Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Tout sur l`investiture du président Ouattara - Hotêls, routes, aéroport, sécurité, les derniers réglages
Publié le vendredi 13 mai 2011   |  L'Inter


Yamoussoukro
© Autre presse par investiture2011.info
Yamoussoukro se prepare pour l`investiture du President Alassane Ouattara


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Yamoussoukro, la capitale politique et administrative de la Côte d’Ivoire accueille dans une semaine, la cérémonie d’investiture du Dr Alassane Dramane Ouattara, le nouveau président de la République de Côte d’Ivoire. A cet effet, le comité d`organisation met les bouchées doubles pour réussir cette fête.
Parallèlement au comité national d’organisation créé par décret présidentiel, un comité local a été mis sur pied afin de s’assurer que rien n’entachera la réussite souhaitée de cette cérémonie. Les 17 commissions installées multiplient les réunions et conjuguent leurs efforts depuis le 28 avril dernier, sous la présidence du préfet de région, André Ekponon et la coordination de Mme Jeanne Peumhond, membre du comité national d’organisation. A ce jour, Yamoussoukro, assure la quasi-totalité des présidents de ces différentes commissions de travail, pourra être prête avant le 21 mai prochain, date de l’investiture. Un constat que nous avons pu faire à travers une visite sur les sites d`accueil.
Hôtels et salles de réunion réhabilités
L’hôtel Président, l’hôtel des parlementaires, la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix et les résidences des hôtes, principales infrastructures qui abriteront les différentes étapes de cette grande cérémonie, sont prêtes. Ces différents édifices n`ont subi aucun dégât lors des manifestations postélectorales. Les travaux de réhabilitation en cours en ce moment ne sont pas aussi importants pour s`étendre sur une semaine. « Il s’agit pour la quasi-totalité de ces bâtisses, de travaux techniques et de nettoyages comme : la propreté des lieux, l’électricité, la décoration, la peinture si nécessaire et s’assurer surtout que les ascenseurs ne nous lâcheront pas. Il n’y a donc pas de raison que nous ne soyons pas prêts dans le temps », nous a confié un technicien sur le chantier de la Fondation. Ces édifices qui depuis environ 6 mois avaient été désertés, ont commencé à retrouver leur ambiance des grands jours. Les nombreuses missions préparatoires de l’investiture, notamment celle de la délégation française venue s’assurer le 9 mai dernier de la qualité des commodités avant l`arrivée du président Nicolas Sarkozy, et les incessants ballets de délégations ministérielles font revivre déjà ces grands symboles de la ville de Yamoussoukro. Parallèlement, les bars, maquis et lieux de joie ont retrouvé leur ambiance d’il y a 6 mois et entendent jouer pleinement leur partition dans la réussite de la fête. A l’instar de ‘’Bolikro’’, le village des cabris situé en plein cœur de la ville, véritable lieu attraction des jeunes et des cadres de la ville. « Nous avons pour la cérémonie commandé 30 cabris et plus de 150 poulets. Sans compter les petits animaux comme l’agouti et le rat », a fait savoir Wolf, le tenancier de Bolikro.
La ville fait peau neuve
Côté propreté de la ville, les choses vont très vite. Depuis le 9 mai dernier, 510 jeunes sont mis à contribution, moyennant 2000 F.CFA pour la journée de travail, pour débarrasser la ville des différentes broussailles. Les dépôts d’ordures et le nettoyage des rues sont l’affaire d’une entreprise privée qui a d’ailleurs renforcé son parc auto à cet effet. « La vaste opération de désherbage et de nettoyage de la cité se situe dans le cadre des préparatifs de l`investiture du président Alassane Ouattara. Cela consistera donc à tondre les pelouses que la mairie a mises en place, à couper certaines haies d`arbres qui longent les grandes avenues. Il s`agira aussi pour nous de rendre beaucoup plus propre la voie de l`aéroport jusqu`à la ville. Les techniciens ont promis de faire un nettoyage jusqu`à 15 mètres de profondeur. Nous avons 300 hectares de forêt à nettoyer (…) Quant aux dépôts sauvages, les entreprises commises à cette tâche sont à pied d`œuvre pour les débarrasser. Et jusqu`au 18 mai, Yamoussoukro fera peau neuve… » A indiqué M. Kouakou Gnrangbé Jean, maire de la ville et président de la commission locale de salubrité. Il a demandé à la population d’accompagner le mouvement en changeant de comportement afin de maintenir propre toute la cité. Depuis hier jeudi 12 mai 2011, les abords de l’artère principale de la ville reçoivent des couches de peinture qui leur donnent un aspect de beau et de neuf.
La question sécuritaire
L’une des préoccupations en ce moment demeure le volet sécuritaire. Si la maitrise de la ville à ce niveau par les hommes de Cheick Tidiane, commandant du groupement des FRCI, rassure déjà les populations locales, ce n’est pas le cas pour les organisateurs. Ces derniers ont à cet effet dépêché deux missions auprès des policiers et gendarmes afin de les inviter à reprendre effectivement le travail et à tout mettre en œuvre pour garantir la sécurité de la cérémonie dans tous ses compartiments. La première mission conduite par le général Kouakou Nicolas au nom du Premier ministre le 9 mai dernier, a signifié aux gendarmes qu’ils ne seront pas pardonnés, s’ils faillissent à la tâche. La seconde mission, elle, conduite le lendemain par le ministre de l’Intérieur en personne, a rassuré les policiers que tout sera mis à leur disposition afin qu’ils jouent leur partition comme il se doit, le 21 mai prochain. Les deux commissariats de police de la ville incendiés lors des évènements postélectoraux sont même en reconstruction. Et le ministre a promis une dotation très rapide des éléments de Yamoussoukro en armement et en tenue. Mais la présence très remarquée des forces françaises dans la ville ces derniers jours, fait dire à certains que la sécurisation de la cérémonie reposera essentiellement sur elles, ainsi que sur les casques bleus de l’Onuci.
100 mille personnes, 50000 chaises et 10 écrans géants
Pour la mobilisation, les organisateurs disent attendre 100.000 personnes. Une moitié devant venir de la grande région des lacs, et l`autre moitié, des autres régions du pays. Même s’il n’y a aucun doute que ce taux sera atteint déjà avec les populations qui viendront des autres localités du pays et même de l’étranger, les cadres au niveau local sont à pied d’œuvre pour faire le plein. Le Dr Nouffou Coulibaly, cadre du RDR, parcourt à cet effet depuis une dizaine de jours, les différentes communautés vivant à Yamoussoukro pour leur implication effective dans la réussite de la cérémonie. Un grand meeting de mobilisation est d’ailleurs prévu le 14 mai prochain au quartier Dioulabougou de la ville. Pour permettre à tous ceux qui effectueront le déplacement de Yamoussoukro, de suivre la cérémonie, et étant donné que la grande salle de la Fondation n’a qu’une capacité de 2000 places, 50000 chaises seront disposées sur l’esplanade. « Nous entendons mobiliser 500 bâches et 50.000 chaises sur l’esplanade de la Fondation. 3.000 personnes devront s’arrêter pour participer à la fête puisqu’il s’agira d’une fête. Pour des questions de sécurité, il n’y aura pas de chaises dans le hall. Et pour permettre à ceux qui ne seront pas dans la salle de suivre ce qui s’y passera, 10 écrans géants seront installés dans la cour et sur l’esplanade. Les installations commenceront le 19 mai, de sorte que jusqu’à 19 heures le 20 mai, tout soit prêt à accueillir les populations », a indiqué M. N’Guessan Ben Ahui, coordonnateur départemental de la J.PDCI et président local de la commission logistique. Pour la santé de ce monde qui va déferler sur la capitale, des dispositions sont également prises. Selon le Dr TRA Gaston-Frédéric, directeur régional de la santé et président de cette commission, tout le personnel médial de la région a à cet effet été mobilisé. « Toute les structures sanitaires publiques seront disposées et même des structures privées ont également été mobilisées » a-t-il fait savoir, précisant que dès le 14 mai, des dispositifs seront déjà en place pour faire face à toute éventualité. « Au niveau des points de ramassage et des sites devant abriter les différentes organisations de la cérémonie, ainsi que le long des axes qui seront empruntés par nos hôtes, seront établies des équipes médicales pour des interventions expresses », a-t-il ajouté. Pour l’équipement, outre les 17 ambulances de la région déjà disponibles, des dotations en médicaments, en réactifs pour d’éventuelles analyses et en film pour les radios, ont à cet effet été sollicitées et attendent d’être livrées. Quant au volet artistique de cette grande fête, une structure spécialisée venue d’Abidjan depuis une semaine, est à pied d’œuvre pour l’installation à la place Jean- Paul II d’un podium géant, ultra moderne, devant abriter des concerts. Selon un membre de la commission artistique, c`est aujourd’hui vendredi 13 mai qu’une rencontre entre la structure spécialisée, les artistes et le comité local déterminera ce qui sera au plan artistique le 21 mai.
Problèmes d`hébergement
L`une des difficultés qui attend les organisateurs, c’est celle de l’hébergement de tout ce monde attendu. Selon le président des hôteliers de la ville, seulement 1000 chambres, toutes catégories confondues, sont disponibles et sont toutes reservées. « Maintenant même, nous annulons toutes les réservations non payées. Il faut également payer pour au moins deux nuits », nous a confié un gérant d’hôtel, qui souligne que le comité d’organisation fait une grande pression sur eux, au nom de la présidence et des ministères, pour réquisitionner les chambres. Ce qui les amène à rembourser certaines réservations. En outre, les prix sont passés dans certains hôtels, du simple au double voire au triple. Certaines familles volontaires seraient d’ailleurs sollicitées, moyennant rétribution, pour l’hébergement de certains participants. La voierie risque d’être l’un des obstacles à la réussite totale de la fête. A l’exception des principales artères de la ville qui sont en bon état, les rues de quartiers que voudront certainement emprunter les noctambules laisseront un gout amer avec leurs nids de poule. Les feux tricolores sont en réfection et pourraient être tous en marche d’ici une semaine.
L`aéroport attend
L’autre grande préoccupation, à moins d’une semaine du jour ‘’J’’, demeure l’aéroport international où atterriront les avions de la vingtaine de chefs d’Etat annoncés. Rouvert le 18 avril dernier après 6 mois de fermeture, l’aéroport pose quelques soucis au niveau de la piste d’atterrissage. En visite récemment sur les lieux, le DG de la Sodexam s’en est aperçu et a convié les responsables des différents services de l’aéroport à une urgente réunion en début de semaine à Abidjan. Mais depuis leur retour, rien ne semble pour le moment changer. Une équipe technique de la Régie d’escale veille cependant à la bonne marche des différentes échelles-de-coupée utiles aux avions gros porteurs. « La fâcheuse situation avec le président Blaise Compaoré est encore dans l’esprit de tous », a ironisé un agent de cette Régie. Les populations, elles, ne semblent pas préoccupées par toute cette ambiance des préparatifs. Elles vaquent tranquillement à leurs occupations. « C’est une affaire des politiques » a expliqué une coiffeuse qui reconnaît tout de même que son activité marche un peu plus qu’il y a quelques semaines. « Les filles se rendent belles pour accueillir ce beau monde », explique-t-elle, concluant que le plus important pour elle est que le président Ouattara, après son investiture, vienne vite s’installer dans la ville pour lui donner son ambiance de capitale du pays.
Blaise BONSIE à Yamoussoukro

LIENS PROMOTIONNELS