Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Enfin proclamé vainqueur par Yao-N’Dré ADO prête serment, aujourd’hui
Publié le vendredi 6 mai 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Trop de viande ne gâte certainement pas la sauce. Après sa prestation de serment, par écrit, Alassane Ouattara s’engagera, à nouveau, à servir les Ivoiriens selon la Constitution, aujourd’hui. Mais cette fois-ci au cours d’une cérémonie officielle et… probablement en présence du président du Conseil constitutionnel (C.c.), Paul Yao-N’Dré. L’information a été portée à la connaissance des journalistes, hier, au terme d’une audience du président de la République avec une délégation du C.c. Le juriste a soutenu, après l’entrée à huis clos qu’il y aura effectivement une cérémonie d’investiture après celle d’aujourd’hui. Il a confié que le rôle reviendra au grand chancelier de clore la cérémonie : « nous serons des invités comme tous ». Et, de justifier la nouvelle décision dans laquelle il donne Alassane Ouattara vainqueur de la présidentielle. « La décision du conseil a été prise en se fondant sur la décision de l’Union africaine qui avait été acceptée par les deux parties puisqu’il avait été indiqué qu’elle sera contraignante. Vous savez que du point de vue juridique, au niveau interne, les décisions prises au plan international l’emportent sur celles prises au plan interne », a-t-il reconnu. Yao-N’Dré a argué qu’il a exprimé « au président de la République, Alassane Ouattara, quelques soucis. C’est-à-dire la confiance qu’il faut créer (…) nous avons foi que cet objectif peut être atteint ». « Les fils et les filles de ce pays doivent se retrouver pour que la paix revienne définitivement, pour qu’il y ait la cohésion sociale », a-t-il soutenu. « Ceux qui ont eu le courage de revenir, il faut faire en sorte qu’ils soient rassurés, que tout le monde soit rassuré parce que la Côte d’Ivoire demeure mais les citoyens passent », a renchéri le juriste.

Bamba K. Inza

LIENS PROMOTIONNELS