Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Visite d’amitié et de travail d’ADO au Burkina Faso, Le chef de l’Etat aux Ivoiriens du Burkina Faso : “Dans quelques années, nous serons tous fiers de notre pays”
Publié le mardi 17 mai 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Je suis bien entendu, très heureux d'être avec vous ce jour. Et comme vous l'avez dit, nous avons décrété trois jours de deuil national au pays, de jeudi au samedi dernier, en raison des événements douloureux que notre pays a connus. Je sais que les souffrances vont au-delà des frontières de notre pays. Qu'ici vous avez souffert comme chaque Ivoirien a souffert dans sa chair, en Côte d'Ivoire, à l'occasion des événements de la crise postélectorale. Donc, à chacune et à chacun de vous, je dis yako. Je sais aussi par les nombreuses visites que j'ai effectuées dans le cadre du CPC, ici, au cours de la mise en œuvre des accords de Ouagadougou, que tous les Ivoiriens que j'ai rencontrés ici se sentent véritablement chez eux. Et là, je m'en félicite et je remercie le président Blaise Compaoré pour cette marque d'attention et pour tout ce qui a été fait pour que vous ayez la tranquillité dans vos foyers et que chacun de vous soit rassuré ici à Ouaga et à Bobodioulasso. Malheureusement, chez nous, nous avons eu quelques incompréhensions et quelques difficultés au cours des dernières années, dans les relations entre Ivoiriens d'abord, ensuite entre Ivoiriens et d'autres ressortissants de pays de l'Afrique de l'ouest. Mais je peux vous donner l'assurance que ces incompréhensions sont totalement dépassées. Je m'emploierai à ce que notre pays redevienne une terre d'hospitalité, une terre de fraternité. C'est d'ailleurs ce que dit notre hymne national et nous devons désormais mettre en œuvre tout ce que les pères fondateurs ont voulu pour notre beau pays. Je voudrais aussi vous dire qu'un grand chapitre de mon mandat concerne la réconciliation. La réconciliation entre frères et sœurs ivoiriens, la réconciliation, pas seulement à Abidjan, mais à l'intérieur du pays. Et cette réconciliation doit également aller au-delà de nos frontières. Les clivages qui ont été crées ça et là, que ce soit au niveau diplomatique, des étudiants, soient totalement effacés et que vous réappreniez à vivre ensemble, en frère et en sœur, dans l'amour, dans la fraternité. Je souhaite cela. J'ambitionne également que nous puissions avoir des représentations diplomatiques de qualité et qu'il n'y ait pas de chasse aux sorcières. Tous les Ivoiriens sont égaux à mes yeux. Ils doivent avoir les mêmes opportunités, pas seulement devant la loi, mais chaque haut responsable devra veiller à ce que les Ivoiriens réapprennent à vivre ensemble, que les querelles du passé soient pardonnées, et que nous puissions tous ensemble reconstruire notre beau pays. Et pour cela, vous savez, j'ai un programme ambitieux pour nos populations. Et ce programme s'applique également aux Ivoiriens qui résident à l'extérieur du territoire national. Donc, je voudrais vous rassurer que nous mettrons tout en œuvre pour satisfaire les doléances qui ont été mentionnées tout à l'heure dans le discours. Oui, c'est vrai que nous avons trouvé des ardoises un peu partout, je me suis employé à trouver les ressources nécessaires pour mettre fin aux souffrances quotidiennes des Ivoiriens qui ont passé deux mois et demi sans salaire, c'était insupportable. Nous l'avons promis et nous l'avons fait. Donc je prends note également des doléances que vous venez de faire et je vous donne l'assurance que nous ferons en sorte que ces questions soient résolues dans les meilleurs délais. Et l'Ambassadeur aura les moyens nécessaires pour faire cela rapidement. Vous savez, nous avons l'investiture du président de la République le 21 mai à Yamoussoukro, qui n'est pas loin de Ouagadougou et de Bobodioulasso, vous êtes tous les bienvenus et j'espère que vous y serez nombreux. Cette visite d'amitié est la traduction des sentiments fraternels, des liens séculaires entre le Burkina Faso et la Côte d'Ivoire. J'ai tenu au cours de ces derniers jours à effectuer ces deux déplacements au Burkina Faso et au Sénégal en raison des liens particuliers que la Côte d'Ivoire et notamment le président Houphouët-Boigny entretenait avec ces deux pays. Mais au-delà des liens très particuliers entres ces deux pays et notre chère Côte d'Ivoire, je souhaite véritablement avoir une vision régionale. Et je sais qu'avec l'axe Ouagadougou-Abidjan comme l'axe Dakar-Abidjan, nous ferons de grandes choses pour l'Afrique de l'ouest dans sa totalité. Frères et sœurs, je tenais à vous rencontrer et à vous dire que je me consacrerai totalement à la construction de la Côte d'Ivoire nouvelle. Je mettrai toute mon énergie à faire en sorte que dans quelques années, nous soyons tous très fiers de notre pays. Je voudrais féliciter Monsieur l'Ambassadeur et remercier les autorités burkinabés pour les diligences qui ont été faites, pour qu'il puisse m'accueillir aujourd'hui, en tant qu'Ambassadeur confirmé. Je sais qu'il s'occupera bien de vous. M. l'Ambassadeur, je compte sur votre disponibilité, nous avons une forte communauté ici. C'est 7 mille personnes, c'est beaucoup de monde. Je vous connais, vous les recevrez chacun comme étant un membre de votre famille
YMA

LIENS PROMOTIONNELS