Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

"IB", putschiste en chef d`une Côte d`Ivoire troublée (Portrait)
Publié le jeudi 28 avril 2011   |  AFP


Rapports
© Abidjan.net par Emma
Rapports avec les FRCI, démenti des rumeurs... : le Général Ibrahima Coulibaly "IB" déclare être à la disposition du chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara
Mardi 19 avril 2011. Abidjan, Abobo-gare. Le chef du "Commando invisible", le général IB reçoit la presse dans son QG de PK 18, pour rétablir la vérité sur ses rapports avec le chef de l`Etat, SEM Alassane Ouattara et préciser sa contribution dans la chute de Gbagbo, ses rapports avec les FRCI et démentir les rumeurs qui circulent sur son compte


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

ABIDJAN - Ibrahim Coulibaly, dit "IB", aura été la bête noire de tous les régimes en place en Côte d'Ivoire durant une décennie de troubles, avant de périr mercredi sous le feu des forces du président Alassane Ouattara et de Guillaume Soro, son éternel rival de la rébellion de 2002.

Sergent-chef qui se rêvait président, le "général IB", comme il se faisait appeler ces derniers temps, a été derrière les soubresauts majeurs qu'a connus le pays depuis 1999, mais sans jamais jouer longtemps les premiers rôles. Le gouvernement a annoncé sa mort après une offensive sur son fief du nord d'Abidjan.

Né le 24 février 1964 à Bouaké (centre), deuxième ville de Côte d'Ivoire, Ibrahim Coulibaly entre dans l'armée en 1985.

Avec sa carrure de basketteur américain, il découvre le monde politique en devenant garde du corps de plusieurs personnalités, dont l'ancien Premier ministre Alassane Ouattara.

Sa carrière de putschiste démarre le 24 décembre 1999, avec le renversement du président Henri Konan Bédié. Il fait partie des meneurs du premier coup d'Etat de l'histoire du pays.

Mais le général Robert Guéi lui-même, chef de la junte, se méfie de lui et le nomme attaché militaire près l'ambassade de Côte d'Ivoire au Canada.

Son exil commence après la tentative d'assassinat, en septembre 2000, du général Guéi qui perd le mois suivant la présidentielle face à Laurent Gbagbo.

"IB" reconnaît avoir également participé, en janvier 2001, à une tentative de coup d'Etat contre le président Gbagbo.

Après cet échec, l'ex-putschiste et ses compagnons prennent le chemin du Burkina Faso, où ils créent ce qui deviendra la rébellion des Forces nouvelles (FN).

Depuis Ouagadougou, il est de ceux qui planifient et dirigent la tentative de coup d'Etat du 19 septembre 2002: si la rébellion ne parvient pas à ses fins, elle prend le contrôle du nord de la Côte d'Ivoire.

En 2003 éclate une guerre de leadership avec Guillaume Soro, porte-parole des FN à qui il avait laissé le devant de la scène. Les combats meurtriers l'année suivante tournent à l'avantage du clan Soro, qui deviendra Premier ministre en 2007 à la faveur d'un accord de paix.

"IB" fuit en France où il est arrêté en septembre 2003 à Paris, accusé de fomenter un nouveau coup de force contre Laurent Gbagbo. Mais il recouvre la liberté après 21 jours de détention et disparaît. Son exil le mène cette fois au Bénin.

Même installé là-bas, il est vu derrière l'attentat visant M. Soro en juin 2007. Il est aussi impliqué dans une mystérieuse tentative de coup d'Etat fin décembre. Un piteux "Noël à Abidjan" qui se solde par l'arrestation de plusieurs personnes.

Pourtant, l'ex-militaire affirme en avoir fini avec les putschs et vouloir entrer en politique, envisageant même de participer à la présidentielle alors prévue en 2008.

Mais cette nouvelle carrière semble brisée par le mandat d'arrêt international délivré en janvier 2008 dans son pays. Déclaré persona non grata au Bénin, il rejoint, selon ses dires, le Ghana.

Il aura fallu la crise née de l'élection de novembre 2010 pour qu'il réapparaisse. Début 2011, il revendique la paternité du "commando invisible" d'Abobo, qui dans ce quartier nord d'Abidjan met en déroute les forces pro-Gbagbo, infligeant le premier coup sévère au régime.

Après l'arrestation de Laurent Gbagbo le 11 avril, il ne tarde pas à réclamer son dû: "donne à César ce qui est à César", disait-il le 19 avril à l'adresse des nouvelles autorités, lors d'un entretien à l'AFP.

Sommé de désarmer par Alassane Ouattara qu'il tenait pourtant pour un "père", il a cessé mercredi soir, dans la cour d'habitations où ses anciens compagnons l'ont encerclé puis tué, d'être l'éternel croquemitaine de la politique ivoirienne.

LIENS PROMOTIONNELS


Voir les commentaires