Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Motus : SPLEEN
Publié le samedi 14 mai 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

De sa résidence surveillée de Korhogo, Laurent Gbagbo doit certainement méditer sur la vacuité de ses prétentions et sur la vanité des amitiés politiques. Tant qu’il se laissait user et abuser par les proclamations et professions de foi de sa cour de flagorneurs, de laudateurs et de profiteurs, il était convaincu et persuadé d’avoir un destin national, s’il ne se prenait pas carrément pour le messie de retour. Adossé à de vagues certitudes et fausses convenances, il pouvait donner libre cours à toutes ses lubies et folies et narguer royalement ses compatriotes. « Je suis à la barre » ou encore « le fauteuil présidentiel n’est pas un banc », aimait-il à répéter à ses adversaires politiques. Il a fallu qu’il chute de son bunker, pour se faire arrêter comme un malfrat, pour qu’il comprenne enfin qu’il était un locataire provisoire du pouvoir d’Etat. A peine a-t-il été déporté à Korhogo que ses fidèles lieutenants et missi dominici, s’ils n’ont pas pris leurs jambes à leur cou, ont fait allégeance aux nouvelles autorités. Dès que le tonnerre a grondé, tous ceux qui le poussaient à confisquer les rênes du pouvoir ont cherché et trouvé refuge ailleurs. Laissant le « Seplou » de Mama à ses rêves et illusions. Cela fait maintenant un mois que la page sombre du grand chef de la refondation a été tournée. Le FPI est désormais en errance comme une âme en peine. Les miliciens et mercenaires ont été mis hors d’état de nuire. Les plus chanceux ont réussi à prendre la poudre d’escampette. A Abidjan et dans les villes de l’intérieur, la ronde des jours continue.

La vie a repris son cours normal et les Ivoiriens et ceux qui vivent dans notre pays vaquent tranquillement à leurs occupations. Laurent Gbagbo est un homme seul voire un solitaire qui, après s’être volontairement emprisonné dans son bunker, est maintenant en « prison » sous haute surveillance. Il vit à présent un véritable « spleen baudelairien ». Bien à propos, il a demandé une bible pour espérer retrouver « la voie du salut » prônée par l’Evangile. Comme un certain Moussa Traoré transformé en marabout au terme de son séjour carcéral, pour avoir plongé le Mali dans les abysses de la violence. Les dictateurs et despotes sont partout les mêmes. Boribana pour Gbagbo Seplou !

Bakary Nimaga

LIENS PROMOTIONNELS