire que les FRCI progressent sans rencontrer de résistance. Selon leur état-major, cette offensive pourrait les mener jusqu`à San-Pedro au sud-ouest et à Abidjan, en passant par Anyama. L`objectif, selon une source au sein des FRCI, c`est de renforcer les insurgés qui contrôlent les communes d`Anyama et Abobo depuis plus de deux mois et de foncer sur les sites stratégiques d`Abidjan.

Y.DOUMBIA



Achetez l'integralite de L'Inter  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS