Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Investiture du président Ouattara : Marée humaine à Yamoussoukro
Publié le samedi 21 mai 2011   |  L'Inter




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


• Des chambres de passe transformées en chambres de luxe
• Des milliers de personnes contraintes à dormir à la belle étoile

Ce samedi 21 mai est un grand jour pour la Côte d'Ivoire, mais aussi et surtout pour sa capitale politique, Yamoussoukro, ville natale du premier président ivoirien, feu Félix Houphouët-Boigny.

De mémoire d'Ivoiriens, jamais la ville n'a enregistré un tel déferlement humain depuis l'inauguration de la Basilique notre Dame de la paix de Yamoussoukro en 1990 par le Pape Jean-Paul II. C'est que le président Alassane Ouattara y sera investi aujourd'hui, en présence de plus d'un millier d'invités de marque et de plusieurs chef d'État africains et européens dont le président français Nicolas Sarkozy. Un événement qui a provoqué un exode massif d'hommes et de femmes vers Yamoussoukro, devenue pour la circonstance, exigüe. En effet, la ville, qui '' se cherchait '' ces dernières années, baigne dans une ambiance particulière. Partout, on ne voit que du monde. Ce qui a favorisé la prolifération de plusieurs maquis dans chaque coin de rue, crachant des décibels de sonorité zouglou, au grand bonheur des noctambules. A Yamoussoukro, pour la première fois, on assiste à des embouteillages sur les artères surdimentionnées où ne circulaient que de petites voitures et les cars qui traversaient la ville. A Yamoussoukro, pour la première fois également, on assiste à une présence excessive de motos venues de Bouaké pour faire la fête. Ce qui n'est pas fait pour améliorer la sécurité routière. Enfin à Yamoussoukro, les habitants sont tous enthousiastes à l'idée d'accueillir les plus grandes personnalités du monde. Pour cette cérémonie d'investiture, rien n'a été négligé. Tant sur le plan matériel que sécuritaire. La ville est régulièrement survolée par les hélicoptères de la Force française Licorne et de l'Opération des nations unies en Côte d'Ivoire (ONUCI). Histoire de rassurer les populations. Sur le plan matériel, tout a été ou presque refait. Les voiries ont été rénovées et l'éclairage public est totalement fonctionnel. Les tenanciers de maquis ont renouvelé le stock de leurs marchandises. Ils ont même mis de nouvelles couches de peinture sur les façades de leurs établissements et renouvelé les chaises. « Si tu perds une aiguille, tu la retrouveras facilement. Hé, retourne toi qu'on te voie, comme c'est beau! », s'est écrié en Baoulé, une dame sur l'autoroute traversant la ville. En fait, elle s'extasiait devant le ballet de motards superbement habillés qui vont chercher des personnalités à l'aéroport. Dans le ciel de Yamoussoukro tout comme sur terre, c'est le mouvement des avions et des bolides. Nous avons aperçu le chef de l'Etat et son Premier ministre se diriger vers l'aéroport pour, sans doute, accueillir des invités. La ville bouge au rythme des sirènes et de la musique. Pour tenir en haleine les visiteurs, plusieurs opérateurs de téléphonie mobile ont dressé des stands où se joue la musique du moment. Les organisateurs ne sont pas aussi en reste. Ils ont dressé des podiums pour empêcher les visiteurs de dormir. Et ils n'ont pas tort, au regard du manque de couchettes dans la ville. En effet, compte tenu du déferlement humain, il n'y a plus d'hôtel libre à Yamoussoukro pouvant accueillir du monde. Tout est occupé par les invités de marque. Ceux qui ont réservé des chambres à l'avance ont été, pour la plupart, remboursés. Et pour cause, le propriétaire de l'hôtel, ayant eu de bien meilleures propositions, a jugé bon de retourner aux premiers clients leur argent. Les journalistes ont fait cette amère expérience et ont donc été contraints de se chercher d'autres couchettes. Les plus chanceux ont pu dénicher des villas mises à leur disposition par des locataires qui ont trouvé là l'occasion de se faire du sou. L'un des locataires, qui a mis son domicile à notre disposition, nous a raconté qu'il préfère dormir dehors et se faire du sou pendant ces deux jours que de rester les poches vides à la maison.

Voyant l'opportunité de se faire de l'argent, les propriétaires des chambres de passe ont, eux aussi, doublé le prix de leurs biens. Une chambre de passe est ainsi devenue une chambre de luxe. Il n'y en a d'ailleurs plus de disponibles. Le revers de ce déferlement humain, c'est la flambée des prix des produits de grande consommation. A Yamoussoukro, la nourriture est devenue chère. Les populations, malgré tout, semblent ne pas le sentir, elles qui rêvent déjà d'assister ce matin à la remise, par le Conseil constitutionnel, des symboles de l'État à Alassane Ouattara, qui devient le cinquième président de la République de Côte d'Ivoire, après une crise post-électorale particulièrement difficile pour les Ivoiriens.

Félix D BONY (Envoyé spécial)

LIENS PROMOTIONNELS