Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Massacres de Blolequin : les amis socialistes français de Gbagbo tentent de salir les Forces républicaines
Publié le dimanche 3 avril 2011   |  Ivoire-Presse


Horreur
© Ivoire-Presse par Lass Communication
Horreur à Bloléquin: les miliciens libériens massacrent les populations civiles
Mars 2011. Dans leur repli face à l`arrivée des Forces républicaines, les miliciens libériens massacrent les populations civiles. Photo: Les populations avaient trouvé refuge à la Préfecture de Blolequin avant le massacre


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Les soutiens occidentaux de l’ancien président Laurent Gbagbo volent une dernière fois à son secours. Depuis hier, samedi 2 avril 2011, ils essaient de manipuler les rapports des organisations humanitaires dans le but de faire croire que les Forces républicaines ont perpétrés des massacres sur les populations civiles à l’Ouest. Dans le dernier rapport de la Croix-Rouge, il apparait en effet, que les libérateurs de l’ouest auraient fait des centaines de morts parmi les populations. En réalité, les exactions ont été commises par les miliciens libériens du seigneur de guerre local Oulaï Delafosse, plus précisément par les chiens de guerre du dénommé Tako. Les miliciens sachant que les Forces républicaines étaient en route pour libérer la frontière libérienne, ont pillé, saccagé et commis de nombreuses exactions à Bloléquin dans leur « repli tactique ». Les guerriers du commandant Losseny Fofana en sont venus à bout, ce qui leur a permis de prendre Zouan-Hounien, Bin-Houyé, Blolequin, Doké, Guiglo et Duékoué, et de pacifier toute la région allant de Man à Tabou, le long de la frontière avec le Libéria.

Le serpent n’est pas encore mort. Laurent Gbagbo et ses amis français qu’il payait grassement avec l’argent du contribuable ivoirien sont encore actifs pour désinformer et intoxiquer l’opinion publique nationale et internationale. Après avoir fait croire qu’il avait « libéré » la RTI, il se sert d’une unité mobile pour mobiliser ses partisans et rassembler les jeunes délinquants qui doivent lui servir de bouclier humain. Ici, Gbagbo appliquera le plan qu’il avait prévu pour le Golf. Lorsque les FRCI donneront l’assaut, ils tireront en l’air pour effrayer les jeunes, ces derniers se mettront à courir vers le palais, et alors les mercenaires les cribleront de balles. Au finish, Gbagbo sera capturé dans une marre de sang. Juste pour salir le Président Ouattara. C’est dans cette même optique que les socialistes français utilisent leurs relations au sein de la Croix-Rouge pour attribuer les crimes des miliciens de Gbagbo aux vaillants soldats du chef de l’Etat. La diversion ne passera pas.

Dozo Woulé

LIENS PROMOTIONNELS