Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Gagnoa Poulets, moutons…pour célébrer la consécration
Publié le mardi 24 mai 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Pendant que le président Alassane Ouattara se faisait investir dans à la Fondation Félix Houphouet-Boigny de Yamoussoukro, ses militants et ses sympathisants restés sur place sous le Fromager ont marqué l’événement de façon particulière. Ce sont plusieurs moutons que les partisans du président ont abattus pour célébrer cette investiture. Déjà, tôt le matin, le marché était envahi par les hommes et les femmes venus faire des emplettes pour la circonstance. Dès 10 heures, les commerçants et les commerçantes se faisaient rares derrière les étals. Tout le monde étant rentré pour suivre l’investiture en direct sur les écrans de télévision. Alors que les hommes avaient les regards rivés sur la capitale politique, les femmes, à la cuisine, s’activaient autour de grosses marmites à l’intérieur desquelles les morceaux de moutons découpés rivalisaient en grosseurs et en qualités. Ceux qui avaient moins de moyens se contentaient de poulets ou de la viande de bœuf achetée en détail. Toujours est-il que chacun voulait à sa manière montrer son attachement au président élu. On attendait la fin de l’investiture pour passer à table. A peine le candidat des houphouétistes a-t-il prononcé la dernière phrase de son discours que le signal fut donné pour une fête grandiose dans les quartiers supposés proches du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). Au son de la musique, on mangeait à satiété. Danse par-ci et par-là. Partout, c’était la joie à travers accolades et embrassades. Dans l’après-midi, des caravanes de motos ont circulé sur les grandes artères de la ville pour saluer l’arrivée au pouvoir du 5ème président de la Côte d’Ivoire. Les caravaniers marquaient leur passage par des klaxons stridents au point d’ameuter toute la ville. Dans la nuit, ce fut le tour des soirées dansantes. Chaises et bâches dressées dans des lieux publics et parfois à l’intérieur des cours communes d’où fusait la musique jusqu’au petit matin. De l’avis de ces fêtards, aucun événement n’a suscité tant d’intérêt de leur part. Ils justifient cela par le fait que l’attente fut longue pour eux avant de voir leur leader accéder à la magistrature suprême.

Alain Kpapo à Gagnoa

LIENS PROMOTIONNELS