Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Alpha Blondy aux artistes : «Pas d’hypocrisie dans la réconciliation»
Publié le mardi 7 juin 2011   |  Nord-Sud


Audiences
© Abidjan.net par Nathan Koné
Audiences du chef de l`Etat: Alassane Ouattara a reçu Alpha Blondy
Lundi 6 juin 2011. Abidjan. Palais présidentiel du Plateau. Le Président de la République, SEM Alassane Ouattara accorde une audience à la star mondiale de la musique reggae, Alpha Blondy, accompagné de son épouse, en présence du ministre de la culture et de la francophonie, Bandama Maurice


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Alpha Blondy a été reçu, hier, en audience par Alassane Ouattara au palais présidentiel du Plateau. La star internationale de reggae en a profité pour inviter les artistes à la sincérité dans la réconciliation.

Alassane Ouattara a dit, hier, à Alpha Blondy « ce qu’il attend de tout un chacun de nous afin que notre réconciliation soit une réconciliation vraie ». Dans la foulée, la star internationale de reggae a invité les artistes à la sincérité dans la réconciliation. « Je ne veux pas d’hypocrisie dans la réconciliation. J’ai dit à Serges Kassy : il se raconte que tu as distribué des armes à Angré et à Port-Bouët. Appelle les journalistes et dis la vérité. Parce que je ne prendrais pas quelqu’un qui a fait cela dans ma caravane de réconciliation. Je ne veux pas encourager l’impunité », a-t-il confié à sa sortie d’audience. La caravane en question, a expliqué Jagger, sera la part des artistes pour participer à la réconciliation. Déjà, selon lui, A’Salfo, Meiway, Tiken Jah, Monique Séka, Antoinette Konan, Béta Simone ont déjà été approchés. Et, Gadji Céli ? : « je ne maîtrise pas son dossier ». Pour le « kôrô » national, il faut retenir que la réconciliation ne veut pas dire l’impunité. « L’une des conditions du pardon c’est la justice. Si je reconnais que je t’ai fait mal, tu peux déjà commencer à me pardonner. Mais si je te fais mal et en plus je te nargue, ce n’est pas juste », a-t-il commenté.
Dans cette logique de réconciliation, Alpha Blondy a confié que Tiken Jah l’a effectivement appelé comme avait promis ce dernier au terme d’une audience avec Alassane Ouattara. « Il m’a appelé. Mais j’ai raccroché parce que j’étais fâché. Tout à l’heure, le président m’a dit qu’il fallait que je fasse la paix avec Tiken », a-t-il révélé. L’appel du président semble avoir été entendu : « J’ai pardonné (à Tiken, ndlr). Un pardon est un pardon divin. J’efface de mon cœur toutes ses blessures. Ce qu’il (Tiken) a dit n’a plus d’importance. Ce qui compte c’est que lui et moi avons une mission commune : comment contribuer à ramener la paix en Côte d’Ivoire ». « Tiken, c’est mon petit frère. Je veux oh, c’est mon petit frère. Je ne veux pas oh, c’est mon petit frère. C’est comme cela », a-t-il poursuivi. Le reggaeman se félicite de l’apport des forces étrangères pour neutraliser Laurent Gbagbo. « C’est moi qui ai chanté armée française allez vous-en. C’est encore moi qui dis armée française merci d’avoir sauvé mon peuple. Parce que si les forces onusiennes n’étaient pas intervenues, nous étions partis pour un génocide : assistance à peuple en danger », a-t-il justifié.Alassane Ouattara a reçu, avant lui, une délégation de la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (Fidh). Conduite par sa présidente, Souhayr Belmassen qui était accompagnée de Sidiki Kaba, Florent Geel, le responsable du bureau Afrique de la Fidh et de Me Traoré Drissa, le président de la Ligue ivoirienne des droits humains (Midh). Souhayr Belmassen a confié que cette visite intervient au terme d’une enquête auprès des victimes de la crise post-électorale. La Fidh, à l’en croire, a fait part à son hôte de ses inquiétudes relatives à la sécurité, à la justice et à la réconciliation. Sa présidente a soutenu que le président les a assurés de sa volonté d’œuvrer pour la construction d’un Etat de droit. Et, a de ce fait promis qu’il n’y aura pas d’impunité.
Alassane Ouattara a accordé sa dernière audience à l’ambassadeur d’Allemagne. « C’était une audience d’adieu », a confié Frederick Keller. Qui a soutenu qu’il quittera ses fonctions dans deux ou trois semaines. Evoquant son séjour, il l’a jugé « très touchant » et « émotionnel ».

Bamba K. Inza

LIENS PROMOTIONNELS