Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Côte d’Ivoire/Pourquoi les forces françaises doivent rester
Publié le mardi 24 mai 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Partira, partira pas ? Les forces françaises en Côte d’Ivoire ne vont pas partir comme cela avait été souhaité par l’ex-chef d’Etat, Laurent Gbagbo. Ainsi en ont décidé l’actuel président ivoirien, Alassane Ouattara et son homologue français, Nicolas Sarkozy, coupant court aux nombreuses supputations. En effet, les Forces françaises qui résident au 43ème Bima, même si l’effectif sera réduit vont encore demeurer en Côte d’Ivoire. Ce pays, poumon de l’économie de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) et deuxième puissance de la Cedeao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest) a besoin d’être davantage sécurisé. Surtout quand on se réfère à sa coopération très étroite avec le Burkina, le Mali où il y a des velléités de terrorisme. La Côte d’Ivoire ne peut pas faire face à ces agressions et une base militaire comme celle de la France est un adjuvant pour le pays. Pays phare de la Sous-région, cette partie de l’Afrique ne saurait s’accommoder d’acte de terrorisme qui rejaillirait inéluctablement sur l’Afrique de l’ouest. La Côte d’Ivoire n’a nullement les moyens de lutter contre le terrorisme qui s’étend au-delà des frontières du Burkina et du Mali. Comme l’a indiqué le président ivoirien aux confrères de Rfi et France 24, l’influence collective avec les pays sus-cités va jusqu’aux frontières de l’Algérie et d’autres pays où le terrorisme est une menace. « C’est un instrument important contre le terrorisme. Il faut que cette base soit renforcée. Il faut que toute cette sous-région soit en paix et soit protégée parce que nous n’avons pas les moyens de renseignement ou de suivi pour régler ces problèmes terroristes », a expliqué Alassane Ouattara. En ce qui concerne les ressortissants français, la présence de la Force Licorne est également rassurante pour eux. Au nombre de 15 000, les Français ne peuvent s’imaginer le départ de la Force Licorne. Aujourd’hui, ce sont près de 600 entreprises françaises qui sont sur le territoire ivoirien, allant des grandes aux petites. Les opérateurs économiques français ont besoin de garantie sécuritaire pour mener en toute quiétude, leurs activités. « Mes chers compatriotes, nous garderons toujours des forces militaires ici, pour assurer la protection de nos ressortissants dans ce camp », a indiqué samedi dernier, le président français Nicolas Sarkozy. Cette présence du 43ème Bima a donc des aspects sécuritaires au niveau de la lutte contre le terrorisme mais aussi pour la protection des Français.

Jean Eric ADINGRA

LIENS PROMOTIONNELS