Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Les secrets de l`arrestation de Gbagbo / Le général Talla Niang (commandant du secteur d`Abidjan de l`Onuci) : “Ce que Gbagbo m`a dit après son arrestation” - “S`il n`avait pas été protégé, c`est son cadavre qui arriverait au Golf”
Publié le lundi 16 mai 2011   |  Le Nouveau Réveil


Côte
© Getty Images
Côte d`Ivoire: Gbagbo et son épouse, arrêtés, amenés au QG de Ouattara


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le Général sénégalais, Talla Niang, Commandant du secteur d`Abidjan et commandant de la Task force de l`ONUCI, était en première ligne des opérations combinées de l`ONUCI et de la force Licorne, ayant conduit à l`arrestation de Laurent Gbagbo. Voici ses témoignages exceptionnels sur les événements qui ont ruiné le pays de Houphouët-Boigny au lendemain de la présidentielle de novembre 2010.

De l`arrestation de Laurent Gbagbo et de ses proches

Le général a clairement expliqué que ce sont les FRCI qui sont entrées dans le bunker de Laurent Gbagbo pour l`en extraire. "Je peux vous assurer que ce sont les Forces de Ouattara qui ont capturé l`ancien président Laurent Gbagbo. En tout cas, aucun membre de l`ONUCI ou des forces françaises de Licorne n`est entré dans la résidence pour aller le chercher. Nous avons ensemble (ONUCI et Licorne) commencé à bombarder, la veille de l`arrestation de Gbagbo, les camps et les points où il y avait des armes lourdes, de 17 heures jusqu`à 23 heures et le lendemain de 8 heures jusqu`à 10 heures… Maintenant, il faut séparer ceci du combat des forces du Président Ouattara. Elles ont continué le combat au sol, à pied ou en véhicule jusqu`à la radio et la résidence pour capturer Gbagbo, son épouse et une partie de sa famille", dit-il. Celui qui a en charge les opérations de la force onusienne à Abidjan justifie l`intervention de l`ONUCI et de Licorne par une sorte de légitime défense et d`application d`un mandat qui les autorise à user de la force pour mettre fin aux menaces des armes lourdes de Laurent Gbagbo : "… Nous avons été bombardés à l`arme lourde au niveau du Golf Hôtel et en même temps le quartier général de l`ONUCI a été bombardé. Nous étions dans nos droits de légitime défense et dans l`ordre que le Conseil de Sécurité a donné pour détruire toutes les armes lourdes pour qu`elles ne puissent plus servir. Alors nous sommes entrés en action pour détruire ces armes lourdes. Et si on entre en action, les Forces françaises nous rejoignent automatiquement et immédiatement. C`est le mandat que lui a confié le Conseil de sécurité".

La vie des Gbagbo était menacée ?

Après la horde de patriotes qui avaient quelques jours avant investi la concession de la résidence, pour disent-ils "protéger le président", le dernier carré autour du couple présidentiel était, sans le savoir, un bouclier humain. Ce qui ne rendait pas faciles les choses surtout que la résidence se situait au milieu des maisons pour la plupart habitées par des ambassadeurs : "Toute la nuit (dimanche 10 avril), nous avons extrait beaucoup d`ambassadeurs. Personnellement, j`étais sur le terrain et j`ai passé devant la résidence de Gbagbo pour extraire l`ambassadeur de Corée, d`Inde, de Chine, d`Algérie, etc. Pour l`Ambassade du Japon, on a été obligés d`intervenir par air parce que les hommes de Gbagbo avaient déjà attaqué la résidence et tué beaucoup de monde. Avec les forces françaises, on a pu sauver l`ambassadeur qui allait mourir… Les colonnes des forces françaises que les gens ont vues, c`était pour sécuriser la vie des ambassadeurs qui sont dans cette zone". Que n`a-t-on pas reproché à l`ONUCI qui, selon certaines langues, n`a pas suffisamment protégé Gbagbo et les siens qui ont été malmenés par des partisans de Ouattara ? Sur ce point, le général Talla se veut catégorique en disant : "Si Gbagbo n`avait pas été protégé, c`est son cadavre qui serait arrivé au Golf Hôtel. Ce sont des militaires et des proches du RHDP qui habitent dans le Golf. Il a été bien protégé. Sur son visage, il n`y avait aucune blessure". Toutefois, le général ajoute qu`il est évident que le couple a été plus protégé. Mais avec la foule qui était présente, les réactions étaient spontanées et rapides. Ce qui a sans doute valu à Simone et à Michel Gbagbo d`avoir été quelque peu touchés. N`empêche, l`arrivée du couple Gbagbo au Golf hôtel était une surprise pour presque tous, ce que le général trouve normal du reste, vu que ce sont des civils qui ne sont pas au courant des opérations. Et, en dehors de cela, d`autres, qui connaissent les capacités de Gbagbo ont été surpris de sa capture.

De la mort de Désiré Tagro ?

La mort du Ministre Désiré Tagro, Secrétaire général de la présidence et très proche de Laurent Gbagbo, n`a pas fini d`alimenter les commentaires et supputations, mais aucune précision n`est jusque-là venue d`une source crédible ou d`un témoin oculaire. Qui a tiré sur Tagro ? Est-ce un soldat de l`ONUCI, de Licorne, des FRCI ou des derniers soldats de Gbagbo ? Voici ce qu`en dit le général Talla qui était sur le terrain : "Je répète que l`ONUCI n`est pas entrée dans la résidence de Gbagbo, les forces françaises de licorne non plus. Je ne comprends pas pourquoi on parle d`une balle de l`ONUCI pour ce meurtre".

De la volonté de Gbagbo de confisquer le pouvoir

Il est admis partout que si l`ex-président Laurent Gbagbo n`avait pas voulu confisquer le pouvoir, on n`en serait pas là. Pour le général Talla, l`ONU était dans tous ses droits de certification et d`intervention pour neutraliser toutes les armes lourdes qui martyrisaient les populations, car, à l`entendre, Gbagbo avait préparé la confiscation du pouvoir, malgré les résultats et la certification par l`ONU qu`il a demandée : "Je ne veux pas parler de politique. Mais ce que je peux vous dire en tant que représentant de l`ONUCI au sein du CCI, sans aucun doute, c`est que 90% des incidents que nous avions notés pendant les élections se trouvaient dans les régions Centre et Ouest, c`est-à-dire les bastions de M. Laurent Gbagbo. Donc, il est étonnant qu`on parle de bourrage d`urnes. On y a accepté les résultats du premier tour et au second tour, on les a rejetés… Il y a eu 9 départements qui ont été annulés par le Conseil Constitutionnel. Ils (les partisans de Laurent Gbagbo) ont commencé par 3 départements, puis 4. Jusqu`à avoir les chiffres pour renverser les résultats. Je suis formel… Il est évident que M. Gbagbo s`était préparé à ne pas accepter les résultats. C`est pourquoi, son slogan de campagne était "on gagne ou on gagne". C`est-à-dire on ne perd jamais….", a expliqué en outre le général de l`ONUCI qui était aussi au CCI. Pour avoir été conseiller militaire à l`Ambassade du Sénégal en Côte d`Ivoire, le général Talla est bien connu de Laurent Gbagbo : "Quand j`ai salué le 11 avril avec mon uniforme, il m`a dit : "général, je te connais très bien" ", a confié le commandant de la task force de l`ONUCI

Eddy PEHE
Source : Weekend Magazine

LIENS PROMOTIONNELS