Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Investiture du président de la République à Yamoussoukro: Les inquiétudes du FPI
Publié le mercredi 18 mai 2011   |  L'Inter


Réunion
© Getty Images
Réunion de la dernière chance de l`UA sur la crise ivoirienne
Le President Alassane Ouattara consultant son Apple iPad et le président du Front Populaire Ivoirien (FPI) Pascal Affi N`Guessan (en arrière plan en lunette)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le Front populaire ivoirien (Fpi), l`ancien parti au pouvoir, entend bien participer à l`investiture du nouveau président ivoirien, Alassane Ouattara, prévu le samedi 21 mai prochain à Yamoussoukro. Mais cette formation politique dirigée par Pascal Affi N`Guessan, actuellement en prison à Bouna dans des conditions difficiles, a des inquiétudes quant à sa participation à cet événement dans la capitale politique ivoirienne. Le Fpi l`a clairement exprimé hier mardi 17 mai 2011, au cours d`une réunion tenue à l`hôtel Ivoire entre les représentants des 14 candidats à l`élection présidentielle d`octobre 2010 et des partis politiques, d`une part, et Adama Bictogo, vice-président du comité d`organisation en charge de la commission des relations avec les partis politiques, d`autre part. C`est Massany Bamba, député Fpi de Port-Bouët, qui a porté la voix de son parti. Elle a indiqué la volonté du parti des refondateurs de prendre part à l`investiture du 21 mai, soulignant toutefois la question de la sécurité des membres de la délégation du Front populaire ivoirien qui doit se rendre à Yamoussoukro. L`émissaire du Fpi a insisté sur la détermination de l`ancien parti au pouvoir de tourner la page et de prendre une part active à la réconciliation nationale et la reconstruction du pays. La député Fpi de Port-Bouët s`est appuyée sur les démarches actuelles menées par le président de l`Assemblée nationale, et troisième vice-président du Fpi, pour redonner au parti de Laurent Gbagbo, toute sa place dans le processus de reconciliation. Cela à condition que la question de la sécurité des biens et des personnes soit garantie par les nouvelles autorités ivoiriennes. Cette question préoccupe en effet au plus haut niveau la direction du parti des réfondateurs. En témoigne la rencontre que le professeur Mamadou Koulibaly a eue hier avec Abou Moussa, représentant spécial adjoint du secrétaire général de l`Onu. « Je suis passé ce matin rendre une visite de courtoisie au représentant adjoint du secrétaire général de l`Onu, Abou Moussa, pour lui expliquer l`inquiétude de nombreuses populations ivoiriennes quant à la sécurité de leurs biens et de leur personne. Parce qu`il nous faut rapidement revenir à la normalité pour que l`activité reprenne, et que les opérateurs économiques reviennent, que les nombreux ivoiriens qui sont à l`extérieur du pays reviennent et retrouvent une vie normale. Nous travaillons là dessus, c`est une grosse préoccupation », a-t-il dit sur les ondes de la radio Onuci fm, à sa sortie d`audience. Celui qui dirige actuellement le Fpi dit avoir eu une oreille attentive à la question de la sécurité, car son interlocuteur lui « a donné l`assurance que les Nations unies travaillent sur le sujet. C`est aussi une grande préoccupation pour l`Onuci, et c`est d`ailleurs pour cela que le secrétaire général arrive bientôt, et Abou Moussa a promis lui transmettre ces préoccupations. Et il espère que très rapidement, les Nations unies accompagneront ce retour à la normalité et de biens d`autres aspects sociaux concernant la Côte d`Ivoire ». Le professeur Koulibaly n`est pas à sa première plainte en ce qui concerne la sécurité des biens et des personnes, singulièrement celle des cadres et militants du Fpi et de La Majorité Présidentielle (Lmp). Reçu en audience le mercredi 04 mai par le nouveau président de la République, Mamadou Koulibaly lui avait posé le problème de la sécurité. Cette fois, c`est auprès de l`Organisation des nations unies que ce haut dirigeant du Fpi est allé discuter des questions sécuritaires. Cela à trois jours de l`investiture du nouveau président, où la présence des membres de l`ancien régime sera perçue comme un signe de l`amorce d`une réconciliation vraie entre les Ivoiriens.

Les assurances d`Adama Bictogo

Pour le vice-président du comité d’organisation de l’investiture du président de la République, chargé des relations avec les partis politiques, il n`y a pas d`inquiétude à se faire. En recevant hier les représentants des candidats à l`élection présidentielle et les partis politiques, notamment le Fpi, Adama Bictogo a donné l`assurance que toutes les dispositions ont été prises pour garantir la sécurité de ceux qui effectueront le déplacement de Yamoussoukro. « Soyez rassurés, toutes les dispositions sont prises pour que la sécurité des Ivoiriens et des invités qui arrivent en très grand nombre soit assurée », a-t-il dit. Au cours des échanges, M. Bictogo a fait savoir que sa démarche répondait à la volonté du président de la République Alassane Ouattara de réunir tous les enfants de la Côte d’Ivoire. « Cette investiture est placée sous le thème de la Côte d’Ivoire rassemblée. C’est important. Le chef de l’Etat veut que cette cérémonie soit la victoire de la Côte d’Ivoire qui s’ouvre sur une nouvelle ère », a-t-il souligné. Il a insisté sur le fait que le président de la République attend de tous les Ivoiriens qu’ils soient des acteurs de la réconciliation et de la reconstruction du pays, et non des spectateurs. Les représentants des candidats et des partis politiques ont tous exprimé leur détermination à s`engager dans cette logique, notant au passage qu`ils seront présents à Yamoussoukro. Adama Bictogo a également parlé avec les coordonateurs RHDP. Il leur a donné des consignes et expliqué les mesures pratiques qui ont été définies pour faciliter la participation de tous à la fête du 21 mai.

Hamadou ZIAO

LIENS PROMOTIONNELS